Une avancée lyonnaise contre le cancer

Alain Puisieux, directeur de la recherche au centre Léon Bérard :
“Dans mon unité, on étudie le mécanisme de développement du neuroblastome, une tumeur du jeune enfant qui touche le système nerveux central. Et on a mis en évidence un gène, Twist, qui est activé dans le cadre de cette maladie, alors qu’il ne l’est pas chez des individus sains. Un gène qui normalement participe au développement des organes de l’embryon puis se met en sommeil chez l’adulte. Mais qui, là, se met en action pour permettre au cancer de passer les systèmes de protection de notre organisme et par exemple empêcher la cellule malade de se suicider.
Puis on a réussi à montrer que ce gène était réactivé dans un grand nombre de cancers. Et qu’en plus, il favorisait la formation des métastases, ces tumeurs secondaires qui s’attaquent aux organes vitaux et qui sont responsables de 90 % des décès.
Résultat, grâce à cette étude, on espère améliorer le diagnostic des cancers. Car on sait que ce gène, s’il est activé, entraîne une résistance aux traitements de chimiothérapie et une plus grande probabilité de métastases. Donc qu’il faut tout de suite utiliser des drogues spécifiques. Du coup, on gagne du temps dans la mise au point du traitement. Mais on souhaite aussi, sur le long terme, créer des médicaments pour désactiver Twist.”

0 commentaire
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.