Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Tensions aux HCL

La rentrée va être très agitée aux Hospices civils de Lyon avec une grève des médecins et une bataille entre syndicats pour le contrôle de la mutuelle.

“On se prépare à un sacré bordel !” C’est le diagnostic du Pr Jean-Louis Peix, chirurgien à Lyon Sud spécialisé dans la thyroïde mais aussi président départemental du syndicat des médecins qui ont une activité libérale aux HCL. Car ses confrères font la grève des facturations depuis juin dernier. Pour protester contre  le gouvernement qui a décidé d’augmenter la redevance qu’ils payent pour utiliser les infrastructures hospitalières pendant leurs consultations privées. Alors qu’avant, ils profitaient d’un système assez avantageux puisqu’ils ne reversaient que 40 % des tarifs remboursés par la Sécurité Sociale. “Aujourd’hui, c’est 40 % des honoraires facturés. Exemple, pour une intervention de 500 euros, je devrais rembourser 200 euros eu lieu de 80 euros”, explique le Pr Peix. Ce chirurgien reconnaît “certains abus” dans les dépassements d’honoraires mais il trouve que ça concerne “quelques brebis galeuses” et qu’une loi est donc superflue. Et il assume même d’aggraver le déficit des HCL “Ils vont déjà très mal. Quand un bateau coule, le problème n’est pas de savoir s’il va s’échouer sur le rocher ou le sable !”

Mais les HCL vont devoir affronter une autre bataille qui promet d’être animée. Avec là encore une évolution inévitable, refusée par une partie du personnel. Depuis l’après-guerre, les HCL bénéficient en effet d’une mutuelle maison. Mais l’Europe impose la mise en concurrence et les HCL vont devoir lancer un appel d’offres. Mais les syndicats ne sont pas d’accord sur la stratégie à adopter. D’un côté, FO et l’UNSA souhaitent moderniser ce système, en changeant notamment les règles de calcul des cotisations pour affronter la concurrence des assurances privées. C’est-à-dire en ne faisant plus payer le personnel des HCL en fonction de leurs rémunérations mais selon les risques liées à leur activité. Alors que la CGT, la CFDT et Sud s’opposent à ce qu’ils appellent un “changement des règles de solidarité” et cette “dérive assurantielle”. Mais FO a reçu le soutien des deux élus qui représentent la mairie de Lyon aux HCL, Gilles Vesco et Kamel Senhadji. Du coup, la CFDT a demandé à son avocat Me Gilles Devers de saisir la justice pour bloquer la tenue de la prochaine assemblée générale de cette mutuelle.



Tags : HCL | hospices civils de lyon |

Commentaires 0

Pas de commentaire pour le moment.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.