Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

LyonMag.com

Victime de dégradations et de vols en continu, Gobee.bike stoppe son activité en France

LyonMag.com

L'entreprise hongkongaise a annoncé ce samedi mettre fin à son service en France, seulement quatre mois après s'être implantée dans le secteur.

En cause, le trop grand nombre de vols et de détériorations subies sur les vélos de la société Gobee.bike. En France, l'entreprise a enregistré un millier de vols, 3 400 vélos endommagés ou encore 6 500 réparations effectuées. "Depuis la mi-décembre, c’est un effet domino de dégradations qui s’est abattu sur notre flotte de vélos, partout où notre service existait en France", a indiqué, via un communiqué, l'entreprise Gobee.bike.

 

La décision était "difficile à prendre" pour la société, qui a déjà dû par le passé se retirer d'autres pays, comme la Belgique ou l'Italie. La direction de Gobee.bike informe que 60% de son parc en Europe a été endommagé ou volé. Avant de partir, la société a toutefois remboursé la caution restante à chaque utilisateur, d'un montant de 15 euros.



Tags : gobee.bike | vols | dégradations |

Commentaires 15

Déposé le 28/02/2018 à 16h59  
Par Alban Vistel 2 Citer

Sans parler de vol ou de vandalisme, et pour les avoir observé, je note que ces vélos sont (étaient) de véritables camelotes, inadaptés à une utilisation en ville, de surcroît en mode "partagé".

Plastique bas de gamme, selle trop lâche, rayons pas assez solides : ces vélos sont inutilisables en ville, où il faut souvent rouler sur des pavés, des rails de tramways, descendre des trottoirs.

De plus l'absence de changement de vitesse est rédhibitoire !
Le vélo'v, plus solide, plus fiable, est plus adapté, c'est certain.

Pour info : cout de fabrication d'un vélo'v : 619 €
Coût de fabrication d'un GoBee : 75€ !!
Tout est dit...

Et ne parlons pas du prix de l'utilisation.
Vélo'v : 25€ par an pour une utilisation illimitée.
GoBee : 1€... de l'heure !
Cherchez l'erreur.

Je ne connais pas les motivations des dirigeants de GobeeBike, mais c'était perdu d'avance.

Déposé le 27/02/2018 à 16h57  
Par Dylane Citer

Bonjour

A vendre vélo vert, quasi neuf, pas cher...

Déposé le 27/02/2018 à 16h04  
Par Petaudier Citer

On leur a volé 1 000 vélos sur les 400 000 qui se volent chaque année en France.
Et comme tout le monde trouve ça bien...

Déposé le 27/02/2018 à 13h34  
Par Un vrais pays De cassos. Citer

Magnifique France a écrit le 26/02/2018 à 13h11

Que sont les vélos devenus ?
Figurez-vous que même des fonctionnaires s'en sont appropriés, si j'en juge par la présence de deux exemplaires dans la cour des personnels d'un collège villeurbannais. Bravo !

Et après on parle de gens civilisés et de citoyens responsables,mdrrrrrr.

Déposé le 27/02/2018 à 11h08  
Par Velov' Citer

dommage a écrit le 26/02/2018 à 13h14

Vu dans d'autres pays asiatiques où ca marche bien. Pays pourtant pas aussi riches que la France. Bien dommage autant de dégradations.

Cette entreprise a mal calculé ses coûts.
Elle plie bagage dans de nombreux pays.
Ses vélos en carton sont dégradés partout , y compris chez eux, en Chine.

Les limites du low-cost ont ici été atteintes.

Déposé le 27/02/2018 à 09h28  
Par permis de détruire Citer

dommage a écrit le 26/02/2018 à 13h14

Vu dans d'autres pays asiatiques où ca marche bien. Pays pourtant pas aussi riches que la France. Bien dommage autant de dégradations.

Ah oui ? Lesquels ?

On va attendre longtemps la réponse je pense.

Déposé le 27/02/2018 à 07h17  
Par Nostromo Citer

Connaissant bien mon pays, je ne me faisais aucune illusion sur l'avenir d'un concept comme celui proposé par cette société.
D'autres services comme VeloV ou Bluely subissent des dégradations comparables et ne survivent que par l'injection d'argent public ou la présence de contrats publicitaires associés
Après, difficile de savoir si c'est pareil à l'étranger mais on peu se douter que le peloton France Italie Belgique n'est pas une population vraiment exemplaire.

Déposé le 26/02/2018 à 13h14   Depuis l'application iPhone Lyonmag  
Par dommage Citer

Vu dans d'autres pays asiatiques où ca marche bien. Pays pourtant pas aussi riches que la France. Bien dommage autant de dégradations.

Déposé le 26/02/2018 à 13h11  
Par Magnifique France Citer

Que sont les vélos devenus ?
Figurez-vous que même des fonctionnaires s'en sont appropriés, si j'en juge par la présence de deux exemplaires dans la cour des personnels d'un collège villeurbannais. Bravo !

Déposé le 26/02/2018 à 12h32  
Par permis de détruire Citer

Don a écrit le 26/02/2018 à 11h47

L'entreprise hongkongaise a annoncé ce samedi mettre fin à son service en France, seulement quatre mois après s'être implantée dans le secteur... comment dire l'article parle du sujet premier "son retrait de la France"...après à chacun d’apprécier le fait que le savoir vivre ensemble de la société française(pour les autres ..??) s'écroule emportée dans le tourbillon de la globalisation ...Chacun pour soi et ...

« Ce n’est pas un mal franco-français », observe Guillaume Monchambert, économiste des transports et maître de conférences à l’université Lyon-II.

Et vous vous êtes...?


Marianne et The Guardian relèvent que la Chine – où 16 millions de vélos partagés sont en circulation – est aussi concernée par de très nombreux cas de vols et dégradations de vélos partagés.

Et vous vous êtes...?


L’entreprise a subi des vols et dégradations dans tous les autres pays où elle s’est implantée. Elle a décidé de se retirer de trois villes italiennes (Florence, Turin et Rome)

Vous soutenez que Rome est en France ???

Déposé le 26/02/2018 à 11h47  
Par Don Citer

A l'attention de Pauvre lecteur a écrit le 26/02/2018 à 11h05

Pauvre lecteur, il faut bien se renseigner avant de parler :

L’entreprise a subi des vols et dégradations dans tous les autres pays où elle s’est implantée. Elle a décidé de se retirer de trois villes italiennes (Florence, Turin et Rome) le 14 février dernier en invoquant également le vandalisme. Le 9 janvier, c’est Bruxelles qu’elle a décidé de déserter, toujours pour les mêmes raisons.

« En quatre mois, 60 % de notre flotte a été détruite, volée ou privatisée » en Europe, affirme la société sur son site. Le problème est universel. Marianne et The Guardian relèvent que la Chine – où 16 millions de vélos partagés sont en circulation – est aussi concernée par de très nombreux cas de vols et dégradations de vélos partagés. Au Royaume-Uni, des bicyclettes de location sont jetées sur les rails, à Hong Kong, elles sont balancées dans la rivière.

« Ce n’est pas un mal franco-français », observe Guillaume Monchambert, économiste des transports et maître de conférences à l’université Lyon-II. Ces comportements relèvent de ce que les économistes appellent « la tragédie des biens communs », une théorie selon laquelle les individus qui utilisent une ressource commune en libre accès agissent souvent selon leurs propres intérêts, au détriment de cette ressource.

source :
https://www.20minutes.fr/societe/2227371-20180225-velos-partages-cinq-questions-depart-france-gobeebike

L'entreprise hongkongaise a annoncé ce samedi mettre fin à son service en France, seulement quatre mois après s'être implantée dans le secteur... comment dire l'article parle du sujet premier "son retrait de la France"...après à chacun d’apprécier le fait que le savoir vivre ensemble de la société française(pour les autres ..??) s'écroule emportée dans le tourbillon de la globalisation ...Chacun pour soi et ...

Déposé le 26/02/2018 à 11h05  
Par A l'attention de Pauvre lecteur Citer

Don a écrit le 26/02/2018 à 10h23

Ils n'avaient pas bien étudié le comportement des hominoïdes français face à un objet en libre service !! Ils auraient pu s'en douter .. pauvre france

Pauvre lecteur, il faut bien se renseigner avant de parler :

L’entreprise a subi des vols et dégradations dans tous les autres pays où elle s’est implantée. Elle a décidé de se retirer de trois villes italiennes (Florence, Turin et Rome) le 14 février dernier en invoquant également le vandalisme. Le 9 janvier, c’est Bruxelles qu’elle a décidé de déserter, toujours pour les mêmes raisons.

« En quatre mois, 60 % de notre flotte a été détruite, volée ou privatisée » en Europe, affirme la société sur son site. Le problème est universel. Marianne et The Guardian relèvent que la Chine – où 16 millions de vélos partagés sont en circulation – est aussi concernée par de très nombreux cas de vols et dégradations de vélos partagés. Au Royaume-Uni, des bicyclettes de location sont jetées sur les rails, à Hong Kong, elles sont balancées dans la rivière.

« Ce n’est pas un mal franco-français », observe Guillaume Monchambert, économiste des transports et maître de conférences à l’université Lyon-II. Ces comportements relèvent de ce que les économistes appellent « la tragédie des biens communs », une théorie selon laquelle les individus qui utilisent une ressource commune en libre accès agissent souvent selon leurs propres intérêts, au détriment de cette ressource.

source :
https://www.20minutes.fr/societe/2227371-20180225-velos-partages-cinq-questions-depart-france-gobeebike

Déposé le 26/02/2018 à 10h23  
Par Don Citer

Ils n'avaient pas bien étudié le comportement des hominoïdes français face à un objet en libre service !! Ils auraient pu s'en douter .. pauvre france

Déposé le 26/02/2018 à 10h17  
Par corsica69 Citer

quel beau pays..

Déposé le 26/02/2018 à 10h07  
Par Le voleur veut l'or du vélo volé Citer

C'est facile de mettre tout sur le dos des utilisateurs...leur société bidon n'a eu que ce qu'elle méritait. Si le concept était honorable, sa réalisation était désastreuse et sa gestion plus que douteuse, avez-vous regardé leur CGV? Une honte...

Société fantôme impossible à contacter, pas de SAV, vélo ridiculement fragile, appli inutilisable, utilisateur dénigré...voilà les causes de cet échec.

Bon débarras!

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.