Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Xavier Bertrand : « Je crois plus au Grand Chelem de l’équipe de France du rugby qu’à celui des socialistes »

Le meeting UMP de l’entre-deux-tours s'est déroulé lundi à la cité internationale. Devant 700 personnes, Xavier Bertrand, secrétaire général de l'UMP a réaffirmé leur soutient à Françoise Grossetête. L'UMP se lance à la recherche d'électeurs supplémentaires, louchant du côté des abstentionnistes et draguant l’électorat frontiste. Et pour Xavier Bertrand, tribun d’un soir, rien n’est encore joué. Interview.

Lyon Mag : Qu'est ce que vous comptez dire pour mobiliser vos électeurs ?
Xavier Bertrand :
Bien sur, il s'agit de renforcer la mobilisation. On voit que le cœur de notre électorat était présent dès le premier tour mais qu'il nous faut rassembler d'avantage. Beaucoup de nos électeurs nous disent que les élections régionales sont moins importantes que les élections nationales. Pas cette fois-ci. Je veux montrer qu'on peut déjouer les pronostics. Françoise Grossetête à déjà déjoué les pronostics, tout le monde la voyait arriver deuxième, elle est en tête. J'ai bien l'intention qu'on fasse le maximum pour lui permettre de rester en tête. Quand on voit le résultat du premier tour, c'est un échec cuisant pour monsieur Queyranne, 7 points de moins qu'en 2004. Je pense qu'il est bien important aujourd'hui de mesurer qu'il y a un rejet du bilan de monsieur Queyranne et qu'on ne sait toujours pas quel est son projet pour la région Rhône Alpes. Si son seul projet, c'est l'Hôtel de Région à 200 millions d'euros; en période de crise, je trouve qu'un peu décence s'imposerait. Je pense qu'il faut bien montrer les différences qu'il y a entre une région géré par le Parti Socialiste, avec plus d'impôts, plus de fonctionnaires régionaux, et nous même, qui sommes décidé à ne pas augmenter la fiscalité locale, à faire de l'emploi une priorité avec le développement de l'apprentissage mais surtout à jouer le jeu de la sortie de crise quand il s'agit de travailler avec le gouvernement, pas d'en être partenaire et non son adversaire. Quand il s'agit aussi de mettre l'accent sur la sécurité, il ne faut pas que la région soit aux abonnés absents. Françoise Grossetête propose la vidéo surveillance dans tous les lycées, dans toutes les gares de la région, par ce que le renforcement de la sécurité est pour nous un impératif.

Vous faites aussi appel aux abstentionnistes, aux électeurs d'Europe écologie et du Front National ?
Je dis clairement que personne n'est propriétaire de ses voix. Je sais que, quand on est électeur d'Europe Écologie, on n'est pas condamné à rester avec la gauche. Comme on aime beaucoup les sondages en France, il faut commenter tous les sondages. Ce matin il était dit clairement que 50% des électeurs d'Europe Écologie ne veulent pas d'une fusion contre-nature entre les états majors et entre les dirigeants. Ils ne l'acceptent pas, ils veulent rester libre. Ils savent pertinemment que le Grenelle de l'environnement, ce n'est pas le Parti Socialiste qui l'a proposé. Il ne l'a même pas voté. Le bonus écologique sur les automobiles ce n'est pas le parti socialiste qui a proposé. D'ailleurs il ne l'a pas voté non plus. Je dis aussi très clairement aux électeurs du Front national du premier tour : voter Front National au second tour, c'est permettre au Parti socialiste de rester à la tête de cette région. Il faut que les choses soient dites, il faut que les choses soit claires.

Quel message souhaitez vous adresser aux abstentionnistes ?

Une élection régionale est une élection importante. Il n'y a pas que les élections nationales qui sont importantes. Bien évidement, au niveau national, j'aurais préféré que nous soyons en tête mais il est possible aujourd'hui de déjouer les pronostics. Dans de nombreuses régions, cela sera beaucoup plus serré qu'on ne le dit. Tout dépendra de cette participation supplémentaire. C'est le sens de ma présence ici, aux côtés de Françoise Grossetête. Elle est en tête. Elle a déjoué les pronostics une fois. Nous allons les déjouer une deuxième fois.

Martine Aubry rêve d'un grand chelem...

Après ce qu'il s'est passé contre l'Italie, je crois plus au grand chelem de l'équipe de France de rugby qu'au grand chelem de madame Aubry. voilà ma conviction.


La principale qualité de Françoise Grossetête ?
Elle aime sa région. Elle aurait très bien pu dire : «  je reste à l'Europe, je suis député européen, j'ai des responsabilités .» Et bien non. Elle est profondément attachée à sa région et quand elle s'engage dans un combat électoral elle s'engage à fond. Présidente de région elle s'engagera à fond pour celle-ci.



Tags : bertrand | régionales |

Commentaires 2

Déposé le 17/03/2010 à 00h18  
Par fouf Citer

quand ils disent qu'il n'augmenteront pas les fiscalités locales pfffff n'importe quoi !!! le gouvernement veut retirer ce droit aux regions !! là c'est sur ils pourront pas le faire l'etat s'en chargera!

Déposé le 16/03/2010 à 17h53  
Par Lyonnais Citer

Il n'a rien compris ce mec .... Nous sommes dans la merde et lui il fait des métaphores foireuses avec le grand Chelem du 15 de France. Il faut vraiment qu'il arrete. A quand la remise en question de tous ces craneux de la direction de l'UMP!!!!

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.