Lyon : il s’introduit dans le lit de la copine de son collègue et l’agresse sexuellement

Lyon : il s’introduit dans le lit de la copine de son collègue et l’agresse sexuellement
Photo d'illustration - LyonMag

Une sordide affaire a été jugée ce jeudi à Lyon.

Les faits remontent à l’été 2016, lors d’une soirée dans une demeure du sud-ouest de l’agglomération lyonnaise. Durant cette fête de juillet, une jeune femme avait été abusée dans le lit de son petit ami qui fêtait alors son anniversaire. Un collègue de travail de son compagnon avait rejoint la femme, âgée de 28 ans à l’époque, alors qu’elle dormait, avant d’abuser d’elle. Une agression sexuelle par surprise pour la justice, et non un viol. Selon Le Progrès, l’ADN retrouvé sur la victime n’était pas celui de son agresseur. 


A la barre, le suspect a affirmé qu’il pensait rejoindre sa petite copine et que, dans l’obscurité, il avait confondu les deux femmes. Mais l’amie du prévenu n’était pas présente dans la maison où se déroulait la fête. L’agresseur sexuel, accablé par des collègues de travail notamment qui ont affirmé avoir reçu des photos de son sexe, a été condamné à 18 mois de prison avec sursis. Il devra également dédommager sa victime. 
 

X
5 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Pigé le 03/12/2021 à 19:22

Encore des commentateurs ne sachant rien de l'affaire et pourtant prêts à juger selon la loi du Talion.
J'ai lu et j'ai noté ceci : "Selon Le Progrès, l’ADN retrouvé sur la victime n’était pas celui de son agresseur". Si c'est bien le cas on a là une affaire opaque.
Mais encore une fois les commentateurs, dans d'autres contrées, n'hésiteraient pas à lapider. J'aimerais bien connaître la vie et les faits et gestes de ces excités du clavier.

Signaler Répondre

avatar
Pays de la honte le 03/12/2021 à 18:11

Hier sur BFMTV l'avocat de Schmidt a dit que les magistrats sont mal vus en moment.

Etrange. L'agresseur raconte des mensonges que seul un magistrat peut croire, il viole une fille, et prend 18 mois avec sursis, soit QUE DALLE

Je suis le Père ou de la famille de la victime, je devient fou avec cette justice

Signaler Répondre

avatar
Quelle blague le 03/12/2021 à 14:47

2016 c'était il y a 5 ans, et il ne se prend que du sursis.. la justice est aux abonnés absents.

Signaler Répondre

avatar
Puravida" le 03/12/2021 à 12:49

"viens chez moi, j'habite chez une copine".....

Signaler Répondre

avatar
ça fait un peu "chiotte" le 03/12/2021 à 11:15

Voila un fait divers de 2016 dont on se fout completement .
Bon d accord on voit que le temps d'instruction et de jugement dépasse les 5 ans ...ce n est pas flatteur pour la justice , mais en ce domaine il y a longtemps qu elle est débordée .

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.