Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

«Nouveau printemps de la Gauche» pour Queyranne, Meirieu et Martin : on attend toujours les éphémérides…

Les nouveaux partenaires tenaient jeudi soir leur premier débat public de l’entre-deux-tours à Villeurbanne. Un évènement attendu, qui a mobilisé quelques 500 personnes dans la salle du CCAV. Martin, Meirieu et Queyranne se sont donc succédés à la tribune. Pas de grandes révélations au pupitre, à l’heure où tous attendent plus de visibilité sur le contrat de mandature, et la redistribution des postes. Et dans son discours de clôture, le président sortant, qui annonce pour dimanche le «nouveau printemps de la Gauche», à ménagé ses partenaires, tout en fustigeant la politique nationale de Nicolas Sarkozy. Une réponse de discours à l’heure ou tous les ministres UMP visitent Lyon et sa région. Décryptage.

500 personnes, des drapeaux aux couleurs de différentes sensibilités politiques, voilà pour le décor. Jeudi soir se tenait le premier meeting d’union régional de la gauche et des Verts. Et cette réunion, si elle a tenu ses promesses en terme d’émulation, n’a pas été l’occasion pour les trois partenaires de faire un point sur les questions attendues du partage de la compétence et du contrat de mandature.

«Partenaires», le terme est choisi par Jean-Jack Queyranne lui-même au moment d’ouvrir son discours. Et un «partenaire», ce n’est pas un associé... Même le discours trahit les individualités, dont Meirieu s’était fait le défenseur un peu plus tôt au Club de la Presse de Lyon. pour la première conférence de presse commune, le leader écologiste à pointé du doigt les divergences persistantes sur le projet de gare à Allans, l'aide aux entreprises exportatrices ou encore les nanotechnologies. Et l'accord définitif semble dur à trouver. «Je sais qu'il est quelquefois plus simple de céder aux voix de la discorde. Mais, je sais aussi que nous pouvons mettre en œuvre un projet audacieux si, en toutes circonstances, nous savons faire le choix de l'intelligence et si nous savons ensemble privilégier l'intérêt général, c'est-à-dire l'intérêt, non pas de nos partis, mais des Rhônalpins.» fixe Jean-Jack Queyranne, balayant d’un revers rhétorique les conflits d’égos, de partis, de qui «crache le plus loin.» Et pour les nouveaux partenaires, il existe deux méthodes pour justifier l’opacité qui règne toujours sur le partage de compétence : louer la dynamique d’union qui est en place, et allumer sur la politique nationale. Sauf que la dynamique d’union, l’électorat l’avait intégré bien avant le premier tour, sachant que les listes seraient appelées à fusionner, quoiqu’il advienne. «C'est dans la clarté que germent les bons accords.» insiste le président sortant. Certes, mais rien n’est clair pour le moment, et le seul outil soumis au jugement des électeurs, ce sont ces sept points de rassemblements rendus publics dans un flyer. Pour le reste RAS.

Si le discours à repris les grands projets de l’emploi, la formation, les filières nouvelles et les transports, la part belle a été faite aux attaques frontales contre le gouvernement. Une réplique plutôt attendue et logique, eu égard à la campagne d’entre-deux-tours menées par l’UMP, qui a fait de l’attaque systématique sa marotte. « La campagne régionale a débuté en plein débat sur l'identité nationale qui, pour les observateurs internationaux est considéré comme le débat de l'indignité française. Dans les urnes, nous avons mesuré les ravages qu'il a fait. La peur sécrétée, le racisme libéré ont fait progresser le Front national et l'abstention. Dans ce contexte honteux et grave, je suis fier du rassemblement que nous venons de construire.» attaque Jean-Jack Queyranne. Et de continuer sur la réforme des collectivités territoriales : «Le président de la République et son gouvernement veulent liquider les Régions avec la contre-réforme des collectivités territoriales. Si elle est votée par le Parlement, elle nous entraînera dans une régression démocratique sans précédent. Cette recentralisation à marche forcée ne sera qu’une arnaque à la démocratie.Cette réforme réduira les compétences des Régions, supprimera leur fiscalité, supprimera des services aux citoyens, changera le mode de scrutin et fera disparaître des élus locaux. Moins d'élus locaux, c'est moins de représentation et donc moins de démocratie.» Argument habituellement chasse-gardée de Gérard Collomb, le candidat Queyranne n'a pas manqué, pour cette occasion légitime, de reprendre le flambeau de son coreligionnaire.

On fourbit ses armes dans les deux camps, et à 48h du second tour, il faut impacter.  Et à gauche, le principe de l’union, il se fait d’abord contre la droite, comme l’a toujours rappelé Elisa Martin. Elle n’a d’ailleurs pas manqué de la faire lors de son passage à la tribune. Et fustiger, c’est finalement plus confortable que justifier. De manière équivalente, on peut dire que l’entre-deux-tours s’est plus conforté dans la réaction aux propos des adversaires que dans la clarification des programmes. C’est tout à fait problématique pour les listes de rassemblement de la gauche et des écologistes, car en plus de faire campagne, il faut justifier les soudures, ménager son camp et respecter la subjectivité des autres. Mission difficile, banalement politique, mais résolument acrobatique. Alors, pour l’instant, on reste sur le discursif. Un peu de baume pour Philippe Meirieu en fin de discours : «Nous ferons aussi de Rhône-Alpes une Ecorégion, exemplaire en France et en Europe. Je défends une vision sociale de l'écologie. L'écologie à laquelle je crois apporte du mieux-vivre à tous, particulièrement à ceux qui ont moins. Elle est une écologie positive, une écologie d'adhésion, une écologie de responsabilité.» Un caramel bien mou pour les écologistes, une non-information pour les électeurs.

Alors que retenir de cette réunion de jeudi. Peut-être que la partie la plus intéressante se situait dans l’incipit de l’intervention du président sortant : «volonté de rassembler, volonté de combattre la crise, volonté de faire de Rhône-Alpes une Région utile pour chacun». Et si la formule doit trahir l’ordre des priorités, le rassemblement des nouveaux alliés est en tête de celle-ci. Cela tombe plutôt pas mal, à 48h du scrutin, du printemps, et vraisemblablement du «Nouveau Printemps de la gauche».



Tags : régionales | abstention |

Commentaires 5

Déposé le 19/03/2010 à 22h59  
Par Francis Citer

Avec Queyranne, on donne le pouvoir aux islamistes... Bravo les électeurs ! Bref, rien ne changera et les français n'ont que ce qu'ils méritent. Disparition de la France, islamisation, socialisme, communisme (120 millions de morts dans le monde), perte des repères, culture de mort, gaspillage d'argent public, subventions aux amis, destruction des vraies valeurs...

Déposé le 19/03/2010 à 18h57  
Par julien Citer

j'ai bénéficié de la bourse explora'sup l'an dernier pour partir en Colombie, j'ai utilisé la carte M'RA au lycée la région a eu une vraie politique jeunesse, Queyranne a fait du bon boulot je vote pour lui dimanche, c'est aussi simple que ça PS : je suis aussi très attaché aux problématiques environnementales, et cette liste de rassemblement de la gauche et des écologistes me séduit beaucoup !

Déposé le 19/03/2010 à 17h27  
Par in the morning Citer

j'ai beaucoup quand on reprend mon pseudo... et je vois que la baromètre de l'aigreur est au beau fixe chez l'UMP normal quand on a une candidate incompétente, qui est aussi bonne oratrice que gestionnaire d'agglomération (cf. saint étienne)

Déposé le 19/03/2010 à 16h31  
Par At Night Citer

Il faut sauver les privilèges et les privilégiés !! On n'imagine pas le choc quasi traumatique de devoir perdre sa voiture avec chauffeur et les invitations en villes !! Plusieurs y ont laissé leurs peaux, la dépression du cadre dirigeant vaut bien celle du politique. Si vous souhaitez continuer à payer des permanents décérébrés (comme in the morning) pour vous prendre pour des cons !! Allez y on rase gratis !! Ca commence dimanche !!

Déposé le 19/03/2010 à 14h45  
Par in the morning Citer

contre grossetête contre son alliance avec les voix du FN contre le mépris des électeurs contre le démantèlement des région contre la bande du fouquet's contre la casse des services public contre la TVA sociale contre la nucléarisation de la région rhône-alpes contre l'incompétence de la candidate contre le manque de projets contre l'utilisation de nos impôts pour financer des visites électoralistes de ministres contre la droite la plus cynique d'Europe contre les amis millonistes de grossetête pour la Carte M'RA pour la bourse Explora'Sup pour les CARED pour le soutien à l'agriculture bio pour la modernisation de nos lycées pour le soutien à la culture et au sport pour le développement économique durable pour une écorégion pour des TER plus nombreux plus confortables pour un rayonnement de rhône-alpes en Europe pour un président rassembleur et compétent pour une équipe pleine de talents pour une région sans OGM pour l'emploi partout et pour tout le monde pour la solidarité régionale pour un hôtel de région plus proche des rhônalpins pour une pratique du pouvoir qui tranche avec l'arrogance de l'Elysée pour un bouclier social sur nos territoires pour faire le choix de Rhône-Alpes pour faire gagner la gauche rassemblée JE VOTE JEAN-JACK QUEYRANNE CE DIMANCHE !

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.