Sud de Lyon : des maires militent pour un métro aérien en prolongement de la ligne B

Sud de Lyon : des maires militent pour un métro aérien en prolongement de la ligne B
LyonMag

Après le projet du métro E, le prolongement du métro B jusqu'à Rillieux, voici maintenant celui du prolongement jusqu'aux Sept-Chemins.

Ce lundi matin, plusieurs élus du sud-ouest de Lyon présentaient leur projet de prolongement du métro B jusqu'au pôle multimodal des Sept-Chemins à Vourles. Concrètement, l'objectif est de désengorger les différents axes routiers, comme l'A450, qui mènent à Lyon. "C'est une porte d'entrée de la Métropole au sud-ouest. L'objectif est d'aller chercher les gens sept kilomètres plus loin. Le métro desservirait aussi bien le pôle économique de Gerland et de la Part-Dieu", explique Xavier Odo, maire de Grigny. "Le projet répond à un vrai besoin de la population. Quelques 50 000 personnes arrivent chaque matin aux Sept-Chemins. Les transports en commun ne sont pas suffisamment développés. De Charly, il nous faut plus d'une heure pour aller à Part-Dieu. Les réponses actuelles ne sont pas suffisantes", constate de son côté le maire de Charly, Olivier Araujo, accompagné ce lundi des maires de La Mulatière, Oullins, Saint-Genis-Laval et de Vernaison.

Pour l'instant, cela reste un projet. Les élus demandent à ce qu'une étude soit menée. Si elle venait à être réalisée, cette extension de ligne de sept kilomètres, au départ des Hôpitaux Sud, desservirait trois stations : Saint-Genis 2-Charly, Brignais-Vourles et donc Sept-Chemins. Pour des questions de coûts, les élus proposent une ligne aérienne, qui réduit par cinq le coût total du projet. En termes de chiffre, un projet comme celui-là pourrait coûter 300 millions d'euros.

"L'objectif est de regagner du temps de vie. Il faudra 20 minutes pour aller à Gerland et 30 minutes pour aller à Part-Dieu, ce qui est inimaginable aujourd'hui", ajoute le maire de Grigny. De plus, ils proposent d'habiller cette ligne, qui longera l'A45, d'une coulée verte et de l'accompagner d'une voie verte (cycliste et piétonne) qui pourra rejoindre la ViaRhôna.

L'Etat serait prêt, selon eux, à soutenir ce prolongement, notamment depuis l'abandon de l'A45. Maintenant, il faudra convaincre les élus de la Métropole et du Sytral. Selon certains maires présents ce lundi, Fabien Bagnon, vice-président en charge de la voirie et des mobilités actives, serait totalement contre. "Ils seront comptables devant l'histoire et nos habitants (s'ils venaient à refuser ce projet)", nous a subtilement glissé Xavier Odo.

50-100 sur 53 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
johann le 07/12/2020 à 14:53

deja dans un premier temps prolongement du metro jusqu'a la A450 ce qui serai bien jusqu'a saint genis 2

Signaler Répondre

avatar
Pour EEVL le 07/12/2020 à 14:52

Voila une illustration de leur politique de réduction de la voiture: le besoin de solution alternative qui ne sont pas en place! Et qu'ils se refusent à mettre en place ! Toutes les villes de la métropole veulent leur métro car c'est le seul transport qui permettra la bascule de la voiture vers un autre transport! Ca n'est pas le vélo, ni les bus!

Signaler Répondre

avatar
Aboukam le 07/12/2020 à 14:51

Eh oui c’est sympa d’avoir une maison avec piscine mais alors on a pas le métro.
Il faut faire des choix

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.