Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Bertrand Szymkowiak et Alain Partouche - LyonMag

Alain Partouche, DG de Wintech Global : “Tous les acteurs du pétrole réunis pour la première fois, et c’était à Lyon”

Bertrand Szymkowiak et Alain Partouche - LyonMag

Alain Partouche, directeur général de la start-up lyonnaise Wintech Global, était l’invité ce vendredi matin de l'émission Ça jazz à Lyon sur Jazz Radio en collaboration avec LyonMag.com.

Il y a quelques jours, vous avez réuni à la Chambre de Commerce de Lyon les principaux acteurs mondiaux du pétrole, des représentants des pays producteurs et des compagnies pétrolières, quel était le but de ce sommet ?
"L’objectif était surtout de donner une information transversale à tous ces pays qui représentent la planète entière, la quasi majorité des pays étaient africains ou d’Amérique Latine : le Nigeria, l’Angola, le Gabon, le Congo, le Venezuela, la Bolivie, la Colombie, tous ces pays là qui ont un intérêt majeur à identifier la qualité de leurs ressources."

Vous nous décrivez un très gros sommet avec des représentants du monde du pétrole. Mais on n’a très peu voire pas du tout entendu parler de lui. Pourquoi ?
"Le monde du pétrole est un monde fermé. Il a une influence stratégique terrible sur l’économie mondiale.
C’est la première fois sur la planète que tous les acteurs du pétrole se réunissent sur un sujet qu’ils avaient tous identifié."


Autour de quelle idée ont-ils été réunis ?
"Nous avons beaucoup d’expertise. Réunir autour d’une idée, c’est avoir du bon sens. Bertrand Szymkowiak, PDG de la start-up, est un garçon qui est extrêmement reconnu dans ce milieu et qui a de l’observation. On a constaté que dans le monde entier, on avait changé de civilisation. Jusqu’hier, les ressources étaient douces. Aujourd’hui, elles sont acides."

Ca veut dire qu’on creuse plus profond pour trouver du pétrole aujourd’hui ? Et que donc le pétrole est plus acide ?
"On creuse plus profond mais on trouve surtout ces nappes dans d’autres continents. Les continents concernés sont l’Afrique et l’Amérique Latine. La géologie est différente et la qualité des bruts acides a une conséquence directe sur les prix et sur les équipements."

Vous proposez donc un logiciel pour mesurer l’acidité du pétrole et donner un comparateur, quelque chose qui n’existait pas jusque-là ?
"Le logiciel, c’est l’aboutissement. Mais l’objectif, c’est de réunir tous les acteurs pour qu’ils puissent se parler et qu’enfin, pour la première fois, ils parlent du même sujet.
L’acidité des bruts a une conséquence directe sur les prix. Donc on n’a pas simplement été entendu et compris, mais la planète pétrole sait qu’il y a un sujet sur lequel on va se parler."


Dans un futur proche, l’étalonnage du pétrole pourrait donc être né à Lyon ?
"Oui. D’ailleurs on nous a demandé pourquoi Lyon. On aurait pu le faire à Dakar ou Genève. On a décidé de le faire à Lyon pour une raison simple : on est Lyonnais. Ca nous suffisait."

A Lyon, il y a déjà l’Institut français du pétrole, une raffinerie. Est que Lyon est une place forte du pétrole ?
"Je ne sais pas. En tout cas, l’institut est reconnu, la raffinerie est connue. Mais on est dans un segment un peu en amont de tout ça. Nous sommes une société privée dans la recherche, développement et consulting."


Quel est le calendrier à présent ?
"Ca sera le tempo que les acteurs vont nous donner. On va faire environ 5000 analyses mais avec des pétroles bruts de chaque pays. On demande aux participants de nous fournir leur matière première afin d’avoir une base de données tellement large qui puisse leur donner une véritable visibilité de la qualité et de la qualification de leur brut."

Cette fin annoncée du pétrole dans les prochaines décennies, elle est repoussée ou pas ?
"Forcément. Il y a 50 ans, les méthodes de recherche que l’on avait étaient peu poussées. Aujourd’hui vous travaillez avec des satellites. Tous les jours on découvre de nouveaux puits. Il faudra voir leur rentabilité mais moi je ne crois pas que la fin du pétrole est pour demain ou après-demain. On a encore des centaines d’années de potentialité.
On mettra encore probablement longtemps de l’essence dans nos voitures mais peut-être plus propre."



Tags : ça jazz à lyon | petrole |

Commentaires 4

Déposé le 12/09/2014 à 17h32  
Par Pavé dans la mare Citer

Le peak oil est une théorie de 1956 qui prévoyait initialement le pic entre 1965 et 1971 ! Le peak oil doit être appréhendé du point de vue des sources disponibles pas des niveaux de consommation. La "baisse" de la production mondiale est relative en partie à certains critères comme l’efficacité énergétique (vos autos sont moins gourmandes, vous ne vous chauffez plus au fuel...), à une baisse de la consommation dans les pays occidentaux (tandis que chez les dits "émergents" elle explose en accompagnant leur développement), à la disparition progressive de la production électrique à partir de pétrole.
Par contre ce qui est certain, c'est que les prix continueront de grimper: la ressource est toujours plus difficile d'accès, moins qualitative, plus profonde, demandant des technologies et outils couteux.
Mais oui, les hydrocarbures sont l'avenir proche des pays en développement qui n'aspire qu'à ce dont vous disposez. Et l'électricité générée par les turbines à gaz un bon moyen de transition pour supprimer les productions à base de charbon mondialement, voire réduire la part du nucléaire pour l'Occident.
De quel choix hypocrite parle t-on ici ? D'une énergie qui a accompagné le développement du monde occidental et d'un progrès du confort et des fondamentaux, donc de l'espérance de vie. Oui le meilleur moyen de transport pour la santé c'est bien la marche.
Ces trois personnes ci-dessus ne mettent-elles pas du carburant dans leur véhicule pour partir en congés ou pour leurs loisirs, voire même prennent l'avion... Il y a des moments où il faut renvoyer les personnes qui témoignent à leur propre contradiction.
La faute en partie à l'industrie du pétrole qui ne sait pas expliquer un univers complexe, mais aussi celle du grand public qui adore cracher facilement dans la soupe grâce à la théorie du complot.
N'en déplaise aux fondateurs d'idéologies les hydrocarbures ont un rôle très important à jouer dans la transition énergétique en Europe comme dans le monde.

Déposé le 03/05/2013 à 20h11  
Par MLBRLyon Citer

Le peak oil, c'est maintenant, ou plutôt, ça commence à faire longtemps que c'est maintenant.
Satellite ou pas satellite, la production mondiale stagne ou baisse depuis 2006.
Les petits artefacts que sont spéculations et conflits de ci, de là ne peuvent plus masquer la tendance de fond.
Voir à ce sujet les excellents blogs de Matthieu Auzanneau, Janco et autres.
Il va falloir changer, et vite!
Même si elle est très limitée pour le moment (grâce ou à cause de la crise économique), l'augmentation des prix tendra tôt ou tard vers une exponentielle de la contrainte sur l'approvisionnement.

Déposé le 03/05/2013 à 15h28  
Par polo Citer

Révolution ou régression ? A la base le but est de se débarrasser d'une ressource qui provoque des cancers ... étonnant que dans une ville aussi dangereusement poluée que Lyon on organise un tel sommet ... Et quelle hypocrisie de prétendre encore que le pétrole c'est l'avenir ... on va encore se prendre une claque dans 10ans quand on se rendra compte qu'une fois de plus, certains pays ont fait des choix plus judicieux... le nucléaire ne nous suffit il pas ?

Déposé le 03/05/2013 à 09h22  
Par Julien Citer

Etonnant ! une "start-up" Lyonnaise est sur le point de révolutionner à elle seule le monde du pétrole, elle rassemble les représentants mondiaux du secteur et personne n'en parle...curieux. A titre personnel, je préfère juger de la valeur d'une entreprise sur ses résultats plutot que sur ses coups de com.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.