Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Martine Roure, Jacky Darne et Annie Guillemot à la fédération PS du Rhône mercredi matin - LyonMag

Débat Hollande/Aubry : l’heure des caractères ?

Martine Roure, Jacky Darne et Annie Guillemot à la fédération PS du Rhône mercredi matin - LyonMag

Mercredi soir, le débat entre le deux qualifiés pour le 2nd tour de la Primaire socialiste devrait mettre en lumière les priorités de chaque candidat. Mais également leur force de caractère. Pour les mandataires d’Hollande et Aubry dans le Rhône, on ne veut pas pour autant transformer l’exercice en grand oral.

Aux côtés du Premier fédéral Jacky Darne mercredi à la fédération PS du Rhône, Annie Guillemot et Martine Roure ont joué la carte de l’entente. Les mandataires respectives de Martine Aubry et de François Hollande pour le Rhône n’ont pas eu à feindre la cordialité. « Dans notre jeunesse avec Annie, nous avons passé des nuits entières à débattre vertement, rappelle Roure. Et le petit matin, nous nous retrouvions autour d’un café. » L’anecdote pourrait être érigée en maxime universelle de la primaire socialiste : de l’affrontement oui, mais feutré, amical. « Nous serons tous derrière celle ou celui qui sera désigné dimanche, explique l’eurodéputée. Et avec enthousiasme. »

Faut-il en conclure que le débat de ce soir ne sera qu’un indigeste passage de plats convenu entre les deux concurrents ? Le Premier fédéral du PS assure « qu’il n’y aura pas de bagarre » entre les désignés par le scrutin populaire de dimanche. « Je ne serais par contre pas choquée qu’il y ait des affirmations plus franches », reprend de son côté Martine Roure.
Particulièrement concernant les gages qu’il faudra donner à Arnaud Montebourg pour appâter son électorat. Sans doute que ce soir à 20h45 sur France 2, on parlera de mondialisation raisonnée, d’établissements bancaires à dompter. Il faudra agir malicieusement pour ne pas être taxé d’opportunisme. Il faudra également convaincre les électeurs. L’écueil parfait pour dévoyer son propos.
Du côté d’Hollande en particulier, défenseur d’un socialisme pragmatique. « Nous n’allons pas nous vendre pour un plat de lentilles », clôt Martine Roure. D’autant que le ralliement de Ségolène Royal et les premiers sondages sont autant d’éléments favorables au Corrézien. Une manière sans détour d’affirmer également que si Arnaud Montebourg pourrait être l’arbitre de cette primaire socialiste, il n’en est pas le vainqueur.

Une rareté dans cette campagne des Primaires où le choix des mots est pesé au trébuchet. Il ne faut pas passer pour un diviseur. Quoiqu’il arrive.
Les Primaires, c’est en quelque sorte un ring de boxe ou les combattants doivent s’affronter sous les couleurs d’un même promoteur. Il ne faut pas porter les coups au risque de dévoiler ses faiblesses au prochain adversaire qui, de son côté, se prépare pour le combat final en deux rounds de mai 2012. Exercice périlleux.  Reprenant le thème de la Primaire socialiste - « donner un nom au Changement » -
Annie Guillemot convient toutefois que le processus amène invariablement « vers la notion de personnalité et de caractère. » « Martine Aubry et François Hollande ne sont pas issus du même moule », appuie la maire de Bron. Des différences humaines qui peuvent inquiéter en cas de face à face avec Nicolas Sarkozy. « J’ai peur qu’une Martine Aubry s’emporte en cas de débat face à Nicolas Sarkozy, un peu comme Ségolène en 2007, explique Roure. Avec sa distanciation et son humour, François Hollande serait le plus à même de faire face au président lors d’un face à face. »
Le galop d’essai de mercredi soir ne devrait toutefois pas permettre de juger sur pièce, mais ouvrira sans doute des pistes.



Tags : primaires |

Commentaires 0

Pas de commentaire pour le moment.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.