Michel Havard, un leader de la droite lyonnaise tenté par la dissidence ?

Michel Havard, un leader de la droite lyonnaise tenté par la dissidence ?
Michel Havard - LyonMag

Après un court été, Michel Havard avait convié les médias ce lundi pour faire le tour des sujets politiques locaux et nationaux. Une conférence de presse du leader de la droite lyonnaise, c’est assez rare pour cacher quelque chose.

L’élu LR a d’abord tenu à balayer la rumeur relayée par nos confrères de Tribune de Lyon, le faisant rejoindre l’équipe municipale de Gérard Collomb. "Ca n’est pas le cas et ça ne le sera pas pour les 77 ans à venir. Il n’y a pas d’ambiguïté à ce sujet, rien que pour le respect des électeurs qui ont voté pour moi aux municipales de 2014".

Puis Michel Havard a évoqué sa nouvelle vie professionnelle, qui l’éloigne tant de ses responsabilités politiques. Devenu associé dans un groupe fabriquant des containers à déchets, il devrait devenir directeur général dans les prochains mois. "C’est un choix que j’ai fait et je l’assume complètement, signale l’ancien député. (…) Cette montée en puissance dans le groupe, je m’en réjouis, notamment pour ma famille".

Avec moins de temps pour penser politique, Michel Havard est toutefois en passe de prendre la décision la plus grave et clivante de sa carrière. Ses amis comme ses adversaires le décrivaient comme une personnalité assez lisse, aux idées passe-partout. Et bien Michel Havard a réfléchi ces dernières semaines et envisage désormais d’être candidat dissident aux prochaines législatives en 2017.

Pour rappel, après avoir échoué à rester député de la 1ère circonscription du Rhône en 2012, il avait vu son parti, sous l’impulsion de Laurent Wauquiez, choisir Anne Lorne, plus à droite, pour être la candidate des Républicains à sa place.
Désormais, Michel Havard espère très fort qu’Alain Juppé, dont il est le porte-parole départemental, remporte la primaire de la droite et du centre et rebatte les cartes. L’ancien Premier ministre s’y était engagé, qualifiant d'erreur la mise à l’écart d’Havard.

La remise en question de la mainmise de Wauquiez sur le parti local

Mais si Alain Juppé est battu, alors Michel Havard pourrait prendre ses responsabilités, "de partir au combat pour aller chercher ma légitimité dans les urnes". Il reconnaît toutefois que la dissidence, surtout pour le leader du groupe d’opposition, "ça donne une mauvaise image. Mais le contexte est particulier. Cette circonscription, seul moi peut la gagner face à Thierry Braillard car il faut rassembler large. Et ça, pour Anne Lorne, ça sera compliqué".

Le torchon brûle entre les deux élus. D’ailleurs, s’il n’est pas candidat, le juppéiste ne fera pas campagne pour la sarkozyste. "Je m’occuperais d’autres choses", réplique-t-il, un sourire en coin.

Et s’il redevient député, Michel Havard devra-t-il abandonner sa nouvelle vie professionnelle ? Une autre question qui devra être résolue très prochainement.

Que la droite lyonnaise et régionale se le dise, Michel Havard n’a plus la patience de s’effacer pour satisfaire les ambitions des uns et des autres. Il ne le dit pas mais il en veut à Laurent Wauquiez à qui il n’aurait pas parlé depuis les investitures des législatives. Selon nos informations, ils se sont pourtant entretenus il y a 10 jours, le président de la Région lui demandait même de la jouer collectif.

Ce n’est pas la première fois que Michel Havard annonce son come-back, sans cesse avorté par ses errances personnelles. Il semblerait que le gentil leader ait fini de faire le point et se prépare à écouter davantage ses ambitions. Car il en rêve encore, malgré de nouveaux sondages décevants, de ce siège de maire de Lyon.

12 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Don juppe le 30/09/2016 à 18:43

Droite ou gauche? Je voterai au centre ,car le centre c'est le milieu et le milieu c'est la mafia.vive le parrain.

Signaler Répondre

avatar
69008 le 30/09/2016 à 17:46

has been comme Collomb avant 2001.
Michel Havard est encore jeune et a tout l'avenir devant lui, pour le bien de Lyon

Signaler Répondre

avatar
Revenants obs le 14/09/2016 à 12:43

Bon ben Alain Juppé a perdu. Ce brave Havard ayant un sens politique proche de moins l'infini, il est toujours à côté de la plaque...

Signaler Répondre

avatar
Boudeur avec ça!... il est temps de revivre ailleurs! le 13/09/2016 à 17:59
Pauvre HAVARD... a écrit le 12/09/2016 à 23h13

"Mais si Alain Juppé est battu, alors Michel Havard pourrait prendre ses responsabilités, "de partir au combat pour aller chercher ma légitimité dans les urnes". Il reconnaît toutefois que la dissidence, surtout pour le leader du groupe d’opposition, "ça donne une mauvaise image. Mais le contexte est particulier. Cette circonscription, seul moi peut la gagner face à Thierry Braillard car il faut rassembler large. Et ça, pour Anne Lorne, ça sera compliqué".
Le torchon brûle entre les deux élus. D’ailleurs, s’il n’est pas candidat, le juppéiste ne fera pas campagne pour la sarkozyste. "Je m’occuperais d’autres choses", réplique-t-il, un sourire en coin. Et s’il redevient député, Michel Havard devra-t-il abandonner sa nouvelle vie professionnelle ? Une autre question qui devra être résolue très prochainement."

Plus "looser" que Michel HAVARD, je meurs!

Alors que JUPPE est encore en tête pour les Primaires et que ce profile un "tout sauf SARKOZY" au second tour... voilà que ce "looser" professionnel envisage déjà la défaite de JUPPE! (JUPPE a indiqué que si il gagnait la Primaire il ne se sentirait pas lié par les investitures faites sous SARKOZY... )

Pire alors qu'il se prétend "leader" (MDR!) il annonce une possible dissidence... non pas pour gagner... mais pour faire perdre celle qui a été investie par son Parti!

Il ferait mieux de quitter la politique... il n'y a aucun avenir!

HAVARD n'aurait plus parlé à WAUQUIEZ depuis les investitures... sûr que le Président d'Auvergne-Rhône-Alpes et de LR doit en être fort marri! :-)

Le pouvoir ça ne se donne pas (sauf pour certaines femmes...) ça se prend!

WAUQUIEZ trace sa route...quand HAVARD est en bout de course ... et pas loin de la voie de garage!

Mais ce n'est si grave!
Il n'y a pas que la politique dans la vie! D'ailleurs on peut dire que la vie, pour les ambitieux, c'est partout ailleurs sauf dans la politique... car la politique prend tout... et ne laisse in fine qu'un goût de cendre ou d'amertume dans la bouche!

Allez Michel, quitte ce monde d'egos, va te ressourcer, trouve la paix et va revivre ailleurs! Tous ces débats, ces batailles sont surfaites... la vraie vie est ailleurs!

Bon vent!

Signaler Répondre

avatar
Nostromo le 13/09/2016 à 13:25

Il ferait peut être mieux d'aller travailler non ?

Signaler Répondre

avatar
DM le 13/09/2016 à 10:56

Premièrement, jamais dit que c'était une vague bleue.
Deuxièmement, sur les grandes villes de France, en mars 2014, la plupart est restée de la même couleur politique que précédemment : Paris, Marseille, Nantes, Bordeaux, Dijon, Lille, Nice, Metz, Strasbourg, Montpellier. Seules ont basculé de gauche à droite Toulouse et Reims.

Signaler Répondre

avatar
Lugdu le 13/09/2016 à 07:50
DM a écrit le 12/09/2016 à 17h50

Mon pauvre Lugdu, "pas nombreux les lyonnais", juste 53 356 qui ont voté Havard contre 70 460 pour Collomb soit 10,75% de voix de plus que par rapport à 2008.

Faut juste prendre les chiffres tels qu'il sont et ne pas se lancer dans des affabulations.

t'as raison, c'était une sacré vague bleue ... allez, on t'en veut pas!

Signaler Répondre

avatar
Pauvre HAVARD... le 12/09/2016 à 23:13

"Mais si Alain Juppé est battu, alors Michel Havard pourrait prendre ses responsabilités, "de partir au combat pour aller chercher ma légitimité dans les urnes". Il reconnaît toutefois que la dissidence, surtout pour le leader du groupe d’opposition, "ça donne une mauvaise image. Mais le contexte est particulier. Cette circonscription, seul moi peut la gagner face à Thierry Braillard car il faut rassembler large. Et ça, pour Anne Lorne, ça sera compliqué".
Le torchon brûle entre les deux élus. D’ailleurs, s’il n’est pas candidat, le juppéiste ne fera pas campagne pour la sarkozyste. "Je m’occuperais d’autres choses", réplique-t-il, un sourire en coin. Et s’il redevient député, Michel Havard devra-t-il abandonner sa nouvelle vie professionnelle ? Une autre question qui devra être résolue très prochainement."

Plus "looser" que Michel HAVARD, je meurs!

Alors que JUPPE est encore en tête pour les Primaires et que ce profile un "tout sauf SARKOZY" au second tour... voilà que ce "looser" professionnel envisage déjà la défaite de JUPPE! (JUPPE a indiqué que si il gagnait la Primaire il ne se sentirait pas lié par les investitures faites sous SARKOZY... )

Pire alors qu'il se prétend "leader" (MDR!) il annonce une possible dissidence... non pas pour gagner... mais pour faire perdre celle qui a été investie par son Parti!

Il ferait mieux de quitter la politique... il n'y a aucun avenir!

Signaler Répondre

avatar
bonnetdu2 le 12/09/2016 à 20:39

C'est vraiment n'importe quoi! Aucun respect pour ses équipiers élus avec lui. Il ne pense qu'à sa poire!

Signaler Répondre

avatar
SPARTACUS le 12/09/2016 à 17:54

Une bonne nouvelle pour Thierry Braillard!

Signaler Répondre

avatar
DM le 12/09/2016 à 17:50
Lugdu a écrit le 12/09/2016 à 17h29

L’élu LR a d’abord tenu à balayer la rumeur relayée par nos confrères de Tribune de Lyon, le faisant rejoindre l’équipe municipale de Gérard Collomb. "Ca n’est pas le cas et ça ne le sera pas pour les 77 ans à venir. Il n’y a pas d’ambiguïté à ce sujet, rien que pour le respect des électeurs qui ont voté pour moi aux municipales de 2014".

et ils ne sont pas nombreux les lyonnais à avoir voté pour lui en 2014... Il cumule trop de défaites, il est has-been ...

Mon pauvre Lugdu, "pas nombreux les lyonnais", juste 53 356 qui ont voté Havard contre 70 460 pour Collomb soit 10,75% de voix de plus que par rapport à 2008.

Faut juste prendre les chiffres tels qu'il sont et ne pas se lancer dans des affabulations.

Signaler Répondre

avatar
Lugdu le 12/09/2016 à 17:29

L’élu LR a d’abord tenu à balayer la rumeur relayée par nos confrères de Tribune de Lyon, le faisant rejoindre l’équipe municipale de Gérard Collomb. "Ca n’est pas le cas et ça ne le sera pas pour les 77 ans à venir. Il n’y a pas d’ambiguïté à ce sujet, rien que pour le respect des électeurs qui ont voté pour moi aux municipales de 2014".

et ils ne sont pas nombreux les lyonnais à avoir voté pour lui en 2014... Il cumule trop de défaites, il est has-been ...

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.