Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Michel Mercier - LyonMag

Michel Mercier : “François Bayrou a une vraie légitimité”

Michel Mercier - LyonMag

Invité de l’émission « La voix est libre »samedi  sur France 3, le Garde des Sceaux et président du Conseil général du Rgône a fait le point sur deux dossiers chauds : la dette du Département et les échéances électorales de 2012.

Rare dans les médias, Michel Mercier est revenu sur les prêts structurés contractés par le Rhône auprès de la banque Dexia, dont les taux d’intérêts variables et potentiellement galopants alarment son opposition départementale. « Je ne suis pas là pour servir la soupe au conseiller général du 8e canton de Lyon », s’agace-t-il à l’évocation des hypothétiques 400 millions d’euros de surcoût liés à sept emprunts, dénoncés comme « toxiques, dont cinq très toxiques » cette semaine par le président du groupe socialiste au Département Thierry Philip. « Il n’est pas question de rembourser d’un coup tous les emprunts », précise Mercier, assurant négocier « tous les jours la dette avec Dexia. » Le président du Département estime le coût des frais financiers liés à la dette pour l’année 2011 à 27 millions d’euros. Et lie l’endettement polémique du Conseil général du Rhône au rachat en mai 1999 de l’infrastructure du périphérique nord (TEO) au concessionnaire Bouygues pour 1,2 milliards de francs. Il a fallu alors pour le Département emprunter vite - et bien ? c’est là toute la question -  pour se plier à la décision du Conseil d’Etat après la polémique sur la concession du périph’ nord de Lyon.

Des « liens d'amitiés qui demeureront» entre Mercier et Bayrou

Côté configuration des prochaines échéances électorales, Michel Mercier n’a voulu apporter son soutien à aucun candidat en particulier. Pour le moment. « Les choses se feront le temps venu », botte-t-il en touche. Il reconnait toutefois une vraie légitimité au candidat, presque déclaré, du Modem à la Présidentielle François Bayrou. « Il a été le premier en 2007 a soulever le problèmes des dettes souveraines, rappelle-t-il. Cela lui donne un légitimité. » Le Garde des Sceaux reconnait d’ailleurs sans mal vivre une relation politique et humaine particulière avec le Béarnais. « Vous savez les liens d’amitié qui nous unissent et qui demeureront », répond-il alors aux journalistes qui l’interrogent.

Mercier veut des candidats centristes dans les circonscriptions

Se définissant lui-même comme issu de la tendance centriste parlementaire, le vrai rendez-vous pour Michel Mercier, c’est celui de juin 2012. Le résultat des Législatives conditionnera le poids politique du centrisme pour les cinq années à venir en France. S’il reconnait toutefois qu’il faut sur quelqu’un « guide les centristes pour le 1er tour de la Présidentielle », l’élu de Thizy s’intéresse plus aux dynamiques d’union qui naitront à postériori. « J’aimerais, si possible, des candidats UMP et centristes dans les circonscriptions », concède-t-il alors par l’affirmative à la question de ses interlocuteurs. Une configuration qu’il favorise dans la 11e circonscription du Rhône, où le sortant Raymond Durand (Nouveau Centre), assure être soutenu par Mercier pour rempiler au poste de député. Du côté de l’UMP, on poussera Georges Fenech, vainqueur en 2007 mais destitué pour inéligibilité. Les préséances sont souvent délicates entre partenaires.



Tags : mercier | bayrou |

Commentaires 1

Déposé le 03/12/2011 à 21h02  
Par yann Citer

ben voyons Comment un ministre régalien de Sarkozy peut soutenir un concurrent de Sarkozy ??? Faut être clair dans la vie.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.