Bocuse : l'identité lyonnaise ne résume pas à une étoile

Bocuse : l'identité lyonnaise ne résume pas à une étoile
Romain Blachier - DR

Depuis l'annonce de la perte d'une étoile au guide Michelin, c'est une lamentation généralisée qui s'empare du monde politique lyonnais.

On peut comprendre l'attachement des Lyonnais à Paul Bocuse, qui est un symbole fort et respecté. Une histoire de renommée mondiale qui a porté le drapeau au lion à gueule ouverte au quatre coins du monde. En période électorale, beaucoup de politiques ont envie de surfer sur notre fierté identitaire pour la récupérer.

Mais voir le bal des décideurs se découvrir une vocation de critiques culinaires de restaurant de luxe parce que le guide Michelin a enlevé une étoile à cet établissement est un peu démagogique et ridicule. D'ailleurs est-ce que le Bocuse d'aujourd'hui est vraiment représentatif de ce qui nous fait nous Lyonnais et Grands Lyonnais en 2020, là où des demandes nouvelles tant en termes d'accessibilité (oui on peut aller à Collonges à vélo, c'est assez agréable sur la plupart du chemin mais c'est un peu dangereux par moments !) qu'en termes de type de cuisine, là où les aspirations de consommation locale et le respect de l'environnement montent ? Cela n'est pas sûr...

Mais oui, évidemment il est bon que les traditions d'excellence subsistent et celle de Monsieur Paul en fait partie.
Respect à Monsieur Paul et à son âme et puissent ses successeurs à l'institution de Collonges choisir de se moquer du guide rouge ou choisir de lui plaire. Mais de grâce, l'identité lyonnaise et celle de ses habitants, ça ne se résume pas au bien fondé d'une étoile au Michelin. Qui plus est dans un restaurant que la plupart d'entre nous n'avons pas les moyens de fréquenter.

Notre identité est dans ce que nous faisons tous de notre ville et de notre Métropole, chacun à notre niveau chaque jour.

Retrouvez tous les billets de Romain Blachier sur son site

Romain Blachier

X
31 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
identitaire??? le 27/01/2020 à 09:42
romainblachier a écrit le 27/01/2020 à 09h09

merci de ce commentaire de qualité (rare ici)

assez d'accord avec vous sur l'affaiblissement progressif de l'identité lyonnaise.

Mais voir le bal des décideurs se découvrir une vocation de critiques littéraires...

Signaler Répondre

avatar
romainblachier le 27/01/2020 à 09:09
mon avis a écrit le 21/01/2020 à 10h31

Oui l'identité Lyonnaise ne se résume pas à une étoile, sauf qu'en matière culinaire à Lyon Bocuse était justement l'arbre qui permettait de cacher la forêt... tant les vrais bouchons n'existent quasiment plus et les faux se sont multipliés (comme tous ceux qui pullulent à St Jean et qui donnent une mauvaise image de la ville en arnaquant le touriste qui pensait se trouver dans la capitale de la gastronomie...certains racolent même le client...)

Quant à "Notre identité est dans ce que nous faisons tous de notre ville et de notre Métropole,"
Oui peut être, mais j'ai du mal à voir concrètement ce que cela signifie... Je ne vois plutôt qu'uniformisation de toutes les métropoles et point d'identité....

Pour l'identité il faut plutôt la chercher dans le passé....

La gastronomie, dont je le répète, l’étoile perdue par Bocuse révèle plutôt au grand jour la fin de celle-ci…

Lyon c’était une ville à la pointe de l’innovation médicale, scientifique (Ampère), bancaire (innovation dans les systèmes de crédit, lettre de change, le crédit Lyonnais) technologique & industrielle (l’imprimerie au XVI siècle, le métier à tisser Jacquard, le cinéma, l’automobile, Mérieux, la chimie de rhone poulenc etc…).
Aujourd’hui l’écologie (que tous les candidats se sont crus obligés d’inclure dans leur programme par peur de recevoir l’anathème...) a remplacé la science et l’industrie n’est plus considérée que comme pollueuse et devant être bien reléguée le plus loin possible de la ville…

Lyon c’était aussi évidemment une ville religieuse, la ville « primat des Gaules »….avec ses premiers chrétiens, ses martyrs de 177, avec ses multiples édifices religieux qui couvraient la ville, ses deux conciles qui se s’y sont tenus au XIIIème siècle, ses multiples congrégations et œuvres de charité créées au XIXème, le développement du catholicisme social etc…
Aujourd’hui c’est la ville d’une religion caricaturée par les scandales qui secouent ce qu’il reste de son clergé…

Lyon c’était aussi la ville des canuts (qui avaient fait paradoxalement de cette ville bourgeoise la première ville ouvrière de France…).
Aujourd’hui de « canut » il ne reste plus qu’un minuscule musée à la Croix Rousse et un argument de vente pour les agences immobilière vendant au bobo en mal d’exotisme un appartement de « type canut » à 6.000 € le m2 ! Quand aux trésors produits par ces ateliers de canuts, la mairie n’a pas daigné injecter un centime pour sauver le musée des tissus….

Lyon c’était la ville qui s’était levée contre les tyrannies Jacobine (siège de Lyon en 1793) ou Nazie : elle est devenue le siège de règlements de comptes lamentables entre extrême droite et pseudos « anti fa » et de pillages à la moindre manifestation…

Lyon c’était aussi dans la première moitié du XXème siècle de nombreux vrais écrivains qui étaient lus par de nombreux lyonnais et qui savaient mieux que quiconque traduire l’identité Lyonnaise, qu’elle fut bourgeoise (Le « Calixte » de Jean Dufourt, « Dame de Lyon » de Jolinon, « Ciel de Suie » d’Henri Béraud, « sainte colline » de Gabriel Chevallier) ou bien populaire (M.E. Grancher « Lyon de mon cœur », « quartiers de Lyon », « Lyon la cendrée » « au mal assis » ou bien Léon Riotor « Gone de Lyon », « la brasserie du Parc » etc…)
Aujourd’hui très peu de Lyonnais connaissent ces auteurs et les éditeurs locaux ne rééditent même plus un auteur comme Grancher….

Que reste-il donc de l’identité Lyonnaise ? Le vieux Lyon et une partie de la presqu’ile, les traboules des pentes de la croix rousse, c’est tout ! Oui, il ne reste que ces « vieilles pierres Lyonnaises » (si chères à Vingtrinier), sauvées (pas entièrement) miraculeusement il y a 60 ans par des gens comme Régis Neyret, pour rappeler aux Lyonnais leur identité…
Lorsque vous êtes au milieu de ces quartiers, au milieu de ces « vieilles pierres Lyonnaises », vous vous dites que vous n’êtes pas au milieu de bâtiments aux normes « HQE » mais que vous êtes à Lyon et pas ailleurs…
Lorsque vous êtes à Confluence, si performant énergétiquement, vous vous dites que pourriez tout aussi bien être à Hambourg, au nouveau quartier des docks de Londres ou bien à Rotterdam…


Pendant que j’y suis, voilà un lien sur lequel je suis tombé par hasard et qui pourra peut être intéresser certains sur l’histoire de Lyon et l’identité Lyonnaise…
https://www.franceculture.fr/emissions/la-fabrique-de-lhistoire/histoire-de-lyon-14-lidentite-lyonnaise-au-fil-de-son-histoire

merci de ce commentaire de qualité (rare ici)

assez d'accord avec vous sur l'affaiblissement progressif de l'identité lyonnaise.

Signaler Répondre

avatar
romainblachier le 27/01/2020 à 09:08
blablabla a écrit le 22/01/2020 à 16h30

En même temps, de la part de Romain Blachier, difficile de s'attendre à autre chose !

encore gars qui commente sous mille pseudos qui se répond à lui même

Signaler Répondre

avatar
blablabla le 22/01/2020 à 16:30
Les Démocrates assermentés et les réfractaires a écrit le 21/01/2020 à 17h47

"... Notre identité est dans ce que nous faisons tous de notre ville et de notre Métropole, chacun à notre niveau chaque jour..."

Voilà une phrase de politicards qui ne veut rien dire.
Des mots alignés. Point.

En même temps, de la part de Romain Blachier, difficile de s'attendre à autre chose !

Signaler Répondre

avatar
Les Démocrates assermentés et les réfractaires le 21/01/2020 à 17:47

"... Notre identité est dans ce que nous faisons tous de notre ville et de notre Métropole, chacun à notre niveau chaque jour..."

Voilà une phrase de politicards qui ne veut rien dire.
Des mots alignés. Point.

Signaler Répondre

avatar
Georgette le 21/01/2020 à 17:32

Qu'est-ce que c'est mal écrit ...

Signaler Répondre

avatar
De Lyon le 21/01/2020 à 14:34
mon avis a écrit le 21/01/2020 à 10h31

Oui l'identité Lyonnaise ne se résume pas à une étoile, sauf qu'en matière culinaire à Lyon Bocuse était justement l'arbre qui permettait de cacher la forêt... tant les vrais bouchons n'existent quasiment plus et les faux se sont multipliés (comme tous ceux qui pullulent à St Jean et qui donnent une mauvaise image de la ville en arnaquant le touriste qui pensait se trouver dans la capitale de la gastronomie...certains racolent même le client...)

Quant à "Notre identité est dans ce que nous faisons tous de notre ville et de notre Métropole,"
Oui peut être, mais j'ai du mal à voir concrètement ce que cela signifie... Je ne vois plutôt qu'uniformisation de toutes les métropoles et point d'identité....

Pour l'identité il faut plutôt la chercher dans le passé....

La gastronomie, dont je le répète, l’étoile perdue par Bocuse révèle plutôt au grand jour la fin de celle-ci…

Lyon c’était une ville à la pointe de l’innovation médicale, scientifique (Ampère), bancaire (innovation dans les systèmes de crédit, lettre de change, le crédit Lyonnais) technologique & industrielle (l’imprimerie au XVI siècle, le métier à tisser Jacquard, le cinéma, l’automobile, Mérieux, la chimie de rhone poulenc etc…).
Aujourd’hui l’écologie (que tous les candidats se sont crus obligés d’inclure dans leur programme par peur de recevoir l’anathème...) a remplacé la science et l’industrie n’est plus considérée que comme pollueuse et devant être bien reléguée le plus loin possible de la ville…

Lyon c’était aussi évidemment une ville religieuse, la ville « primat des Gaules »….avec ses premiers chrétiens, ses martyrs de 177, avec ses multiples édifices religieux qui couvraient la ville, ses deux conciles qui se s’y sont tenus au XIIIème siècle, ses multiples congrégations et œuvres de charité créées au XIXème, le développement du catholicisme social etc…
Aujourd’hui c’est la ville d’une religion caricaturée par les scandales qui secouent ce qu’il reste de son clergé…

Lyon c’était aussi la ville des canuts (qui avaient fait paradoxalement de cette ville bourgeoise la première ville ouvrière de France…).
Aujourd’hui de « canut » il ne reste plus qu’un minuscule musée à la Croix Rousse et un argument de vente pour les agences immobilière vendant au bobo en mal d’exotisme un appartement de « type canut » à 6.000 € le m2 ! Quand aux trésors produits par ces ateliers de canuts, la mairie n’a pas daigné injecter un centime pour sauver le musée des tissus….

Lyon c’était la ville qui s’était levée contre les tyrannies Jacobine (siège de Lyon en 1793) ou Nazie : elle est devenue le siège de règlements de comptes lamentables entre extrême droite et pseudos « anti fa » et de pillages à la moindre manifestation…

Lyon c’était aussi dans la première moitié du XXème siècle de nombreux vrais écrivains qui étaient lus par de nombreux lyonnais et qui savaient mieux que quiconque traduire l’identité Lyonnaise, qu’elle fut bourgeoise (Le « Calixte » de Jean Dufourt, « Dame de Lyon » de Jolinon, « Ciel de Suie » d’Henri Béraud, « sainte colline » de Gabriel Chevallier) ou bien populaire (M.E. Grancher « Lyon de mon cœur », « quartiers de Lyon », « Lyon la cendrée » « au mal assis » ou bien Léon Riotor « Gone de Lyon », « la brasserie du Parc » etc…)
Aujourd’hui très peu de Lyonnais connaissent ces auteurs et les éditeurs locaux ne rééditent même plus un auteur comme Grancher….

Que reste-il donc de l’identité Lyonnaise ? Le vieux Lyon et une partie de la presqu’ile, les traboules des pentes de la croix rousse, c’est tout ! Oui, il ne reste que ces « vieilles pierres Lyonnaises » (si chères à Vingtrinier), sauvées (pas entièrement) miraculeusement il y a 60 ans par des gens comme Régis Neyret, pour rappeler aux Lyonnais leur identité…
Lorsque vous êtes au milieu de ces quartiers, au milieu de ces « vieilles pierres Lyonnaises », vous vous dites que vous n’êtes pas au milieu de bâtiments aux normes « HQE » mais que vous êtes à Lyon et pas ailleurs…
Lorsque vous êtes à Confluence, si performant énergétiquement, vous vous dites que pourriez tout aussi bien être à Hambourg, au nouveau quartier des docks de Londres ou bien à Rotterdam…


Pendant que j’y suis, voilà un lien sur lequel je suis tombé par hasard et qui pourra peut être intéresser certains sur l’histoire de Lyon et l’identité Lyonnaise…
https://www.franceculture.fr/emissions/la-fabrique-de-lhistoire/histoire-de-lyon-14-lidentite-lyonnaise-au-fil-de-son-histoire

Commentaire très intéressant et bien documenté, merci.

Signaler Répondre

avatar
mon avis le 21/01/2020 à 10:31

Oui l'identité Lyonnaise ne se résume pas à une étoile, sauf qu'en matière culinaire à Lyon Bocuse était justement l'arbre qui permettait de cacher la forêt... tant les vrais bouchons n'existent quasiment plus et les faux se sont multipliés (comme tous ceux qui pullulent à St Jean et qui donnent une mauvaise image de la ville en arnaquant le touriste qui pensait se trouver dans la capitale de la gastronomie...certains racolent même le client...)

Quant à "Notre identité est dans ce que nous faisons tous de notre ville et de notre Métropole,"
Oui peut être, mais j'ai du mal à voir concrètement ce que cela signifie... Je ne vois plutôt qu'uniformisation de toutes les métropoles et point d'identité....

Pour l'identité il faut plutôt la chercher dans le passé....

La gastronomie, dont je le répète, l’étoile perdue par Bocuse révèle plutôt au grand jour la fin de celle-ci…

Lyon c’était une ville à la pointe de l’innovation médicale, scientifique (Ampère), bancaire (innovation dans les systèmes de crédit, lettre de change, le crédit Lyonnais) technologique & industrielle (l’imprimerie au XVI siècle, le métier à tisser Jacquard, le cinéma, l’automobile, Mérieux, la chimie de rhone poulenc etc…).
Aujourd’hui l’écologie (que tous les candidats se sont crus obligés d’inclure dans leur programme par peur de recevoir l’anathème...) a remplacé la science et l’industrie n’est plus considérée que comme pollueuse et devant être bien reléguée le plus loin possible de la ville…

Lyon c’était aussi évidemment une ville religieuse, la ville « primat des Gaules »….avec ses premiers chrétiens, ses martyrs de 177, avec ses multiples édifices religieux qui couvraient la ville, ses deux conciles qui se s’y sont tenus au XIIIème siècle, ses multiples congrégations et œuvres de charité créées au XIXème, le développement du catholicisme social etc…
Aujourd’hui c’est la ville d’une religion caricaturée par les scandales qui secouent ce qu’il reste de son clergé…

Lyon c’était aussi la ville des canuts (qui avaient fait paradoxalement de cette ville bourgeoise la première ville ouvrière de France…).
Aujourd’hui de « canut » il ne reste plus qu’un minuscule musée à la Croix Rousse et un argument de vente pour les agences immobilière vendant au bobo en mal d’exotisme un appartement de « type canut » à 6.000 € le m2 ! Quand aux trésors produits par ces ateliers de canuts, la mairie n’a pas daigné injecter un centime pour sauver le musée des tissus….

Lyon c’était la ville qui s’était levée contre les tyrannies Jacobine (siège de Lyon en 1793) ou Nazie : elle est devenue le siège de règlements de comptes lamentables entre extrême droite et pseudos « anti fa » et de pillages à la moindre manifestation…

Lyon c’était aussi dans la première moitié du XXème siècle de nombreux vrais écrivains qui étaient lus par de nombreux lyonnais et qui savaient mieux que quiconque traduire l’identité Lyonnaise, qu’elle fut bourgeoise (Le « Calixte » de Jean Dufourt, « Dame de Lyon » de Jolinon, « Ciel de Suie » d’Henri Béraud, « sainte colline » de Gabriel Chevallier) ou bien populaire (M.E. Grancher « Lyon de mon cœur », « quartiers de Lyon », « Lyon la cendrée » « au mal assis » ou bien Léon Riotor « Gone de Lyon », « la brasserie du Parc » etc…)
Aujourd’hui très peu de Lyonnais connaissent ces auteurs et les éditeurs locaux ne rééditent même plus un auteur comme Grancher….

Que reste-il donc de l’identité Lyonnaise ? Le vieux Lyon et une partie de la presqu’ile, les traboules des pentes de la croix rousse, c’est tout ! Oui, il ne reste que ces « vieilles pierres Lyonnaises » (si chères à Vingtrinier), sauvées (pas entièrement) miraculeusement il y a 60 ans par des gens comme Régis Neyret, pour rappeler aux Lyonnais leur identité…
Lorsque vous êtes au milieu de ces quartiers, au milieu de ces « vieilles pierres Lyonnaises », vous vous dites que vous n’êtes pas au milieu de bâtiments aux normes « HQE » mais que vous êtes à Lyon et pas ailleurs…
Lorsque vous êtes à Confluence, si performant énergétiquement, vous vous dites que pourriez tout aussi bien être à Hambourg, au nouveau quartier des docks de Londres ou bien à Rotterdam…


Pendant que j’y suis, voilà un lien sur lequel je suis tombé par hasard et qui pourra peut être intéresser certains sur l’histoire de Lyon et l’identité Lyonnaise…
https://www.franceculture.fr/emissions/la-fabrique-de-lhistoire/histoire-de-lyon-14-lidentite-lyonnaise-au-fil-de-son-histoire

Signaler Répondre

avatar
romainblachier le 20/01/2020 à 17:44
la cuisine à Gégé a écrit le 20/01/2020 à 08h51

Nullement et c'est ce que j'ai écrit.
Et si comme il se dit, cela n'avait pas évolué depuis 55 ans... ça a certes le charme de la nostalgie, mais ça ne répond plus forcément aux attentes de la clientèle.

Ce qui ne sait pas évoluer est condamné à disparaitre.

on est d'accord

Signaler Répondre

avatar
romainblachier le 20/01/2020 à 17:43
objectivité a écrit le 20/01/2020 à 09h34

moi je le zappe automatiquement quand je devine médiocrité, intox, et vente de savonnettes,
et ce pseudo homme politique rempli bien ces définitions, donc j'ai autre chose bien plus nourrissant pour alimenter le débat

vous zappez mais vous commentez sous de nombreux pseudos.... drôle de zapping

Signaler Répondre

avatar
objectivité le 20/01/2020 à 09:34
Blablabla a écrit le 18/01/2020 à 09h19

Pourrons-nous imaginer ne plus avoir à subir les billets de ce monsieur qui pour rappel n'agit que pour ses propres intérêts et loin de l'intérêt collectif tel qu'un élu devrait le faire ?

moi je le zappe automatiquement quand je devine médiocrité, intox, et vente de savonnettes,
et ce pseudo homme politique rempli bien ces définitions, donc j'ai autre chose bien plus nourrissant pour alimenter le débat

Signaler Répondre

avatar
sans souci le 20/01/2020 à 09:03

Vous, pas les moyens d'y aller ??? rires

Signaler Répondre

avatar
la cuisine à Gégé le 20/01/2020 à 08:51
romainblachier a écrit le 18/01/2020 à 10h31

Oui mais l'excellence est elle de droit?

Nullement et c'est ce que j'ai écrit.
Et si comme il se dit, cela n'avait pas évolué depuis 55 ans... ça a certes le charme de la nostalgie, mais ça ne répond plus forcément aux attentes de la clientèle.

Ce qui ne sait pas évoluer est condamné à disparaitre.

Signaler Répondre

avatar
Un peu de clairvoyance le 19/01/2020 à 14:09

Billet recommandé.

Signaler Répondre

avatar
romainblachier le 18/01/2020 à 17:15
Zig a écrit le 18/01/2020 à 10h51

Subir, subir, vous y allez fort là !
N'avez vous pas ne serait-ce que le minimum de personnalité vous permettant de ne pas lire ce qui vous deplait ?

Grave. il lit et en plus il commente tout prenant du temps pour se trouver un pseudo :)

Signaler Répondre

avatar
caracalla le 18/01/2020 à 16:47

Déplorable propos du LREM Blachier

Signaler Répondre

avatar
Au défenseur de la veuve riche et de l'orphelin riche le 18/01/2020 à 13:31

quand on n'a pas d'étoile, on se part de la gloire des autres...

Signaler Répondre

avatar
AAA le 18/01/2020 à 12:59

Le monde semble bien plat au signataire de cet article qui se contente de quatre coins (sans accorder l’article au(x) avec quatre). Un peu plus loin, c’est bien-fondé qui laisse son trait d’union au vestiaire. Bref ! c’est plat, inodore, sans saveur. Il faut peut-être savoir goûter, savourer, et déguster pour bien écrire. C’est dommage car le vocabulaire du goût est riche fleuri, imagé, qui peut donner l’appétit au lecteur.

Signaler Répondre

avatar
Mont Monnet le 18/01/2020 à 12:08

L'étoile de Lyon a pâli, il faut s'y habituer. L'affaire du classement Michelin du Bocuse n'est qu'un exemple parmi d'autres. Les hommes politiques profitent de cet événement pour essayer de dire la vérité qu'ils dissimulent à leurs électeurs.

Signaler Répondre

avatar
Zig le 18/01/2020 à 10:51
Blablabla a écrit le 18/01/2020 à 09h19

Pourrons-nous imaginer ne plus avoir à subir les billets de ce monsieur qui pour rappel n'agit que pour ses propres intérêts et loin de l'intérêt collectif tel qu'un élu devrait le faire ?

Subir, subir, vous y allez fort là !
N'avez vous pas ne serait-ce que le minimum de personnalité vous permettant de ne pas lire ce qui vous deplait ?

Signaler Répondre

avatar
romainblachier le 18/01/2020 à 10:31
Lyonnais06 a écrit le 17/01/2020 à 22h15

"Notre identité est dans ce que nous faisons à Guillotière" devriez-vous dire alors...

Qui est une part de Lyon

Signaler Répondre

avatar
romainblachier le 18/01/2020 à 10:31
la cuisine à Gégé a écrit le 17/01/2020 à 15h03

Dans l'absolu, monsieur Bocuse est décédé depuis 2 ans, ce restau avait les 3 étoiles depuis 1965... 55 ans... et pas forcément voué à les garder indéfiniment. C'est sûr.

Mais c'est bien l'excellence qui fait la renommée d'une ville, à l'international... pas le standard, le tout venant, la cuisine à Gégé.

Alors oui c'est regrettable.

Oui mais l'excellence est elle de droit?

Signaler Répondre

avatar
romainblachier le 18/01/2020 à 10:31
Grand gognand a écrit le 18/01/2020 à 09h41

Vous avez raison...l'identité des gones c'est aussi d'avoir créer Guignol et Gnafron...
et la mère Cottivet ( personnage oublié) "du 100 moins un"
de la montée de la Grande Côte..!!

vive tout ça

Signaler Répondre

avatar
Grand gognand le 18/01/2020 à 09:41

Vous avez raison...l'identité des gones c'est aussi d'avoir créer Guignol et Gnafron...
et la mère Cottivet ( personnage oublié) "du 100 moins un"
de la montée de la Grande Côte..!!

Signaler Répondre

avatar
Blablabla le 18/01/2020 à 09:19

Pourrons-nous imaginer ne plus avoir à subir les billets de ce monsieur qui pour rappel n'agit que pour ses propres intérêts et loin de l'intérêt collectif tel qu'un élu devrait le faire ?

Signaler Répondre

avatar
Démago ! le 18/01/2020 à 05:39

Vas y ratiss,ratisse bien large leche botte de gégé. 0 crédibilité ce type.

Signaler Répondre

avatar
Lyonnais06 le 17/01/2020 à 22:15

"Notre identité est dans ce que nous faisons à Guillotière" devriez-vous dire alors...

Signaler Répondre

avatar
Lyonnais06 le 17/01/2020 à 20:24

"dans un restaurant que la plupart d'entre nous n'avons pas les moyens de fréquenter"
Il ne te donne pas assez de sous Collomb pour aller chez Bocuse avec lui?

Signaler Répondre

avatar
la REM le 17/01/2020 à 19:45

Ce barbu de la REM n’a pas les qualités requises pour apprécier les excellents mets de Bocuse ! Lui il va bouffer dans les macdos ou similaires ! Il n’y a que Wmacron qui bouffe des bons plats gratuitement à l’Élysée ! Ce qui est vraiment scandaleux !!

Signaler Répondre

avatar
jef le 17/01/2020 à 17:59

Vous n’avez pas les moyens de vous offrir un repas chez Bocuse, M. Blachier ? Décidément, quel demago vous faites !!

Signaler Répondre

avatar
la cuisine à Gégé le 17/01/2020 à 15:03

Dans l'absolu, monsieur Bocuse est décédé depuis 2 ans, ce restau avait les 3 étoiles depuis 1965... 55 ans... et pas forcément voué à les garder indéfiniment. C'est sûr.

Mais c'est bien l'excellence qui fait la renommée d'une ville, à l'international... pas le standard, le tout venant, la cuisine à Gégé.

Alors oui c'est regrettable.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.