Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Murielle Poulard : « Roger Planchon voulait un théâtre accessible au plus grand nombre »

Le dramaturge, comédien et metteur en scène Roger Planchon s’est éteint hier soir à Paris à l’âge de 77 ans. Originaire de Saint-Chamond dans la Loire, il était considéré comme l’un des metteurs en scène de théâtre les plus importants. Il avait créé en 1952, le Théâtre de la Comédie à Lyon, avant de diriger à partir de 1957 le Théâtre de la Cité à Villeurbanne, devenu depuis le Théâtre National Populaire. Murielle Poulard, attachée aux relations avec le jeune public au TNP et ancienne collègue de Roger Planchon, revient sur la vie de l’homme de théâtre.

Lyon Mag.com : Quelle était l'image de Roger Planchon auprès de ses collaborateurs ?

Murielle Poulard : Roger était quelqu’un de particulièrement abordable et chaleureux. C’était un autodidacte, doté une culture impressionnante, mais il était aussi très modeste, il disait par exemple que Tchekov était trop difficile pour lui. Il entretenait des relations cordiales avec les artistes. Il pouvait se montrer parfois un peu despote, mais c’était toujours pour la bonne cause, il poussait chacun à dépasser ses limites et à donner le meilleur. Le plus déconcertant était sa gigantesque capacité à travailler, il pouvait revenir sur un texte et creuser son sens très longtemps jusqu’à ce qu’il soit satisfait.

Qu’a-t-il apporté au Théâtre National Populaire de Villeurbanne?

Pendant ses 30 ans à la tête du TNP, Roger a toujours insisté sur l’idée d’un théâtre accessible au plus grand nombre et subventionné par l’Etat. Pour lui, les théâtres de province devaient être publics, afin de garantir la qualité. Quand il réalisait une pièce, il imaginait que ses parents viendraient la voir et qu’il ne faudrait pas les décevoir. Il voulait que les spectateurs en aient pour leur argent. Il a également toujours poussé l’Etat et le ministère de la culture à soutenir le TNP afin de garantir son développement, c’est ce qui a permis d’en faire ce qu’il est aujourd’hui.

Quel souvenir Roger Planchon laisse-t-il derrière lui ?

Robert Planchon laisse surtout le goût d’approfondir chaque chose, de se surpasser. Il a su montrer à tous que le théâtre était un moyen de penser. Pour Roger, le théâtre était très encré dans la réalité. D’ailleurs, il répétait souvent que « le théâtre est une brèche ouverte sur le monde ». Enfin, il soulignait l’importance de l’humour et de la féérie au théâtre et c’est ce que nous tentons de poursuivre aujourd’hui avec Christian Schiarietti, le directeur actuel du TNP. 
 
Propos recueillis par Elodie Fereyre



Tags : TNP | roger | planchon | théâtre |

Commentaires 0

Pas de commentaire pour le moment.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.