Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Education : l’idée des portiques fait son chemin, même à Vaulx-en-Velin

Xavier Darcos, le ministre de l’Education Nationale a réitéré sa proposition mercredi matin de mettre en place des brigades ainsi que des portiques de sécurité à l'entrée des établissements scolaires sensibles. Une annonce faite aux représentants des chefs d'établissement, des parents d'élèves et des collectivités territoriales. Dans le même temps, une réunion sur la mise en place d’un dispositif de sécurité se tenait au collège Les Noirettes à Vaulx-en-Velin. Là-même où, la veille, un élève de 12 ans avait menacé sa professeure d’arts plastiques avec un couteau de cuisine. L’installation de portiques n’est pas exclue mais l’option ne fait pas l’unanimité.

Tout a repris son cours normal au collège des Noirettes à Vaulx-en-Velin. Les élèves sont en classe et la professeure agressée n’a pas pris de jours de repos. La réunion qui s’est tenue mercredi avec l’équipe dirigeante et l’inspection académique avait pour but de faire le point : surveillance, élèves dangereux, antécédents de l’agresseur… "Tout a été pris en compte, déclare Emmanuel Roy, l’inspecteur académique adjoint du Rhône. Et aucune piste n’a pour l’instant été écartée pour assurer la sécurité des élèves et des professeurs : portiques électriques, fouilles des sacs, renforts en personnels, etc."

Tous les collèges du département sont actuellement passés au peigne fin pour déceler tous risques importants : il s’agit en fait d’établir un « diagnostic sécurité » précis pour chaque établissement. Des mesures adaptées seront alors prises au cas pas cas. C’est Nicolas Sarkozy, lors d’une réunion jeudi à l’Elysée, qui devrait prendre une décision pour la rentrée prochaine. Mais pour Jean-Louis Perez, le responsable du SNES à Lyon, "mettre en place des machines ou mettre en place des fouilles systématiques, ce n’est pas la bonne solution. Xavier Darcos suppriment 261 postes d’enseignants dans le Rhône et il veut mettre en place des portiques, tout simplement parce que cela ne lui coûte rien." Et le responsable syndical ajoute : "Les faits divers avec armes représentent moins de 1% des violences scolaires en France. Il faut juste se donner les moyens humains supplémentaires."

Mis en examen puis laissé libre sous le coup d’une mesure éducative, le garçon âgé de 12 ans n’a jamais eu de problèmes sérieux au sein des différents milieux scolaires qu’il a fréquentés.

Gwenaël Windrestin



Tags : éducation | collège | violences |

Commentaires 0

Pas de commentaire pour le moment.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.