Parti socialiste du Rhône : l'heure de vérité pour les trois prétendants au siège de 1er fédéral

Parti socialiste du Rhône : l'heure de vérité pour les trois prétendants au siège de 1er fédéral
Photo d'illustration - LyonMag

Adrien Drioli, Yann Crombecque et Jules Joassard sont prêts.

Ce jeudi, les militants socialistes du Rhône voteront pour l'un d'entre eux afin qu'il devienne 1er secrétaire fédéral du PS 69. Un poste qui n'a pas été officiellement tenu depuis la démission de David Kimelfeld, parti rejoindre Emmanuel Macron sous l'impulsion de Gérard Collomb. Depuis, le proche de Benoît Hamon, Jules Joassard, puis les trois parlementaires Sylvie Guillaume, Annie Guillemot et Gilbert-Luc Devinaz ont assuré tant bien que mal l'intérim.

Des trois candidats, c'est le villeurbannais Yann Crombecque qui est favori. Porteur de la motion d'Olivier Faure, arrivée largement en tête en France et dans le Rhône, il entend "reconstruire sur Lyon, sur l'agglomération et sur les territoires du Nouveau-Rhône. C'est un défi qui nous attend, mais c'est un challenge fort intéressant que je vais essayer de mener, pas seul mais avec l'ensemble des militants", comme il l'avait indiqué lors de son récent passage dans l'émission de LyonMag, les Coulisses du Grand Lyon.

Mais il devra se méfier du réservoir de voix sur lequel peut compter Jules Joassard. L'élu de Sérézin-du-Rhône représente assez bien ce PS qui veut se détacher de l'emprise de Gérard Collomb au niveau local. "A Lyon, il reste des socialistes sincères (…) et c'est sur ceux-là qu'il faudra s'appuyer pour reconstruire", glissait-il à Gérard Angel pour LyonMag.

Enfin, Adrien Drioli fait figure d'outsider. Le militant de Saint-Priest défend le texte d'Emmanuel Maurel et a décidé de maintenir sa candidature très orientée en direction de ceux qu'il côtoient davantage que les élus : les militants. Adrien Drioli veut ainsi "renforcer leur pouvoir et leur parole en mettant en place des consultations régulières, référendums militants pour trancher les questions essentielles".

Une fois élu, le nouveau 1er fédéral du Rhône aura besoin de faire un bilan précis du nombre de forces vives, vérifier qu'elles sont toutes encore fidèles au PS. Et bien sûr clarifier la situation dans les collectivités locales où les groupes socialistes sont bien souvent composés de nombreux marcheurs.

1 commentaire
Laisser un commentaire
avatar
Relecture journalistique le 29/03/2018 à 07:52

Tiens, M. Joassard a de nouveau dicté un article en relisant les faits...

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.