A Lyon, une station de métro pensée par des autistes et pour le plus grand nombre

A Lyon, une station de métro pensée par des autistes et pour le plus grand nombre
La station des Brotteaux a un peu changé - LyonMag

Avec la "Ligne Bleue Lyon", le collectif ‘Les Traducteurs’ conjugue parfaitement inclusivité et utilité publique.

Les usagers fréquents des transports en commun lyonnais ont surement remarqué quelques changements au niveau de la station des Brotteaux située sur la ligne B du métro, dans le 6e arrondissement de Lyon. Indication nominale bleutée, apparition de pictogrammes symbolisant les monuments de la ville, création d’un "espace sérénité" : de nombreux détails viennent peu à peu transformer le souterrain.

Cette nouvelle parure, elle est due à un travail collaboratif entre Keolis, le SYTRAL, le gouvernement et ‘Les Traducteurs’. Le but premier de cette initiative est de faciliter la vie des personnes autistes, mais cela va bien au-delà.

Pour tout comprendre, il faut apprécier le travail, la méthode employée depuis 2019. "C’est une méthode qu’on appelle ‘philo-design’. L’idée c’est qu’il faut faire une expérimentation universelle : en partant d’une fragilité, on rejoint le plus grand nombre", explique Jean Mathy, représentant des ‘Traducteurs’ et à l’origine du projet. Et pour être sûr que les idées émises correspondent aux besoins de personnes dites "neuro-atypiques", plusieurs autistes et professionnels de la santé ont été associés au processus de diagnostic de la station.

"On a eu levier sur la signalétique : il s’agit d’indiquer mieux les directions, de proposer des espaces de détente, une application didactique (Com’Nous est disponible en scannant des QR codes partout dans la station, NDLR)", poursuit le jeune homme très investi. C’est ainsi que le code couleur a été revu pour qu’il soit facilement compréhensible, "qu’on ne se dise plus ‘je prends la ligne B’ mais ‘je prend la ligne bleue’".

Ce code couleur se retrouve aussi dans un tout nouveau porte-tickets. "Ce porte-tickets inclusif a trois encoches : une pour les tickets en cours d’utilisation, une autre pour les tickets vierges et puis une troisième pour les tickets poubelle", détaille l’interlocuteur qui "s’est aperçu que c’était très pratique pour un certain nombre d’autistes mais aussi pour les neuro-typiques que nous sommes, parce qu’on en a toujours plein les fouilles".

Avec cette dernière phrase, Jean Mathy résume toute l’universalité de ces micros changements. Les pictogrammes sont par exemple très utiles pour les touristes, l’espace détente profite à tous et l’identification colorée facilite l’adaptation des nouveaux usagers.

Le meilleur exemple reste peut-être celui des signalétiques de circulation des personnes. Le groupe de travail avait proposé à Keolis un fléchage des parcours pour fluidifier le trafic bien avant l’apparition du coronavirus et des mesures de distanciation sociale.

Pour le moment, une quinzaine de mesures ont été appliquées sur les 32 proposées par ‘Les Traducteurs’. L’objectif, si l’expérimentation est réussie, est de transposer ce modèle à toute une ligne de métro. Un travail sur l’ambiance sonore pourrait notamment être réalisé, en remplaçant par exemple l’affreux Sol dièse des fermetures de porte par un son propre à chaque station.

Les adaptations étant plutôt légères, elles ne nécessitent pas de gros investissements. Seul l'espace détente est chiffrable à 40 000 euros, casques antibruit et dispositif d'alerte inclus.

L.M.

X
8 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Les daltoniens anonymes le 01/11/2021 à 17:44

Merci pour le code couleur! Bravo!*

*ironie en noir et blanc

Signaler Répondre

avatar
Vanina le 23/10/2021 à 11:21
En connaissance de cause a écrit le 23/10/2021 à 10h28

Les autistes ont beaucoup a donner à ce monde qui pue. Ils sentent les choses mieux que personne. Un peu comme un aveugle qui compense avec son écoute.
Nous sommes dans la mode LGBT+ et féministe, prochaine mode la protection des koalas, puis peut-être les autistes seront à la mode, qui eux auraient vraiment qqch a apporter à la société contrairement aux autres qui veulent juste des privilèges

L'un n'empêche pas l'autre. Tout le monde a sa place dans ce monde. Les LGBT, les féministes, les pauvres, la protection des koalas (de tous les animaux d'ailleurs) mais aussi les autistes, les malades, les handicapés ect...

Signaler Répondre

avatar
Bravo le 23/10/2021 à 11:11

Excellente initiative, à généraliser.
Il faut retirer le pouvoir de décider à cette caste de cooptés issus des mêmes "grandes" écoles où l'on n'apprend pas la vie.

Signaler Répondre

avatar
roulette russe le 23/10/2021 à 11:04
lol masteur a écrit le 22/10/2021 à 21h53

C'est comme pour la lumière publique, les écolos veulent presque plus de lumières pour la faune et les assos féministes et de mal voyants en veulent plus et à fond. Si je me souviens bien dans le bouquin d'urbanisme de 2015, les normes indiquait qu'il fallait surluminositer pour des raisons de sécu et sous luminositer pour des raisons écologiques... choisissez votre camps vous entrerez en infraction quoi qu'il arrive ^^

Je suggère de percer le plafond des stations par des puits de lumière. Ainsi (au moins pendant le jour) l'éclairage sera fort sans consommer trop d'énergie.

Signaler Répondre

avatar
En connaissance de cause le 23/10/2021 à 10:28

Les autistes ont beaucoup a donner à ce monde qui pue. Ils sentent les choses mieux que personne. Un peu comme un aveugle qui compense avec son écoute.
Nous sommes dans la mode LGBT+ et féministe, prochaine mode la protection des koalas, puis peut-être les autistes seront à la mode, qui eux auraient vraiment qqch a apporter à la société contrairement aux autres qui veulent juste des privilèges

Signaler Répondre

avatar
lol masteur le 22/10/2021 à 21:53
Jemlyonest a écrit le 22/10/2021 à 20h15

Est-ce qu'ils ont pensé aux daltoniens?

C'est comme pour la lumière publique, les écolos veulent presque plus de lumières pour la faune et les assos féministes et de mal voyants en veulent plus et à fond. Si je me souviens bien dans le bouquin d'urbanisme de 2015, les normes indiquait qu'il fallait surluminositer pour des raisons de sécu et sous luminositer pour des raisons écologiques... choisissez votre camps vous entrerez en infraction quoi qu'il arrive ^^

Signaler Répondre

avatar
Jemlyonest le 22/10/2021 à 20:15

Est-ce qu'ils ont pensé aux daltoniens?

Signaler Répondre

avatar
Ex Précisions le 22/10/2021 à 18:01

Durée de vie de l'espace détente, 2 jours maxi (pseudos SDF, racaille, "artistes" tagueurs, etc...).
Je ne vois pas les logos pour les points de deals nombreux pourtant le long de la ligne... De toute façon on n'a pas le temps de regarder :-)

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.