Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

SACVL : Havard solidaire des locataires rebelles

Le leader de l’opposition municipale se satisfait de la décision du tribunal administratif de Lyon, qui a débouté lundi le bailleur social de la Ville de sa demande d'augmentation de loyers auprès de 17 familles des 3e et 4e arrondissements.

« Plusieurs fois, en conseil municipal, nous avons pointé l’incongruité de ces décisions d’augmentation de loyers pour des personnes nullement responsables de la situation catastrophique de la SACVL », expose Havard dans un communiqué mercredi. Il évoque l’affaire des swaps contractés par la SACVL - « 47 millions d’€ de prêt toxique, 1,9 million d’€ de redressement fiscal » - obligeant l’organisme à « un vaste plan de vente du patrimoine (...) ainsi qu’une hausse des loyers pour près de 1 000 locataires. »
Inenvisageable pour 96 familles ayant décidé de faire valoir leurs droits. Deux locataires ont obtenu gain de cause devant le tribunal administratif de Vénissieux. Lundi, ce sont 17 familles lyonnaises qui ont été entendues. « Aussi sommes nous particulièrement satisfaits de ces décisions de justice, se félicite-t-il, qui permettent ainsi à la SACVL de se souvenir de sa raison d’être : venir en aide aux personnes qui ont des difficultés à se loger. ».



Tags : sacvl |

Commentaires 2

Déposé le 04/06/2011 à 04h49  
Par rolland Citer

Monsieur havard comme convenu suite a mes questions sans reponse J'e n'ai pas voter pour vous aux derniere elections J' ai de la memoire moi Jacques A +

Déposé le 01/06/2011 à 22h27  
Par Lisa Citer

Bravo, Monsieur havard! Bien parle! Vous au moins vous pensez au personnes en difficultés financières. Merci pour elles.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.