Le tribunal administratif de Lyon rejette les recours contre l'implantation d'un site Seveso à Jonage

Le tribunal administratif de Lyon rejette les recours contre l'implantation d'un site Seveso à Jonage
DR

Encore un combat de perdu pour Lucien Barge dans le dossier Chimiméca.

Ce vendredi, le tribunal administratif de Lyon a annoncé avoir rejeté la demande du maire de Jonage et de l'association Agir pour l'environnement jonageois qui réclamaient l'annulation de l'arrêté préfectoral autorisant ce site Seveso à s'implanter dans la commune et exploiter une unité de production de produits de traitement pour la mise en propreté des métaux.

La justice a écarté les arguments de l'élu et de l'association qui pointaient l'irrégularité de l'enquête publique, l'insuffisance de l'étude d'impact et l'absence de garanties techniques et financières suffisantes pour la délivrance d'une autorisation environnementale à Chimiméca.

"La formation de jugement considère que les formalités de publicité étaient suffisantes et qu’il n’y a pas eu d’atteinte à la complète information de la population sur le projet en question. Elle estime également que l’autorisation contestée comporte toutes les prescriptions nécessaires pour permettre la protection des intérêts mentionnés aux articles L. 211-1 et L. 511-1 du code de l'environnement", indique le tribunal administratif de Lyon.

Pour rappel, en 2019, Lucien Barge avait décidé de retirer le permis de construire à Chimiméca, estimant que cette autorisation préalablement délivrée par ses soins "n’avait pu être obtenue qu’à la faveur d’une fraude tenant au caractère délibérément insuffisant des informations fournies par la société sur les risques générés par son activité".
Un revirement, peut-être expliqué par l'épisode de l'usine Lubrizol de Rouen quelques semaines plus tôt, et qui avait déjà été sanctionné par le tribunal administratif de Lyon, qui annulait cet arrêté du maire de Jonage.

Tags :

Chimimeca

jonage

9 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Foxy69 le 03/07/2021 à 07:57

Pourquoi pas du coté de St Cyr au Mt d'Or ?

Signaler Répondre

avatar
Gé69 le 02/07/2021 à 23:55

Désolant tout simplement… un monde régit par l’argent… quel avenir pour nos enfants ?

Signaler Répondre

avatar
Quand l'intérêt de quelques uns nuit au plus grand nombre le 02/07/2021 à 20:30

Parfait: une usine SEVESO de retraitement de métaux sur la zone de captation des eaux potables du Grand Lyon, cherchez l'erreur...

Ce n'est pas comme si on avait déjà tout un tas de sites SEVESO déjà pollués au sud de l'agglo qui n'ajoutent pas ce risque en plus !

Signaler Répondre

avatar
n'est ce pas ? le 02/07/2021 à 19:11

AZF c'est loin

Signaler Répondre

avatar
Ignotus le 02/07/2021 à 18:43
Elipse a écrit le 02/07/2021 à 16h31

Pour rappel Un site SEVESO est soumis a autorisation de prefet.... Et jonage ne fait pas partie de lyon...

Le préfet est le préfet du Rhône , Jonathan est dans le Rhône.

Signaler Répondre

avatar
Elipse le 02/07/2021 à 16:31
Ex Précisions a écrit le 02/07/2021 à 13h28

C'est effectivement exactement la même usine que la Lubrizol de Rouen, sans aucune garantie de sécurité non plus.
Que font les pastèques bonté divine comme dirait ma grand mère ? RIEN comme d'habitude...
Une fois de plus le grand capital a le dernier mot.

Pour rappel Un site SEVESO est soumis a autorisation de prefet.... Et jonage ne fait pas partie de lyon...

Signaler Répondre

avatar
allane le 02/07/2021 à 14:44

dans le public,les syndicats nous disent que le tribunal administratif ne fait pas grand chose.Peut être passer par le pénal!

Signaler Répondre

avatar
Cindy le 02/07/2021 à 14:02

Tout ce qui peut agrémenter est pour l’est Lyonnais comme d’habitude...

Qu’en pense la mairie de Lyon écolo ?

Signaler Répondre

avatar
Ex Précisions le 02/07/2021 à 13:28

C'est effectivement exactement la même usine que la Lubrizol de Rouen, sans aucune garantie de sécurité non plus.
Que font les pastèques bonté divine comme dirait ma grand mère ? RIEN comme d'habitude...
Une fois de plus le grand capital a le dernier mot.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.