Comment Lyon se mobilise pour aider le Haut-Karabagh arménien

Comment Lyon se mobilise pour aider le Haut-Karabagh arménien
Aram Gazarian en pleine intervention à Erevan - DR

Le 17 décembre dernier, le Conseil Municipal de Lyon - après celui de la Métropole le 14 - votait une aide de 30 000 euros.

Cette dernière était destinée aux blessés arméniens de la toute récente guerre. Un voeu “pour une paix durable dans le Haut-Karabagh” était également formulé. Les armes, notamment de terribles drones fournis à l’Azerbaïdjan par la Turquie qui ont provoqué des milliers de morts dans la jeunesse combattante arménienne, se sont tues depuis début novembre, quand la Russie a imposé un cessez-le-feu défavorable à son “allié” arménien. La politique a repris ses droits, la médecine de guerre continue à faire valoir les siens.

Leader de la droite lyonnaise, Etienne Blanc, dans un discours très incisif, a regretté la modération du voeu voté par la majorité municipale écologiste et socialiste, et avec son groupe il s’est abstenu. Sénateur, il se situe dans la droite ligne de la décision du Sénat où le groupe des Républicains mené par Bruno Retailleau a obtenu un vote unanime (moins 1 voix) contre l'avis du gouvernement, demandant la reconnaissance du Haut-Karabagh par la France.

A Lyon, Etienne Blanc aurait sans doute voulu la même chose du conseil municipal : un voeu qui expose le rôle de la dictature azerbaïdjanaise dans cette guerre qui a fait des milliers de morts pour des territoires de montagnes gelées. Mais le maire Grégory Doucet a repris la parole, la voix un peu voilée par des heures de conseil municipal, pour défendre la formulation de son texte qui fut voté très largement : "Juridiquement, nous ne pouvons pas nous désaligner de la position de la France et reconnaître le Haut-Karabagh".

Politiquement, sur le terrain en tout cas, la situation semble de nouveau figée après les carnages de 44 jours (du 27 septembre au cessez-le-feu du 9 novembre) de combats au cours desquels les tapis de bombes au phosphore ou à fragmentation lancées depuis les drones turcs décimèrent les troupes arméniennes. Quelques minutes avant Etienne Blanc, Georges Képénékian avait pris la parole dans ce même conseil municipal  lyonnais qui se tient par visio pour remercier du vote de l’aide que la Ville de Lyon (jumelée à la capitale arménienne Erevan depuis fort longtemps comme le rappela Sonia Zdorovtzoff, adjointe aux Relations internationales qui espère pourvoir organiser en mai prochain les assises de la coopération franco-arménienne annulée le mois dernier pour cause de covid) apportera aux blessés de guerre.

Georges Képénékian était revenu quatre jours plus tôt d’une mission au côté de la Fondation Mérieux pour évaluer les dégâts humains de la guerre. Il raconta en peu de mots durant le conseil municipal ce dont il avait été témoin : 300 amputations de membres, les 1000 blessés à la colonne vertébrale, les blessures laissés par les bombes au phosphore. Il a été maire de Lyon, mais c’est en médecin qu’il évoqua le tableau. 

Aram Gazarian est médecin aussi. En décembre 1988 il est parti avec Georges Képénékian porter secours aux victimes du tremblement de terre qui avait frappé Nalband dans le nord de l’Arménie. Aujourd’hui il dirige un service de chirurgie de la main à l’hôpital Edouard-Herriot, mais il va chaque année en Arménie parce qu’il y a encore de la famille, parce qu’il s’occupe d’une association qui cherche à protéger les monastères arméniens de la destruction par les Azerbaïdjanais (qui ont maintenant récupéré le territoire sur lequel se dresse celui de Dadivank), et surtout car un chirurgien de la main ne peut pas être inutile face à la masse des blessés. Il est parti seul, à ses frais, avec cinq valises de matériel médical en octobre, puis avec une micro équipe financée par l’Union Médicale Arménienne de France en novembre, et s’apprête à repartir avec les HCL début janvier.

Avec lui, du personnel médical de haut niveau : huit spécialistes dont six Lyonnais des HCL. Des médecins sur-spécialisés, comme un neuromyographe, c’est-à-dire un neurologue qui détermine par des techniques utilisant l’électricité l’état de fonctionnement des nerfs du corps humain. Mais aussi un réanimateur spécialisé dans le traitement de la douleur, un infectiologue capable de combattre les infections qui se déclarent après une chirurgie réparatrice et, bien sûr, des chirurgiens. Pour Aram Gazarian et son “équipe” qui logeront chez l’habitant, il ne s’agit pas d’expliquer à leurs confrères arméniens comment pratiquer la médecine, mais de participer aux stratégies médicales initiées par les médecins locaux, et parfois d’apporter des savoir-faire de pointe dans des domaines où les Lyonnais sont en avance.

Car une guerre qui couvait depuis plus de vingt ans, qu’a attisé dans son déclenchement la puissance régionale turque, et qui a fait des milliers de victimes, laisse des traces chez les blessés que tout le savoir-faire politico-médical lyonnais (parmi d’autres du monde entier) ne pourra pas aisément effacer.

@lemediapol

Tags :

armenie

11 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Terminator...... le 27/12/2020 à 13:35
commentaires choisis a écrit le 27/12/2020 à 11h29

C’est drôle il n’y a que des commentaires négationnistes et racistes ? 2 commentaires de ma part qui n’ont pas été publiés alors qu’ils auraient pu apporter un éclairage à tous les aigris égoïstes

Erreur mon ami
Moi je suis pour la paix dans le monde comme Jean jaures... Tu connais ?
A commentaires choisi.. D ailleurs je note que personne n approuvé mon commentaires...

Signaler Répondre

avatar
commentaires choisis le 27/12/2020 à 11:29

C’est drôle il n’y a que des commentaires négationnistes et racistes ? 2 commentaires de ma part qui n’ont pas été publiés alors qu’ils auraient pu apporter un éclairage à tous les aigris égoïstes

Signaler Répondre

avatar
Une honte le 27/12/2020 à 06:47

Quand on veut trouver de l'argent on trouve mais malheureusement c'est toujours pour les étrangers on veut jouer aux grands seigneurs mais en attendant il y a encore des Français qui n'ont pas l'eau courante ni l'électricité dans certains coins tout simplement honteux .

Signaler Répondre

avatar
L'effet domino le 26/12/2020 à 18:57
Quel drame a écrit le 25/12/2020 à 19h02

..la turquie à montré son visage anti-chrétiens et anti-Aéniens, bombes au phosphore..etc..le tout fournis par ces mêmes criminels qui nient le génocide arménien et doucet soutiendrait ( avec regret) l'annexion de cette province ? francais vous êtes devenus fous...

Pour ma part, je voudrais que la France récupère la exclave espagnole de Llivia dans les Pyrénées :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Llívia

Signaler Répondre

avatar
loyaliste le 26/12/2020 à 17:49

Vive la democratie... ah merde c'était qu'un cauchemard pardon..

Signaler Répondre

avatar
Aboukam le 26/12/2020 à 08:41

Et les ouïghours ?

Signaler Répondre

avatar
Zig le 25/12/2020 à 22:39
sans objet... a écrit le 25/12/2020 à 21h17

L’Arménie devrait s’opposer à sa défaite et reprendre la guerre vu qu’elle a le soutien Lyonnais. Ce soutien qui fait trembler le monde... La guerre est perdu, les vainqueurs jubilent, les perdants cherchent des recours dans un règlement???

Votre commentaire est vraiment sans objet ou plutôt hors de propos.

Merci.

Signaler Répondre

avatar
Terminator...... le 25/12/2020 à 22:34

Turc... Arméniens.... Ou est le bon sens dans tout ça..? Ne comprenez vous pas que vous êtes l enjeu d une politique baser sur le profit par des industrielomilitaires qui vont. S enrichir sur les débris de vos cadavres.. .? Je sais que je prêche dans le désert mais au delà de tout cela..... Pensez à vos familles qui eux et vous autres les soldats turcs.. arméniens.. Seront morts sous les bombes sans oublier les hommes.. Les femmes... Les enfants..... qui ne ressussiteront pas.... Puisse ces paroles vous aider et qu enfin la raison prenne le pas, sur vos dirigeants qui eux ne
S entretuent pas.... Bonne année.... Bonne santé... Et C est un chrétien qui vous le dit...

Signaler Répondre

avatar
sans objet... le 25/12/2020 à 21:17

L’Arménie devrait s’opposer à sa défaite et reprendre la guerre vu qu’elle a le soutien Lyonnais. Ce soutien qui fait trembler le monde... La guerre est perdu, les vainqueurs jubilent, les perdants cherchent des recours dans un règlement???

Signaler Répondre

avatar
Quel drame le 25/12/2020 à 19:02

..la turquie à montré son visage anti-chrétiens et anti-Aéniens, bombes au phosphore..etc..le tout fournis par ces mêmes criminels qui nient le génocide arménien et doucet soutiendrait ( avec regret) l'annexion de cette province ? francais vous êtes devenus fous...

Signaler Répondre

avatar
PerouAtLC le 25/12/2020 à 18:58

Vivement que la diaspora turque s'intègre dans la vie politique locale pour donner un contre pouvoir à cette mafia !

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.