Directeur d'école pédophile : une victime fait appel du non-lieu

Directeur d'école pédophile : une victime fait appel du non-lieu
photo d'illustration - Lyonmag.com

Deux jours après la décision de la justice de prononcer un non-lieu dans l'affaire de pédophilie impliquant un directeur d'école, une victime a décidé de faire appel.

Il s'agit d'une jeune femme de 22 ans, qui avait été violée par Romain Farina en 2003, à l'âge de 6 ans, dans une école primaire de Vénissieux.

Pour rappel, la justice a rendu lundi une ordonnance de non-lieu en raison de l'extinction de l'action publique, tout en reconnaissant l'existence de 46 victimes d'agressions sexuelles et de viols. 

Romain Farina, directeur d'une école de Villefontaine, avait été mis en examen en mars 2015 pour avoir abusé plusieurs dizaines d'enfants, au cours de sa carrière, dans des écoles de Vénissieux ou encore de Villefontaine. Il le faisait durant les heures de classe, derrière un rideau, et se filmait même parfois durant ses actes odieux. Malgré le suicide de l'instituteur vénissian en 2016 à la prison de Corbas, les enquêteurs avaient découvert plus de 500 000 photos et 11 000 vidéos à caractère pédopornographique, permettant, pour certaines, d'identifier les petites victimes.

4 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
LoL le 22/03/2019 à 10:42

Comment ?
Une personne ose rouvrir ce dossier bien gênant pour l'Education Nationale ?
Quel facho...


Courage à cette victime.
Espérons que de nombreuses personnes l'imiteront.
L'EN n'est pas intouchable !

Signaler Répondre

avatar
écépatou le 21/03/2019 à 18:40
devinezquoi? a écrit le 21/03/2019 à 08h37

Il est mort,pourquoi persister à faire appel ? Le doit d'innocence s'applique en cas de décès d'un individu ....

Surtout que ce n'est pas exceptionnel dans le milieu éducatif...

Signaler Répondre

avatar
OSIRIS le 21/03/2019 à 17:41

Une victime hommes femmes SURTOUTS ENFANTS LE PROCÈS EST IMPORTANT DA S TÊTE C A N EST PAS DE SA FAUTE POUR L ADULTES IL FAUT QU IL SE RECONSTRUISE AVEC SE passé sui passe en boucle il faut une condamnation afin que toutes les victimes du 69+ 38 puissent se reconstruire se sont de très GRAVES BLESSURES D ENFANCES qu ils ont subis

Signaler Répondre

avatar
devinezquoi? le 21/03/2019 à 08:37

Il est mort,pourquoi persister à faire appel ? Le doit d'innocence s'applique en cas de décès d'un individu ....

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.