Un client du Red Room tabassé par une dizaine d'individus

Un client du Red Room tabassé par une dizaine d'individus
Lyonmag.com

Deux mois seulement après avoir rouvert, le Red Room a été le théâtre d'une violent bagarre.

Les faits se sont déroulés dans la nuit de samedi à dimanche, selon le Progrès. Un jeune de 20 ans a été frappé par une dizaine d'individus armés de seau à champagne, de bouteilles et de tabourets. La victime, qui se trouvait dans le carré VIP de la boite de nuit située à Dardilly, a été hospitalisée et s'est vu accorder huit jours d'ITT.

L'origine de la bagarre n'a pas été précisée.

Pour rappel, le Red Room avait été fermé administrativement pour 45 jours et avait rouvert le 3 février dernier. La discothèque avait déjà dû fermer en août 2012, puis les 4 janvier et 7 novembre 2016 après plusieurs plaintes de riverains.

X
6 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
c'est ca... le 17/04/2018 à 16:09
ANTIRAPE a écrit le 16/04/2018 à 18h25

Bon le red room quoi.

c'est un bon concept ce genre de boites qui attirent quasi exclusivement une jeunesse fan de rap RnB Hipho.. ceux qui veulent passer des soirées tranquilles peuvent du coup profiter de boites un peu plus sélectes.

Signaler Répondre

avatar
DjGhC le 17/04/2018 à 13:55

Cà craint là bas, des drogues partout, de la caillera, des viols dans les chiottes, des lynchages sur le parking et même des morts pour de vrai, idéal pour les jeunes gens de bonne famille qui ont envie de se faire peur une fois ou deux mais pas plus.

Signaler Répondre

avatar
Assen le 17/04/2018 à 13:22

C’est normal en ripoublique.

Signaler Répondre

avatar
justine le 16/04/2018 à 22:38

Lieu néfaste où les responsables ne pensent qu’à faire du fric

Signaler Répondre

avatar
steph69700 le 16/04/2018 à 22:15

une boite qu il faut fermer ! y a deja eu un mort ils attendent quoi la prochaine fois ? un viole ? 2 mort? un feu?

Signaler Répondre

avatar
ANTIRAPE le 16/04/2018 à 18:25

Bon le red room quoi.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.