Européennes : à Lyon, Lutte Ouvrière "veut faire le plus possible"

Européennes : à Lyon, Lutte Ouvrière "veut faire le plus possible"
LyonMag

Ce lundi matin à Lyon, le parti Lutte Ouvrière présentait les 7 candidats rhônalpins de la liste nationale conduite par Nathalie Arthaud et Jean-Pierre Mercier.

Réuni en petit comité dans un café du septième arrondissement de Lyon, L.O. donnait le coup d'envoi de sa campagne en région. L'occasion de faire la connaissance des sept représentants communistes de l'ex Rhône-Alpes.

Entre les nombreux thèmes abordés, ceux des gilets jaunes et des travailleurs sont revenus à plusieurs reprises. "Les gilets jaunes sont des travailleurs, …, les travailleurs sont ceux qui vont tout changer", déclare Olivier Minoux, candidat du Rhône. Cette déclaration est cohérente avec le leitmotiv de la campagne : "contre le grand capital, le camp des travailleurs". Voteront-ils pour eux ?

"Les élections sont une tribune"

Le parti voit ces élections européennes comme un prisme pour faire passer un message. "Nous n'avons pas d'objectif électoral, on veut faire le plus possible. Ces élections sont une tribune ". L'enjeu n'est donc pas une victoire, mais un gain de popularité. LO veut fournir une solution politique aux revendications qui émanent des mouvements sociaux de ces derniers mois.

Chantal Gomez est la femme politique le plus connue des noms présentés ce lundi. Elle déclare : "On se présente car c'est un combat, les gens s'ouvrent à la politique". La candidate iséroise voit donc une chance d'intéresser les Français au programme de son parti.

Le discours inchangé du parti depuis sa création s'applique pour les élections européennes de mai 2019. Si les candidats de la liste sont conscients qu'ils ne gagneront pas, ils disent "continuer le combat".

Les roses sont rouges, les communistes sont communistes. Un même discours, des mêmes convictions avec lesquelles le parti espère convaincre un jour.

5 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Papimouzo le 15/04/2019 à 19:10

Et une fois au pouvoir que feront ils et bien très simple !!!
1 : soutiens des communistes
2 : Approbations des socialistes
3 soutiens au non travailleurs
4: retour des ordres de Moscou
5: appui de Mélenchon pour son soutien et surtout pour lui
Bref rien de nouveau avec ses utopistes !!!!
Cordialement

Signaler Répondre

avatar
A que tu dit? le 15/04/2019 à 17:40

Le problème ? C’est qu’il n’y a Plus d’USINE , ou si peu que les ouvriers sont en voie de disparition. Et le peu qu’il reste parle à peine le français .

Signaler Répondre

avatar
Post monétaire le 15/04/2019 à 16:53
speedy a écrit le 15/04/2019 à 16h46

vite vite... il faut commenter

vite vite il faut faire un commentaire sur un commentaire en apportant des arguments très développés comme vous le faites... :o)

Signaler Répondre

avatar
speedy le 15/04/2019 à 16:46
Post monétaire a écrit le 15/04/2019 à 16h37

s'il y a de la misère :

"C'est la faute aux patrons" disent les "rouges"

"C'est la faute aux fainéants/parasites" disent les "bleus"


et les postmonétaires disent que s'il y a de la misère, c'est inhérent aux systèmes monétaires car la monnaie sera toujours autant un système d'échange que d'exclusion (exclusion = misère).

Bonne guerre pour le fric à tous ! :o)

vite vite... il faut commenter

Signaler Répondre

avatar
Post monétaire le 15/04/2019 à 16:37

s'il y a de la misère :

"C'est la faute aux patrons" disent les "rouges"

"C'est la faute aux fainéants/parasites" disent les "bleus"


et les postmonétaires disent que s'il y a de la misère, c'est inhérent aux systèmes monétaires car la monnaie sera toujours autant un système d'échange que d'exclusion (exclusion = misère).

Bonne guerre pour le fric à tous ! :o)

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.