Cyberattaque à l’hôpital Nord-Ouest : des opérations reportées dans le Rhône

Cyberattaque à l’hôpital Nord-Ouest : des opérations reportées dans le Rhône
Photo d'illustration - LyonMag

Il était 4h30 ce lundi matin lorsque l’hôpital Nord-Ouest Villefranche/Tarare a été victime d’une cyberattaque de grande ampleur par crypto-virus RYUK.

En échange de sommes d’argent très importantes, les pirates accepteraient de laisser le réseau informatique tranquille. En attendant qu’une solution soit trouvée, les établissements hospitaliers de l’Ouest et du Nord rhodanien connaissent de gros dysfonctionnements.

"Les actions de limitation de la propagation du crypto-virus ont été mises en œuvre dès cette nuit : les accès au système d'information et à internet ont été coupés. Tous les postes de travail ont été déconnectés. A l'exception du standard des urgences, l'ensemble de la téléphonie a été rendue inaccessible. Les investigations techniques se poursuivent avec l'aide de l'Agence nationale de sécurité des systèmes d'information", a réagi la direction de l’hôpital dans un communiqué, précisant qu’en accord avec l’ARS, "les patients nécessitant le recours aux services d'urgences du site de Villefranche et du site de Tarare sont orientés vers d'autres hôpitaux ou cliniques et ce jusqu'à nouvel ordre".

Craignant que la situation stagne quelques temps, la décision a été prise de reporter les opérations qui étaient prévues ce mardi.

La direction s’est toutefois montrée rassurante sur le cas des personnes actuellement prises en charge sur place : "La sécurité des patients actuellement pris en charge dans le service de soins continu et de réanimation de Villefranche est assurée. A ce stade aucun transfert n'est programmé. Il en va de même pour les nourrissons séjournant dans le service de néo- natalité. La maternité est en mesure d'accueillir les futures mamans et les naissances par césariennes restent assurées".

11 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
repression le 16/02/2021 à 18:31

il faut mettre en chasse des cyber traqueurs pour choper ces types y compris s'ils sont à l'autre bout du monde, ensuite au trou et pour vingt ans avec interdiction de soins naturellement quand la société arrêtera de se prendre pour un troupeau de mouton et que ceux qui prétendent l'attaquer sauront qu'ils peuvent payer très très cher leurs exactions, tout ira beaucoup mieux dans notre pays.

Signaler Répondre

avatar
priv25 le 16/02/2021 à 13:53

Pour rappel, de très gros groupe se sont aussi fait hacker (exemple les 3 milliards de mots de passe gmail). Le problème c'est déjà :
- Les entreprises ne veulent pas payer pour un "possible risque". Sécuriser c'est extrêmement cher, avec un retour sur investissement de 0.
- En très grosse partie, le problème vient des utilisateurs, pour rappel RYUK (le virus qui a bloqué l’hôpital), c'est en général uniquement fait par du phishing. Il suffi qu'un utilisateur ouvre une pièces jointes, et c'est fini. Même s'il y a un super antivirus qui scan sa boite mail pro, les utilisateurs vont aller sur leur gmail, ou vont chercher a contourner la sécurité (clé usb, ...). Tout en se plaignant du service informatique du type "ils sont chiant, ils nous bloquent tout".

Signaler Répondre

avatar
Terminator le 16/02/2021 à 10:30

Voilà le résultat de ne pas payer en conséquence nos champions de l informatique qui partent à l étranger..... Car mieux payer et ils ont bien raison car en France le patronat restera toujours des négriers.

Signaler Répondre

avatar
marinemelench le 16/02/2021 à 10:25

Cela vient des hackers du pays préféré des électeurs lfi et du rn, mais y'aura pas des centaines de comms sur le net pour le dénoncer ...

Signaler Répondre

avatar
Sophie69 le 16/02/2021 à 09:33

Malheureusement ce n est pas le seul établissement de santé concerné Ramsay en a aussi fait les frais et remise en service après 48h...ont ils payé ?
Il y a vraiment des talents à recruter en informatique mais la France ne produit que des étudiants puis les cerveaux essaiment ailleurs
Si ces cerveaux avaient été recrutés on en serait peut être pas là
Aller faire comprendre ça a ceux qui s accrochent à leur job sans laisser la place aux futurs talents
Le pire dans tout ça c est qu'on fini par payer car incapable de remettre en fonctionnement

Signaler Répondre

avatar
allane le 16/02/2021 à 08:59

il faudrait pouvoir avoir des bâtiments en supplément pour recevoir les patients et ne jamais donner d'argent.Jamais!

Signaler Répondre

avatar
Stman le 16/02/2021 à 03:10
Détritus sur pattes a écrit le 15/02/2021 à 20h54

Je souhaite à ces déchets d’humanité de se retrouver en situation critique le jour où un de leur semblable sabotera un service qui leur sauverait la vie, ou leur éviterait de souffrir le martyre.
En attendant, il faudrait que d’autres hackers, « white hats », leur rendent la monnaie de leur pièce en bousillant leur système.

J'pense qu'on va détruire les crypto-monnaies, les cyber-attaquer de partout, de multiples façons.

Signaler Répondre

avatar
levilleur le 15/02/2021 à 23:48

Le ver est dans le fruit.....on devrait s'interroger sur ces multiples sociétés et prestataires informatiques qui gravitent dans ces services publics et mener quelques investigations sur leur probité.

Signaler Répondre

avatar
Gérard menvussa le 15/02/2021 à 21:21

Cela explique peut être l impossibilité de les joindre au tel ?

Signaler Répondre

avatar
Détritus sur pattes le 15/02/2021 à 20:54

Je souhaite à ces déchets d’humanité de se retrouver en situation critique le jour où un de leur semblable sabotera un service qui leur sauverait la vie, ou leur éviterait de souffrir le martyre.
En attendant, il faudrait que d’autres hackers, « white hats », leur rendent la monnaie de leur pièce en bousillant leur système.

Signaler Répondre

avatar
Ubu le 15/02/2021 à 20:24

Il ne faut vraiment pas avoir de face pour cibler les établissements de santé. Certes ce genre d’agissement n’est jamais excusable mais je trouve que là c’est encore pire.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.