Lyon : condamnée après avoir accusé deux hommes d’une tentative de viol en réunion

Lyon : condamnée après avoir accusé deux hommes d’une tentative de viol en réunion
Photo d'illustration - LyonMag

La semaine dernière, la justice lyonnaise s’est penchée sur une affaire de fausses accusations.

Selon Le Progrès, l’affaire avait débuté en aout 2020, quand une femme résidante de la région s’était rendue à la gendarmerie de la commune du Grand-Lemps, en Isère. Elle avait alors affirmé aux militaires avoir subi une tentative de viol en réunion, sans manquer d’évoquer des détails glaçants.

Il s’agissait en fait d’un subterfuge pour se rendre auprès des forces de l’ordre afin d’alerter sur les violences conjugales qu’elle subissait de la part de son ex-mari. Mais ce dernier, père de deux de ses enfants, l’avait accompagnée au poste. La mère de famille avait alors préféré s’enfoncer dans son mensonge.

L’auxiliaire de puériculture avait désigné deux individus, des connaissances, qui seront placés en garde à vue. Mais grâce au travail des enquêteurs, les deux hommes originaires de Lyon et de l’Isère avaient été mis hors de cause. D’après nos confrères, c’est lors d’un tapissage mené en janvier 2021, moment ou les victimes doivent reconnaitre leurs agresseurs, que la vérité avait éclaté puisqu’un policier avait été désigné par la femme.

La mère de famille, aujourd’hui habitante de Givors, a été condamnée à trois mois de prison avec sursis. Elle devra également verser 2000 et 1500 euros aux deux hommes accusés à tort. Par ailleurs, une plainte avait été déposée contre son ex-conjoint qui a écopé d’un rappel à la loi.

X
11 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Wallah., le 12/10/2021 à 07:42
euh? a écrit le 11/10/2021 à 13h43

n'est-il pas normal que la dénonciation calomnieuse d'un crime ait une peine qui soit différente du crime ?
si elle avait inventé une histoire de meurtre vous l'enverriez en prison à vie ?

Pour rappel, le faux témoignage ayant entraîné la peine de mort était lui même puni de la peine de mort.

Signaler Répondre

avatar
Tatin le 11/10/2021 à 22:32

" Tu ne porteras pas de faux témoignage contre ton prochain " (Exode 20:16).

Signaler Répondre

avatar
martine le 11/10/2021 à 17:59

expulsion test ou pas test

Signaler Répondre

avatar
Bravo aux enquêteurs. le 11/10/2021 à 17:25

Remarquable travail des enquêteurs pour discréditer les mythomanes qui sont aujourd’hui devenues légions dans les commissariats de France et bien connue des tribunaux.

Signaler Répondre

avatar
Puravida le 11/10/2021 à 15:36

Et les enfants de cette belle famille ?

Signaler Répondre

avatar
euh? le 11/10/2021 à 13:43
FOPALEDIRE a écrit le 11/10/2021 à 11h20

Eux risquaient 15 ou 20 ans... sans compter les soufrances qu'ils ont endurées et qu'ils endurent certainement encore et elle prend 3 mois avec sursis... Belle justice à la française!

n'est-il pas normal que la dénonciation calomnieuse d'un crime ait une peine qui soit différente du crime ?
si elle avait inventé une histoire de meurtre vous l'enverriez en prison à vie ?

Signaler Répondre

avatar
FOPALEDIRE le 11/10/2021 à 11:20

Eux risquaient 15 ou 20 ans... sans compter les soufrances qu'ils ont endurées et qu'ils endurent certainement encore et elle prend 3 mois avec sursis... Belle justice à la française!

Signaler Répondre

avatar
lilou69 le 11/10/2021 à 11:19

rappel à la loi pour la mari violent .... comment avoir confiance en la justice
cette condamnation donne raison à cette femme, pas simple de porter plainte quand vous n'êtes pas entendu et soutenu, et que votre conjoint menaçant peut passer à l'acte ....

Signaler Répondre

avatar
Mouhaha 0,001 le 11/10/2021 à 10:43

Ça me mets en colère de tels agissements, elle peut bousiller la vie de ces hommes innocents, d’autre part elle porte préjudice aux femmes qui ont été réellement violées. Encore une espèce d’égoïste irresponsable qui a mon avis a été condamnée très légèrement il faut comme pour le reste des peines qui dissuadent les ordures irresponsables :-(

Signaler Répondre

avatar
Connor McLeod le 11/10/2021 à 10:41

"une plainte avait été déposée contre son ex-conjoint qui a écopé d’un rappel à la loi."

Au final, c'est celui par qui tout est parti qui s'en sort le mieux...

Signaler Répondre

avatar
Logique le 11/10/2021 à 10:26

C'est pas cher payé elle a failli foutre en l'air 2 vie quand même sans compter le regard de leur famille qui ont du les prendre pour des violeur une honte cette justice

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.