Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

LyonMag/JazzRadio

11 Novembre : « La mémoire passe par l’histoire »

LyonMag/JazzRadio

Florence Charpentier, qui enseigne l'histoire au lycée Ampère de Lyon, était l'invité de Jazz Radio pour l’émission Ça Jazz à Lyon, proposée en partenariat avec LyonMag.com.

A l’heure où la prégnance des guerres s’efface peu à peu de notre présent, où la transmission orale autour des conflits devient de plus en plus difficile, les commémorations ont elles encore du sens pour les plus jeunes ? « La guerre est lointaine, les élèves n’en ont pas de concrétisation matérielle », commente Florence Charpentier. Et pourtant depuis les années 90 et le prix Nobel de Jean Rouaud pour Les Champs d’honneur, le thème de la Grande Guerre fait un retour durable dans les médias. Et s’est même retrouvé accaparé par le politique au moment de la polémique, à la fin des années 90, autour de la réintégration des 600 poilus mutins au titre de 'Morts pour la France'. « Tous les aspects sont étudiés, dont les mutineries », précise la professeure, qui regrette toutefois un aspect : le temps consacré en classe à l’enseignement de cette période. « La Grande Guerre est étudiée au lycée dans le cadre d’un thème intitulé La Guerre au XXe siècle, traité en 15 à 16 heures de cours, explique-t-elle. C’est très rapide. » Mais malgré cette approche au pas de course de la boucherie de 14-18, l’enseignante veille à donner du sens aux élèves. « Les témoignages, les lettres de soldats parlent plus aux élèves qu’une approche trop magistrale », confesse-t-elle, avec l’objectif de « perpétrer la mémoire de la Grande Guerre. »



Tags : 11 novembre |

Commentaires 3

Déposé le 11/11/2011 à 17h56  
Par toctoc Citer

ne pas confondre chers amis prof c'est a dire banal enseignant et professeur le titre. autrement c'est pas la peine de se farcir 8 ans d'études minimum pour être comparé a des milliers de ces enseignants qui sont plus souvent en grève qu'au job

Déposé le 11/11/2011 à 12h39  
Par republicain Citer

Florence Charpentier enseigne-t-elle le fait que des milliers de soldats Indigènes sont morts pour la France. S'est-elle rendu avec ses classes scolaires à Verdun ou devant l'Ossuaire de Douaumont des milliers de tombes musulmanes sont figées par le temps à perte de vue. C'est le Devoir des enseignants de restituer l'Histoire de la Communauté nationale pour un Devoir de toutes les Mémoires.

Déposé le 11/11/2011 à 09h03  
Par Jacquot Citer

devoir de mémoire Ne jamais oublier cette jeunesse sacrifiée

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.