Gilles Vesco : "Les dégradations? On s’est posé la question d’arrêter Vélo’v à Lyon"

Gilles Vesco : "Les dégradations? On s’est posé la question d’arrêter Vélo’v à Lyon"
Gilles Vesco - Photo Lyonmag.com

Le vice-président du Grand Lyon en charge des déplacements et de la mobilité, était l’invité ce lundi de Ça Jazz à Lyon, sur Jazz Radio, une émission proposée en partenariat avec Lyonmag.

La pluie a gâché les festivités de l’anniversaire du Vélo’v mais c’est bien ses sept ans que voulait célébrer le mode de transport doux ce week-end. Le réseau compte aujourd’hui 345 stations. "Le développement est fixé jusqu’en 2017 qui est la date de fin de contrat entre le Grand Lyon et la société Decaux. Il y a 6600 bornes et trois nouvelles qui vont arriver : une à la darse de la Confluence au bord de l’eau et deux autres qui vont arriver au sud de la Sucrière" explique Gilles Vesco.

Les  Vélo’v se développent  également sur des villes voisines comme Villeurbanne et Vaulx-en-Velin. "En fait, c’est en cohérence avec le réseau. En 2017, on se posera la question de son développement hors Lyon en première couronne dans toutes les villes voisines. Il faut vraiment mailler et étendre en tâche d’huile avec une station tous les 300 mètres" assure le vice-président du Grand Lyon.

Il y a un mois, l’abonnement annuel a augmenté de 10 euros, ce qui l’a fait passer à 25 euros. Pour Gilles Vesco, il n’était pas question de toucher aux jeunes et aux bénéficiaires du RSA, qui représentent 40% des abonnés. "Le Grand Lyon veut des gens sur des vélos et on s’est aperçu qu’on manquait plusieurs milliers de trajets par jour. Nous avons donc  décidé de prendre des mesures qui vont nous apporter jusqu’à 4000 trajets en plus par jour" affirme t-il. Pour ce faire, le Grand Lyon a décidé d’adopter la même stratégie qu’à Paris. "Depuis un an, Vélib’ a pris 40% d’abonnés en plus avec une seule mesure. C’est l’abonnement 100% en ligne où il n’y a plus de caution. Il était temps, nous sommes au 21ème siècle. Ça veut dire pour Lyon, 3800 trajets en plus par jour. Mais l’opérateur Decaux nous a dit qu’il avait des frais. Il a fallu rééquilibrer et entre nous, 25 euros par an, c’est sept centimes par jour pour se déplacer à volonté" ajoute le vice-président.

Concernant les dégradations des Vélo’v, elles ont été très importantes ces dernières années. Notamment en juin 2008 où Gilles Vesco a recensé un pic où plus de 500 vélos ont été arrachés. "On s’est posé la question d’arrêter Vélo’v à Lyon. On a pris des mesures en sécurisant le point d’attache. Aujourd’hui, il semblerait que Vélo’v soit rentré dans le paysage. Les voitures les respectent mieux sur la route. Il y a toujours des dégradations mais elles sont tombées à une cinquantaine" conclut le chargé des déplacements et de la mobilité.


2 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
festen le 04/06/2012 à 12:23

50 sur quelle période, mois, année, jour? Combien de vélos en circulation? Le prix d'un vélo? Nombre d'employés?
Encore un effort et votre article sera lisible. ;-)

Signaler Répondre

avatar
lebreton@marien.info le 04/06/2012 à 11:08

Abonnement annuel - pas mensuel

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.