Arnas : une entreprise de détergents et de produits d’entretien surveillée par la préfecture 

Arnas : une entreprise de détergents et de produits d’entretien surveillée par la préfecture 
Photo d'illustration - DR

Une usine classée Seveso d’Arnas vient de se voir interdire de manipuler et de rejeter la moindre des substances dans les réseaux d’assainissement.

Quaron ne pourra plus que recevoir, stocker et expédier les produits détergents et les produits d’entretien. Cette interdiction intervient après un incident qui s’était déroulé le 18 octobre dernier devant la société. Ce jour-là, de la fumée blanche s’était échappée des bouches d’égout aux alentours de l'entreprise. 

Deux jours après cet incident, la Direction départementale de la protection des populations avait donc décidé de limiter les activités de Quaron. Cela, même si aucune conséquence sur l’environnement n’avait été relevée.

Des travaux de modernisation à hauteur de 3 millions d’eurosvont être lancés. De plus, une rencontre va être organisée en fin de semaine entre les élus et les responsables de l'entreprise.

Tags :

Quaron

arnas

2 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
manu le 28/10/2016 à 16:56

"Les agents détergents et désinfectants utilisent souvent des produits chimiques très agressifs" : source : prévention des risques professionnels des détergents et désinfectants : http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/risque-chimique/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=69&dossid=273

Signaler Répondre

avatar
Post monétaire le 27/10/2016 à 13:34

D'un côté :
"...............Ce jour-là, de la fumée blanche s’était échappée des bouches d’égout aux alentours de l'entreprise. ............"

et de l'autre :
".................aucune conséquence sur l’environnement n’avait été relevée................."

Ils ont "cherché où" ces conséquences ?

Courage, tant que nous serons dans un système où il sera plus "rentable" de balancer dans les égouts que de faire autrement, la pollution ne fera que continuer.
(et on voit que les contrôles et les taxes en changent rien à cet impératif de "rentabilité").

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.