Interpellé à Villeurbanne avec 6 kilos de cannabis dans sa voiture et bien plus à son domicile

Interpellé à Villeurbanne avec 6 kilos de cannabis dans sa voiture et bien plus à son domicile
Photo d'illustration - LyonMag

Ce jeudi, un Villeurbannais de 36 ans a été interpellé en possession d'une grosse quantité de cannabis.

Tout est parti d'un contrôle routier. Ce jeudi, un individu en voiture attire l'attention d'un équipage de police. La conduite quelque peu étrange conduit les fonctionnaires à intimer au conducteur l'ordre de s'arrêter afin de procéder à un contrôle. Mais c'était sans compter sur les intentions de celui-ci qui était au volant du véhicule.

Ce dernier a en effet refusé de se soumettre aux ordres des policiers. Il a ainsi pris la poudre d'escampette pour finalement abandonner sa voiture et prendre la fuite à pied dans le quartier de la Ferrandière, relate Le Progrès. Mais les forces de l'ordre lui sont rapidement tombées dessus et l'ont interpellé en possession de quelques grammes de résine de cannabis.

De retour au véhicule du fuyard, les fonctionnaires ont cette fois-ci trouvé six kilos de résine. Et ça n'était là que le début, puisque la perquisition menée au domicile de l'individu a permis de mettre la main sur 23 kilos supplémentaires de drogue et 30 000 euros.

Pour se défendre, le Villeurbannais a argué qu'il jouait le rôle d'une nourrice. Une fonction qu'il remplissait de manière tout à fait exceptionnelle. Mais il n'a en revanche pas donné d'autres informations sur à la provenance ou la destination de cette importante quantité de cannabis. Quant à la somme d'argent trouvée, il s'agirait d'économies personnelles, selon l'intéressé.

Au vu des éléments, l'homme a été mis en examen et placé en détention provisoire. L'enquête se poursuit et devra permettre de démêler le vrai du faux.

10 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Nounours 69 le 06/06/2018 à 18:13

Rappel à la loi

Signaler Répondre

avatar
chrismaz le 06/06/2018 à 14:36

C'est peu comparé aux choufs, aux guetteurs que l'on croise dans chaque quartier de Villeurbanne et qui continuent de mener leur petite vie pépére depuis des années.

Signaler Répondre

avatar
Plus blanc que blanc le 06/06/2018 à 11:57
Chance pour la france 2 a écrit le 05/06/2018 à 16h58

Les délits des cols blancs, avec des milliards d'euros détournés, une "chance pour la France" ?

Les cols blancs qui volent, ça fait rêver.

Les banlieusards, ça ne fait pas rêver. On s'attaque donc plus aux banlieusards qui font tâches.

Signaler Répondre

avatar
Soleil levant le 06/06/2018 à 08:54

Le gars pris , très bien mais ce qui est consternant c'est tellement flagrant qu'il continue de nier . IL a été chope ben! qu'il assume ses conneries quand même , il a joué il a perdu voilà .

Signaler Répondre

avatar
on joue a cacher le 06/06/2018 à 07:44

C est pas bien de faire la nourrice surtout quand tu n est pas déclarer

Signaler Répondre

avatar
pff ptdr le 05/06/2018 à 22:22

Quand tu passes une frontière, c est du trafic international. Rien à voir avec le fait d être en possession de drogue sans passer de frontière. Et oui France que deviens tu ? Où sont passés les comptoirs de l opium et autres drogueries.... sûrement partis avec la french connexion

Signaler Répondre

avatar
Phil.. le 05/06/2018 à 18:22

Pauvre France, que deviens tu ?

Signaler Répondre

avatar
Chance pour la france 2 le 05/06/2018 à 16:58
chance pour la France...... a écrit le 05/06/2018 à 15h31

Une "chance pour la France ?

Les délits des cols blancs, avec des milliards d'euros détournés, une "chance pour la France" ?

Signaler Répondre

avatar
chance pour la France...... le 05/06/2018 à 15:31

Une "chance pour la France ?

Signaler Répondre

avatar
vous avez dit justice? le 05/06/2018 à 14:11

Je suis curieux de voir la non sanction des juges...
pour rappel, en comparution immediate, les mules avec 2kg de cocaïne ont pris 3 ans ferme avec mandat de dépôt, interdiction de territoire à vie et 77.000€ d'amende

vont ils faire pareil?

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.