Fin de la grève à la raffinerie de Feyzin : les unités de productions redémarrent

Fin de la grève à la raffinerie de Feyzin : les unités de productions redémarrent
La raffinerie de Feyzin - Lyonmag.com

Bloquée depuis le 20 mai dernier dans le cadre des manifestations contre la loi Travail, la raffinerie de Feyzin (Rhône) va reprendre une activité normale.

La direction a annoncé ce vendredi qu’elle allait procéder au redémarrage des unités de production. "Plusieurs jours seront nécessaires pour remettre en service la totalité des installations industrielles. Conformément aux procédures de sécurité, des produits pourront être brûlés aux torchères, entraînant des panaches de fumée non toxique. Ces brûlages, consécutifs aux réglages des unités, seront discontinus et de durée variable", précise Total, qui exploite la raffinerie.

Pour rappel, les salariés de la raffinerie de Feyzin avaient voté majoritairement la reprise de l’activité mardi, mais les syndicats avaient maintenu le mouvement jusqu’à ce vendredi.  Cette grève à la raffinerie de Feyzin, ainsi que dans les autres raffineries françaises, combinées au blocage de certains dépôts pétroliers, avaient conduit à une pénurie d’essence dans des stations-services du département.

6 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Post monétaire le 11/06/2016 à 10:45
philo smiley a écrit le 11/06/2016 à 10h38

Smileyyyy :o) il est petit, mais mignon quand même :o)

Ha ! chouette ! revoilà philosmiley avec ses argumentaires !
(alors ? On se reconnecte avec philosmiley lorsqu'on est coincé avec les autres pseudos que vous utilisez ? ;o)

Signaler Répondre

avatar
philo smiley le 11/06/2016 à 10:38
Post monétaire a écrit le 11/06/2016 à 10h23

"..............la raffinerie de Feyzin (Rhône) va reprendre une activité normale................."
.
Aie... il va falloir bien refermer les fenêtres à cause des fumées noires ignobles...
Vive le pétrole, facteur de progrès. Mais il faut choisir : avoir une voiture et empoisonner la planète, ou ne plus avoir de voiture et être dans la merde.
Quoi qu'il arrive dans un monde monétaire, c'est perdant perdant :o)

Smileyyyy :o) il est petit, mais mignon quand même :o)

Signaler Répondre

avatar
Post monétaire le 11/06/2016 à 10:23

"..............la raffinerie de Feyzin (Rhône) va reprendre une activité normale................."
.
Aie... il va falloir bien refermer les fenêtres à cause des fumées noires ignobles...
Vive le pétrole, facteur de progrès. Mais il faut choisir : avoir une voiture et empoisonner la planète, ou ne plus avoir de voiture et être dans la merde.
Quoi qu'il arrive dans un monde monétaire, c'est perdant perdant :o)

Signaler Répondre

avatar
Benoit0169 le 11/06/2016 à 09:30
COLUCHE 1979 a écrit le 10/06/2016 à 17h39

Sketch COLUCHE 1979 : Le syndicat : le délégué

Le syndicat appelle à la grêve : - "A LA GRÊVE !"
Prenez des notes, hein ! parce que je vais pas répéter, hein !
Les ouvriers :
- Qu'est-ce qu'y a ?
- C'est la grêve !
- Ben, y viennent d'embaucher !
- Ben, y débauchent !
- Ah bon, ! Salauds ! Le patron, rengagez nos camarades ! Aie ! Euh...(Pan sur la tête)
- Aie ! Salut Roger ! T'es dans la police maintenant ! Aie !
- Pardon , s'il vous plait, m'sieu l'agent... Aie ! La République ?
- C'est par là ! (Vlan ! )
Bon. Alors la grêve dure des fois trois semaines, des fois même trois semaine, voire même...
Y en a deux qui suivent ! c'est intéressant, non ?
Pendant les trois semaines, qu'est-ce qu'il fait le patron ?
Il vend ce qu'il a dans son stock !
Il a pas besoin des ouvriers qui fabriquent, pour vendre.
Alors, au bout de trois semaines, il a tout vendu. Il dit :
- "Voilà les mecs... vous avez gagné. Je rengage tout le monde !"
Et les mecs retournent bosser :
- "On a gagné ! On a gagné ! On a... à part les trois semaines qu'on a dans le... !
"Bon, le problème", a dit le patron, "y a deux problèmes :
Y a un problème du côté patron, et y a un problème du côté ouvrier qui se fait sentir !"
Ça sent le problème, ici...
Le patron, quand il rembauche les ouvriers, il est obligé de les augmenter, après la grêve. C'est embêtant ça !
D'ailleurs, il m'a dit : - "C'est ça le problème, parce que, vous comprenez, les ouvriers, il sont bien gentils, moi je les aime bien, moi les ouvriers, et puis il en faut ! Surtout des pauvres !"
Il m'a dit : - "Les ouvriers, ils demandent ça.
On leur donne ça !
Bon, mais ils le prennent !
On est embêtés !"
Et alors du côté ouvrier, il y a un problème : C'est que la grêve, c'est pas payé !
Vous comprenez ? Sauf dans les grandes administrations, mais ça, c'est pas payé, la grêve.
Alors un mec qui dit : - "On a gagné ! On a gagné !"
Ben, ils ont perdu trois semaines !
Alors y avait des remous !
- "Ouais, euh... Ouais, le syndicat nous a fait faire la grêve. Tout ça, euh... on a gagné ta ta ta... Tu vas voir Ta ta ta !
On a paumé trois semaine, oui !"
J'ai dit : - "Camarades, camarades !
D'aucuns diront que le syndicalisme est à la société moderne ce que le mercurochrome est à la jambe de bois.
A ceux là je dirai, rappelez vous l'essentiel :
Le capitalisme, c'est l'exploitation de l'homme par l'homme !
Le syndicalisme, c'est le contraire !

Un bon résumé... :-)

Signaler Répondre

avatar
MAX le 11/06/2016 à 05:56

La CGT a encore fait perdre plus de 3 semaines de salaire aux grévistes pour rien... Bravo la CGT! Les prochaines élections professionnelles vous seront fatales...!

Signaler Répondre

avatar
COLUCHE 1979 le 10/06/2016 à 17:39

Sketch COLUCHE 1979 : Le syndicat : le délégué

Le syndicat appelle à la grêve : - "A LA GRÊVE !"
Prenez des notes, hein ! parce que je vais pas répéter, hein !
Les ouvriers :
- Qu'est-ce qu'y a ?
- C'est la grêve !
- Ben, y viennent d'embaucher !
- Ben, y débauchent !
- Ah bon, ! Salauds ! Le patron, rengagez nos camarades ! Aie ! Euh...(Pan sur la tête)
- Aie ! Salut Roger ! T'es dans la police maintenant ! Aie !
- Pardon , s'il vous plait, m'sieu l'agent... Aie ! La République ?
- C'est par là ! (Vlan ! )
Bon. Alors la grêve dure des fois trois semaines, des fois même trois semaine, voire même...
Y en a deux qui suivent ! c'est intéressant, non ?
Pendant les trois semaines, qu'est-ce qu'il fait le patron ?
Il vend ce qu'il a dans son stock !
Il a pas besoin des ouvriers qui fabriquent, pour vendre.
Alors, au bout de trois semaines, il a tout vendu. Il dit :
- "Voilà les mecs... vous avez gagné. Je rengage tout le monde !"
Et les mecs retournent bosser :
- "On a gagné ! On a gagné ! On a... à part les trois semaines qu'on a dans le... !
"Bon, le problème", a dit le patron, "y a deux problèmes :
Y a un problème du côté patron, et y a un problème du côté ouvrier qui se fait sentir !"
Ça sent le problème, ici...
Le patron, quand il rembauche les ouvriers, il est obligé de les augmenter, après la grêve. C'est embêtant ça !
D'ailleurs, il m'a dit : - "C'est ça le problème, parce que, vous comprenez, les ouvriers, il sont bien gentils, moi je les aime bien, moi les ouvriers, et puis il en faut ! Surtout des pauvres !"
Il m'a dit : - "Les ouvriers, ils demandent ça.
On leur donne ça !
Bon, mais ils le prennent !
On est embêtés !"
Et alors du côté ouvrier, il y a un problème : C'est que la grêve, c'est pas payé !
Vous comprenez ? Sauf dans les grandes administrations, mais ça, c'est pas payé, la grêve.
Alors un mec qui dit : - "On a gagné ! On a gagné !"
Ben, ils ont perdu trois semaines !
Alors y avait des remous !
- "Ouais, euh... Ouais, le syndicat nous a fait faire la grêve. Tout ça, euh... on a gagné ta ta ta... Tu vas voir Ta ta ta !
On a paumé trois semaine, oui !"
J'ai dit : - "Camarades, camarades !
D'aucuns diront que le syndicalisme est à la société moderne ce que le mercurochrome est à la jambe de bois.
A ceux là je dirai, rappelez vous l'essentiel :
Le capitalisme, c'est l'exploitation de l'homme par l'homme !
Le syndicalisme, c'est le contraire !

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.