Procès du don mortel de plasma : des amendes et du sursis requis

Procès du don mortel de plasma : des amendes et du sursis requis
Photo d'illustration - LyonMag

Ce mardi, les réquisitions sont tombées dans le procès du don mortel de plasma.

Le procureur a requis la culpabilité d’homicide involontaire ainsi que 10 000 euros d’amende contre l’Etablissement français du sang. De plus, 12 mois d’emprisonnement avec sursis et 10 000 euros d’amende ont été requis contre le médecin qui n’avait pas vu l’erreur. 18 mois de prison avec sursis, une interdiction professionnelle et 5 000 euros d’amende ont été requis contre l’infirmière.

Pour rappel, sept ans après les faits, une infirmière, un médecin ainsi que l’Etablissement français du sang étaient jugés pour homicide involontaire.

Le 24 septembre 2009, une jeune architecte de 29 ans était décédée après avoir fait un don de plasma à l’Hôtel-Dieu. L’infirmière présente avait commis une erreur dans le dosage des produits. Elle avait utilisé deux poches identiques de citrate de sodium. La soignante n’avait par la suite pas parlé de son erreur après le malaise de la victime.

Le jugement sera rendu le 14 octobre.

0 commentaire
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.