L'annulation de la mise sur le marché du Roundup Pro 360 confirmée par la cour d'appel de Lyon

L'annulation de la mise sur le marché du Roundup Pro 360 confirmée par la cour d'appel de Lyon
photo d'illustration - Lyonmag.com

La cour administrative d'appel de Lyon a confirmation l'annulation de la mise sur le marché du Roundup Pro 360.

La justice a confirmé l'annulation de la décision de l'ANSES (agence de sécurité de l'alimentation et de l'environnement) de la mise sur le marché de ce produit phytopharmaceutique pour méconnaissance du principe de précaution.

"Un produit phytopharmaceutique qui méconnaît les exigences du principe de précaution ne peut bénéficier d’une autorisation de mise sur le marché", indique l'arrêt.

La cour administrative d'appel rejette ainsi les requêtes de la société Bayer Seeds et de l'ANSES déposées contre le jugement prononcé en première instance. Le tribunal administratif de Lyon avait annulé la décision du 6 mars 2017 de l'ANSES de mise sur le marché du Roundup Pro 360 de Monsanto, un herbicide à base de glyphosate. "Les études scientifiques et les expériences animales montraient que le Roundup Pro 360, préparation dont la toxicité est plus importante que celle du glyphosate, est un produit potentiellement cancérigène pour l’homme, suspecté d’être toxique pour la reproduction humaine et pour les organismes aquatiques", avait alors justifié le tribunal lyonnais.

6 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Mouhaha 0.3 le 01/07/2021 à 14:43

J’adore la semantique phytosanitaire fait plus classe que pesticide, c’est marrant les lobbyistes qu’ils soient dans le « phytopharmaceutique » ou le « green washing » ils utilisent la même manipulation des mots :-)

Signaler Répondre

avatar
Oui MAIS le 01/07/2021 à 14:24

Il fallait laisser le glyphosate tranquille. Le principe de précaution est une gangrène à toute évolution.

Signaler Répondre

avatar
CommentDire le 01/07/2021 à 11:39
Ben tiens ! et c'est bien sur une décision scientifique et pas du tout politique ! a écrit le 01/07/2021 à 11h31

Ce sont donc les juges qui savent.... Peut être même qu'ils sont autant scientifiques qu'EELV, allez savoir...

Il y a un dossier , des arguments , des enquêtes ... comment dire , cela serait bien de vous intéresser un peu du fonctionnement de notre société dans le réel

Signaler Répondre

avatar
Ben tiens ! et c'est bien sur une décision scientifique et pas du tout politique ! le 01/07/2021 à 11:31

Ce sont donc les juges qui savent.... Peut être même qu'ils sont autant scientifiques qu'EELV, allez savoir...

Signaler Répondre

avatar
Sans parler de.... le 01/07/2021 à 00:22
Ex Précisions a écrit le 30/06/2021 à 16h41

Trop tard, tous les agriculteurs avaient prévu et ont fait un énorme stock.
Depuis 2019 la France est le pays qui achète le plus de pesticides de tous types en Europe, et de loin.
Merci les agriculteurs, déjà responsables d'autres pollutions, achetez des fruits et légumes Français après...

Sans parler d'une volonté de faire assimiler au consommateur la proximité à la qualité avec le baratin des "circuits courts", comme si les légumes blindés de pesticides à 10 km de chez lui étaient plus sains que ceux blindés de pesticides provenant de l'étranger....
On pourrait se passer d'une agriculture locale dans ces conditions, que les pesticides ne soient que dans nos assiettes et non dans notre environnement....

Signaler Répondre

avatar
Ex Précisions le 30/06/2021 à 16:41

Trop tard, tous les agriculteurs avaient prévu et ont fait un énorme stock.
Depuis 2019 la France est le pays qui achète le plus de pesticides de tous types en Europe, et de loin.
Merci les agriculteurs, déjà responsables d'autres pollutions, achetez des fruits et légumes Français après...

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.