Jeux paralympiques de Tokyo : trois nouvelles médailles lyonnaises

Jeux paralympiques de Tokyo : trois nouvelles médailles lyonnaises
Maxime Thomas - DR

Les athlètes rhodaniens brillent ce samedi en terres nippones.

Les Lyonnais Annouck Curzillat, Maxime Thomas et Anne Barnéoud ont tous les trois décroché une médaille de bronze aux Jeux Paralympiques de Tokyo. La première, triathlète malvoyante assistée par Céline Bousrez, a fini à la troisième place de sa catégorie. Cette kinésithérapeute âgée de 29 ans monte pour la première fois sur le podium d'une grande compétition.

Et c'est en tennis de table que Maxime Thomas et Anne Barnéoud se sont imposés. C'est d'abord le sportif en fauteuil roulant fidésien qui a brillé, comme il l'avait fait il y a cinq ans à Rio. Anne Barnéoud, victime d'un AVC il y a quelques années, empoche également la deuxième médaille olympique de sa carrière après en avoir remporté une en équipe en 2008 à Pékin.

L'ancien gymnaste et adjoint au sport de la Ville de Lyon Yann Cucherat s'est dit "extrêmement fier de nos 2 lyonnais Anne Barneoud et Maxime Thomas qui décrochent le bronze aux Jeux Paralympique de Tokyo. Leur régularité dans la performance impressionne et force le respect. Bravo".

2 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
claudine le 28/08/2021 à 18:04
Captain Crochet a écrit le 28/08/2021 à 16h56

Ces jeux sont ridicules et humiliants.
Il est déjà difficile de mettre en compétition des athlètes disposant de toutes leurs capacités, mais qui du moins luttent à armes égales.
Que dire de compétiteurs dont les moyens sont, par définition si différents selon la profondeur du handicap, que certains n'ont absolument aucune chance de briller, et d'autres les ont toutes.
C'est un truc démagogique pour permettre aux bonnes consciences de dormir en paix, tout en offrant un spectacle malsain.

Effectivement, comment mettre en compétition un unijambiste et un type qui a simplement les pieds plats?

Signaler Répondre

avatar
Captain Crochet le 28/08/2021 à 16:56

Ces jeux sont ridicules et humiliants.
Il est déjà difficile de mettre en compétition des athlètes disposant de toutes leurs capacités, mais qui du moins luttent à armes égales.
Que dire de compétiteurs dont les moyens sont, par définition si différents selon la profondeur du handicap, que certains n'ont absolument aucune chance de briller, et d'autres les ont toutes.
C'est un truc démagogique pour permettre aux bonnes consciences de dormir en paix, tout en offrant un spectacle malsain.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.