Prostitution : les "mamas" nigérianes condamnées à 3 ans de prison avec sursis

Le jugement a été rendu ce vendredi par le tribunal correctionnel de Lyon.

Cinq des protagonistes impliqués dans l’affaire des proxénètes nigérians faisaient en plus l’objet de poursuites pour traite d’êtres humains. Celles que l’on surnommait les "mamas", Angela Ehiorobo, 31 ans, Precious Eriyo, 30 ans et et Stella Peter 30 ans également ont été condamnées à 3 ans de prison dont un avec sursis. Elles s’occupaient de jeunes prostituées pour récupérer l’argent des passes et des loyers. 

Christopher Evbayiro, 64 ans a écopé de 2 ans de prison pour avoir vendu deux filles depuis l’Allemagne. Eghosa Iyekekpolor, 35 ans (le frère de Stella), qui se chargeait d’approcher les jeunes femmes au Nigéria, purgera quant à lui une peine de 8 mois de prison. 

Angela Ehiorobo, domiciliée en Espagne, Christopher Evbayiro et Eghosa Iyekekpolor ont tous trois interdiction de revenir sur le territoire français.

Les trois personnes qui louaient leur camionnettes au réseau de prostitution ont écopé de 6 mois à 1 an de prison avec sursis.

4 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Florie le 04/05/2018 à 08:42

Pourquoi les juger alors que les peines sont si dérisoires , faut tous les renvoyer chez eux faire leur business , on en veut plus de ces nuisibles

Signaler Répondre

avatar
sursis le 23/12/2017 à 18:54

Traite d être humain et sursis le parquet devrai faire apel et demander l expulsion immédiate trop facile

Signaler Répondre

avatar
Association de malfaiteurs le 23/12/2017 à 17:37

Des noirs qui exploitent des noirs ? Comme quoi pour de l’argent ,une majorité d’etre Humain vendraient leur père et leur mère. Combat pour le racisme? Quel racisme,celui de la misère est réel ,l’autre c’est pour profiter justement de tous ses pauvres gens. Et après, ses mêmes. Associations parle d’humanité et d’accueil d’etrangers qu’ils exploitent aux travails ect...

Signaler Répondre

avatar
kumer le 23/12/2017 à 11:51

Et vous appelez cela une condamnation non mais elles rigolent er vont poursuivre tranquillement leur business

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.