Patrick Penot : « Le théâtre est toujours une arme »

Patrick Penot : « Le théâtre est toujours une arme »
Patrick Penot - JazzRadio/LyonMag

Le co-directeur du théâtre des Célestins était l’invité jeudi de Jazz Radio pour l’émission Ça Jazz à Lyon, proposée en partenariat avec LyonMag.com

Mémoires, identités, résistances, c’est le thème cette année de la seconde édition du festival Sens Interdit, proposé par la théâtre des Célestins, qui se tiendra du 21 octobre au 9 novembre. Mais également « libérer la parole », tel est le souhait de Patrick Penot. En ce sens, le spectacle d’ouverture du festival, intitulé Yahia Yaïch Amnesia, des Tunisiens Jalila Bakkar et Fadhel Jaïbi, correspond totalement à cette volonté émancipatoire par le théâtre. « J’ai vu ce spectacle six mois avant le départ de Ben Ali de Tunisie, explique Penot. Il annonçait absolument tout ce qui s’est passé. » Le co-directeur du théâtre des Célestins ne veut pour autant en faire un espace revendicatif unilatéral. « Notre propos est également de montrer comment se fait le théâtre pour le public de différents pays », précise-t-il. Avec 11 spectacles, 9 nationalités différentes pour la mise en scène et 178 artistes, le rendez-vous promet d’être éclectique. Tout en reprenant le rôle militant du théâtre, en l’impliquant dans la vie de la cité. Ce qu’il a finalement toujours été : un outil de représentation du réel.

Réécouter le podcast complet sur LyonMag.com.

Tags :

théâtre

0 commentaire
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.