Cinq règles pour que la droite lyonnaise réussisse ses primaires

Cinq règles pour que la droite lyonnaise réussisse ses primaires
Eric Pelet - LyonMag

1) Les fixer dans un délai raisonnable soit pour la fin juin, date du deuxième tour, soit pour la fin septembre au plus tard.

Après les diverses tergiversations des états major voire même des candidats déclarés, il est nécessaire désormais de communiquer rapidement un calendrier précisant la date limite de dépôt des candidatures et celle des deux tours. Il paraît en effet difficile d’envisager un scrutin à un seul tour car le vainqueur de ces primaires devra disposer au soir du scrutin d’une majorité solide qui seule lui accordera une légitimité.

2) Les proposer au plan des votants à l’ensemble des électeurs et au non aux simples adhérents des mouvements politiques. Il suffit de se calquer sur le modèle des primaires socialistes pour la présidentielle. Le choix de désenclaver ce suffrage et de l’ouvrir au plus grand nombre a été gage de succès. Les électeurs se sont déplacés en masse et le buzz qui s’en est suivi a occupé l’espace médiatique plusieurs semaines durant jusqu’à créer une dynamique de victoire. Afin d’éviter des candidatures fantaisistes il pourrait être envisagé que chaque candidat justifie mille parrainages d’électeurs lyonnais pour pouvoir entrer en lice.

3) Les façonner comme un outil de rassemblement. Le contre-exemple des élections ratées de l’UMP à l’automne dernier est suffisamment édifiant. Il devrait être acté que le vainqueur de ces primaires propose à son concurrent finaliste de composer un ticket Maire/ Premier adjoint en cas de victoire aux élections municipales de 2014. De telle sorte, la droite lyonnaise éviterait de retomber dans les pièges de la division qui lui ont fait perdre les dernières élections et n’ont cessé de l’affaiblir. Une charte de rassemblement pourrait être signée entre les formations politiques qui présenteront un ou plusieurs candidats afin de sceller les futurs engagements de campagne.

4) Les organiser avec rigueur. Un collège de sages indépendants doit être constitué rapidement pour superviser l’organisation et le déroulement des primaires. Le dispositif électoral (liste d’émargement, bulletins, bureaux de vote, liste des assesseurs, contrôle des opérations de dépouillement, proclamation des résultats etc..) devra être verrouillé en amont pour éviter éventuelles fraudes et de laisser une impression d’amateurisme.

5) Les ouvrir à la société civile. Si il est acquis que les principaux candidats de ces futures primaires seront des élus et des responsables politiques déjà connus des lyonnais, il est nécessaire pour leurs partis respectifs de ne pas les confisquer. Les primaires qui désigneront l’adversaire de Gérard Collomb doivent être un moment citoyen fort et fédérateur. Si l’opposition républicaine veut réinvestir en majorité la mairie centrale et la communauté urbaine du grand Lyon, elle doit associer sa force militante aux initiatives des lyonnais qui souhaitent le changement. Ce n’est qu’à cette condition que ces primaires seront un moteur de victoire et un nouvel élan.

Tags :

pelet

10 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
kwerko le 07/02/2013 à 15:21
Unlyonnais a écrit le 07/02/2013 à 11h57

en 2001 à gauche non plus il n'y avait pas d'élus qui sortait du lot, Collomb Gérard n'était qu'un tocard qui pendant 20 ans s'est amuser à bloquer tous projets structurant qu'il se présentait à la ville Lyon !

Sauf qu'il y a une triste réalité, l'Etat de la droite à Lyon

Signaler Répondre

avatar
Unlyonnais le 07/02/2013 à 11:57
Malon a écrit le 07/02/2013 à 11h46

La droite à Lyon n’a pas de leader naturel, qui prendrait sa légitimité par sa compétence et sa capacité à entrainer les hommes et femmes derrière un projet.
Pour gagner et arriver à stopper la machine mise en place par Colomb, il faut un projet qui englobe tous les aspects de la vie quotidienne des lyonnais mais aussi qui donne une perspective d’avenir à notre métropole ! A ce jour la droite s’étreinte dans des querelles de personnes. Un projet ne se limite pas à des effets d’annonce, il doit être réfléchi, travaillé, concerté pour être crédible dans une campagne électorale.

en 2001 à gauche non plus il n'y avait pas d'élus qui sortait du lot, Collomb Gérard n'était qu'un tocard qui pendant 20 ans s'est amuser à bloquer tous projets structurant qu'il se présentait à la ville Lyon !

Signaler Répondre

avatar
Unlyonnais le 07/02/2013 à 11:54
Cartel a écrit le 06/02/2013 à 14h13

Colomb va surement s’imposer pour les prochaines municipales.
Le premier magistrat qu’il soit de droite ou de gauche gagnera en fonction de son projet, Colomb à un avantage significatif il peut mettre en avant son bilan.
Il a su développer notre métropole lui donner un certain rayonnement et ses grands projets commence à s’imposer.
Pour gagner, la droite à très peu de marge de manœuvre, Colomb a su habilement prendre ses distances avec la gauche socialiste compte tenu que les soutiens d’Hollande ne seront plus à la fête à la prochaine municipale.
Colomb prend les habits du radicalisme lyonnais et prend comme modèle Edouard Herriot, Colomb est beaucoup plus à droite que notre ancien maire radicale de plus son âge aidant cela risque de renvoyer les électeurs vers un candidat qui par sa jeunesse semblera plus dynamique.
Pour gagner il faut que la droite se rassemble compte tenu des egos cela est loin d’être le cas, que Colomb fasse une faute, tout le monde admet que c’est un honnête homme !
La droite parisienne ne croit pas en sa possible victoire à Lyon, et sa décision sera encore une fois déconnectée des réalités lyonnaises.

@Cartel, le bilan de Collomb ce sont des blockhaus de part et d'autre sur Confluence infranchissable, demain se sera l'axe Challamel Lacour / Barbusse qui sera infranchissable à cause du T7 entre la Doua et le pont de la Mulatière.

Alors stop Collomb en 2014 !

Signaler Répondre

avatar
Malon le 07/02/2013 à 11:46

La droite à Lyon n’a pas de leader naturel, qui prendrait sa légitimité par sa compétence et sa capacité à entrainer les hommes et femmes derrière un projet.
Pour gagner et arriver à stopper la machine mise en place par Colomb, il faut un projet qui englobe tous les aspects de la vie quotidienne des lyonnais mais aussi qui donne une perspective d’avenir à notre métropole ! A ce jour la droite s’étreinte dans des querelles de personnes. Un projet ne se limite pas à des effets d’annonce, il doit être réfléchi, travaillé, concerté pour être crédible dans une campagne électorale.

Signaler Répondre

avatar
Valerie le 07/02/2013 à 10:36

On voit bien que Collomb lasse les Lyonnais. Il a fait son temps et doit se retirer.
Il manœuvre pour débaucher des centristes qui préfèrent les postes aux convictions.
C est dommage qu a Lyon il n y ait pas de dynamique mais surtout des affaires

Signaler Répondre

avatar
Cartel le 06/02/2013 à 14:13

Colomb va surement s’imposer pour les prochaines municipales.
Le premier magistrat qu’il soit de droite ou de gauche gagnera en fonction de son projet, Colomb à un avantage significatif il peut mettre en avant son bilan.
Il a su développer notre métropole lui donner un certain rayonnement et ses grands projets commence à s’imposer.
Pour gagner, la droite à très peu de marge de manœuvre, Colomb a su habilement prendre ses distances avec la gauche socialiste compte tenu que les soutiens d’Hollande ne seront plus à la fête à la prochaine municipale.
Colomb prend les habits du radicalisme lyonnais et prend comme modèle Edouard Herriot, Colomb est beaucoup plus à droite que notre ancien maire radicale de plus son âge aidant cela risque de renvoyer les électeurs vers un candidat qui par sa jeunesse semblera plus dynamique.
Pour gagner il faut que la droite se rassemble compte tenu des egos cela est loin d’être le cas, que Colomb fasse une faute, tout le monde admet que c’est un honnête homme !
La droite parisienne ne croit pas en sa possible victoire à Lyon, et sa décision sera encore une fois déconnectée des réalités lyonnaises.

Signaler Répondre

avatar
jm le 06/02/2013 à 13:24

Le Régime Collomb est trop profondément implanté pour que l'on puisse, sans vrai remède sérieux, penser libérer Lyon.

Signaler Répondre

avatar
Raffarin le 06/02/2013 à 13:16

Mais la droite a déjà gagné les prochaines municipale, notre gégé va laminer l’extrême gauche et les verts !

Signaler Répondre

avatar
Jeanne le 06/02/2013 à 13:08

Malgré ces cinq règles, j'ai peur que nos candidats n'aient trop d'ambitions pour arriver à se mettre d'accord.
Ce que je trouve étonnant, c'est qu'ils savent tous au fond d'eux qu'ils ne pourront pas battre Collomb. Mais ils ont pourtant tous envie d'aller s'y frotter et se ridiculiser...

Signaler Répondre

avatar
romainblachier le 06/02/2013 à 11:58

Content de ton retour parmis nous!

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.