ERAI : l'audience au tribunal renvoyée après l'intervention des écologistes

ERAI : l'audience au tribunal renvoyée après l'intervention des écologistes
Jean-Charles Kohlhaas - LyonMag

C'était une audience très importante pour la Région Auvergne-Rhône-Alpes ce mardi.

Devant le tribunal de grande instance de Lyon et plus particulièrement la chambre des procédures collectives, la collectivité venait se défendre face à la demande du liquidateur judiciaire d'Erai qui lui réclame plus de 10 millions d'euros au titre de "fautes de gestion".
La structure qui aidait les entreprises rhônalpines à s'implanter à l'étranger avait été liquidée en 2015, malgré des créances toujours en cours.

Mais les avocats de la Région ont eu la drôle de surprise de voir débarquer Etienne Tête. L'élu écologiste intervenait en sa qualité d'avocat de Jean-Charles Kohlhaas puisque l'ancien vice-président EELV de Jean-Jack Queyranne à la Région avait décidé de se constituer intervenant volontaire durant l'audience. Avec comme potentiel objectif de faire renvoyer l'affaire devant le tribunal administratif. Et ainsi dédouaner la Région et plutôt faire de Jean-Jack Queyranne et Daniel Gouffé, ancien président d'ERAI, les responsables présumés du fiasco.

L'audience a finalement été renvoyée au 23 octobre prochain après ce rebondissement.

Tags :

ERAI

kohlhaas

2 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
incompréhensible le 29/06/2018 à 14:38

Cet article est mal rédigé, avec des phrases sans verbe.

Signaler Répondre

avatar
Nostromo le 28/06/2018 à 06:59

Queyranne a perfusé pendant presque 12 ans une myriade d'associations plus ou moins foireuses dont le but premier était de vivre sur notre dos
ERAI n'est que l'une d'entre elles, heureusement liquidées, mais il en reste beaucoup encore
Ce personnage n'est pas seulement responsable d'avoir arrosé avec nos subventions, il est surtout responsable de ne pas avoir contrôlé l'usage de l'argent public
Bref, du grand n'importe quoi

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.