Guy Mathiolon, PDG de Serfim : "Les contrats de génération ? Ce n'est pas nouveau chez nous !"

Guy Mathiolon, PDG de Serfim : "Les contrats de génération ? Ce n'est pas nouveau chez nous !"
Guy Mathiolon - LyonMag.com

Guy Mathiolon, le PDG de Serfim, était l’invité ce lundi de Jazz Radio pour l’émission Ça Jazz à Lyon, proposée en partenariat avec LyonMag.

Serdex, l’une des entreprises du groupe Serfim de Guy Mathiolon, va signer lundi après-midi le premier contrat de génération du département du Rhône. Michel Sapin, le ministre de l’Emploi et du Travail sera présent. "Ce contrat de génération, c’est finalement quelque chose qui existe depuis très longtemps dans notre groupe d’entreprises. Pour nous, ce n’est pas une nouveauté car cela fait trente ans que nous essayons de former des jeunes. Le contrat de génération, c’est un binôme entre un sénior de plus de 57 ans et un jeune de moins de 26 ans embauché en CDI. C’est quelque chose de passionnant, parce que non seulement il y a un transfert de savoir-faire à travers ce système, mais surtout un transfert de savoir-être"

L’entreprise Serdex  est spécialisée dans le tri et le traitement d’ordures ménagères et est située à Gerland. Comment va se passer la mise en place de ce contrat de génération ? "C’est déjà en cours puisqu’un salarié, qui est à quelques années de la retraite, va former son remplaçant. C’est finalement quelque chose qui est assez ancien puisqu’on a beaucoup parlé du compagnonnage et de l’apprentissage. C’est remis au goût du jour. C’est une formation technique au poste auquel est destiné le jeune salarié mais aussi une formation plus large sur la culture de l’entreprise et la façon de se comporter au sein des entreprises".

La loi va mettre un cadre à ces formations ?
"Comme toujours, les lois sont complexes puisqu’il y a des effets de seuil qui ne nous concernent pas car le groupe SERFIM c’est une entreprise de taille intermédiaire de plus de 1500 salariés. Au-delà de 300 salariés, nous avons obligation d’engager des négociations avec les partenaires sociaux. Et puis pour les entreprises de moins de 300 salariés, il y a un bonus de 4000 euros par an chaque fois qu’un contrat de génération sera signé".

Ces incitations sont-elles suffisantes pour pousser les entreprises de moins de 300 salariés à jouer le jeu ? "A titre personnel, je ne suis pas favorable aux subventions car je crois que ce qui crée l’emploi c’est l’activité et la croissance. Par contre, il est vrai que dans des périodes difficiles, une aide financière peut avoir un effet déclencheur".

Cette loi sur les contrats de génération peut-elle endiguer le chômage ?
"La seule façon de créer de l’emploi c’est l’activité et la croissance. Mais dans ces périodes qui sont en effet difficiles, tout le monde parle un peu trop de morosité et de crise. Je crois que c’est un remède qui peut avoir du sens dans ces périodes là".

Le préfet du Rhône Jean-François Carenco affirme que la courbe du chômage pourrait s’inverser d’ici la fin de l’année 2013. "Je l’espère et je pense que ce n’est pas du tout irréaliste parce qu’effectivement le plus dur est peut-être derrière nous. Quand on réfléchit simplement à la crise, on s’aperçoit que c’est très peu la crise de l’économie réelle. La crise, c’est deux choses : la crise de la finance et puis la crise des Etats qui sont surendettés. A partir du moment que ces deux problématiques commencent à être prises en compte, l’activité de l’économie réelle a très peu baissé. Et il y a beaucoup de chefs d’entreprises qui gardent le moral car leur activité se porte plutôt bien. Ce n’est pas la peine de rajouter de la crise à la crise. Il faut dire ce qui va mal quand c’est le cas mais il y a des choses qui vont bien. Le groupe SERFIM a par exemple crée en 2012 100 emplois".

3 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Raoult le 19/02/2013 à 14:54

Bravo mr Mathiolon pour cette initiative historique !

Signaler Répondre

avatar
Trois points le 18/02/2013 à 20:59

Au service de la gauche comme d habitude. C est vrai que ceux qui lui passent des commandes sont des frangins....

Signaler Répondre

avatar
Anne Marie DD le 18/02/2013 à 15:30

Ca c'est une belle initiative. Et puis ca permet de prendre des nouvelles de Guy Matiolon !

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.