Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Jean-Jack Queyranne : «La Région est le bouclier social de la politique injuste de Sarkozy»

Jean-Jack Queyranne tenait jeudi matin une conférence de presse au Docks 40, dans le quartier Confluence, pour présenter son programme pour les Régionales de mars. Un projet en quinze points, reprenant tour à tour les problématiques de l’emploi, de l’innovation technologique, des transports et de l’écologie. Le ban et l’arrière ban des notabilités locales socialistes étaient présentes, ainsi que les têtes de listes départementales. A noter la présence d’Hélène Blanchard, nouveau transfuge d’Europe Écologie, qui n’a pas hésité à défendre le fond carbone, pierre angulaire de l’écologie selon Jean-Jack Queyranne. Le président de la Région a bien voulu répondre à Lyon Mag.

Lyon Mag : L’emploi tient une place centrale dans vos quinze propositions ?
Jean-Jack Queyranne :
Nos concitoyens font face à ces problèmes d’emploi. Le chômage a augmenté en Rhône-Alpes, les jeunes peinent à trouver des emplois. Comment la Région peut les accompagner ? Nous l’avons déjà fait avec les contrat d’aide et de retour à l’emploi durable. Nous voulons amplifier cette action, qui permet de déboucher, après une formation, sur un véritable contrat de travail. Nous proposons ainsi 15 000 contrats d’aide de retour à un emploi durable. Il faut aller dès aujourd’hui dans les domaines qui sont le moins pourvus professionnellement, où qui, à l’avenir, nécessiteront de la main d’oeuvre.

Autre priorité, la formation?

Oui. Nous sommes en pleine compétence de la Région. Il faut lier la formation à l’emploi. Il faut que nos lycées soient ouverts aux technologies modernes et à l’éco-responsabilité. Mais, en même temps, il faut qu’ils aient des moyens renforcés. C’est là que se situe le véritable défi aujourd’hui : former de bons professionnels et permettre à ces jeunes d’évoluer dans leur futur métier.

Quand seront rendues publiques les listes définitives ?
Elles seront rendues publiques la semaine prochaine, département par département. Nous les déposons entre le 8 et le 15 février, ce qui est la règle. ces listes sont en train de se compléter.

Y aura-t-il d’autres ralliement d’ici là ?

Il y aura d’autres personnes qui nous rejoindrons sur ces listes, je l’espère. Ces listes représentent la volonté que j’ai d’inclure des personnalités de la société civile, des personnes qui ont réussi. Dans le  département du Rhône, vous avez par exemple le président de la plus grande cave coopérative du Beaujolais. Vous avez Gwendal Peizerat, qui est un ancien champion Olympique, et qui réussi sa reconversion en tant  que chef d’entreprise. Odile Belinga, qui a été présidente de la Ligue des Droits de l’Homme, et qui est avocate. C’est une liste ouverte, avec des personnes qui ont envie de faire avancer la région Rhône-Alpes.

Si la majorité de gauche était partie unie, elle aurait pu gagner dès le premier tour ?

Tout l’indique aujourd’hui à travers les sondages d’opinion. Il y a une dynamique a créer, sur la base de notre bilan, pour franchir une nouvelle étape. Cette dynamique, nous aurions pu la légitimer en se réunissant tous dès le premier tour pour mettre le turbo sur la date du 14 Mars. Cela aurait été bon pour Rhône-Alpes, vis à vis des tentations du pouvoir de brider les régions. Cela aurait été une sacrée gifle. C’est dommage que certains soient surtout dans des calculs. Je pense qu’on a bien travaillé en Rhône-Alpes en respectant chaque composante. J’y ai tenu, chacun a tenu sa place. Il n’était donc pas illégitime que nous nous retrouvions dès le premier tour.

Vous pensez à qui en particulier ?

Les écologistes, les représentants du parti communiste, qui étaient dans la  majorité. Ils ont choisi d’aller faire un premier tour ailleurs. C’est dommage, car la question n’est pas de savoir quel est le poids politique respectif de chacun. Le vraie question, c’est de savoir si nous sommes capables ensemble d’apporter des réponses aux préoccupations des rhônalpins.

Un programme pour six ans en seulement quinze points, est-ce assez ?
Nous avons fait un travail de synthèse. Notre programme représente plus de soixante pages. Dans chaque paragraphe, il y a eu beaucoup d’arbitrage, beaucoup de discussions. J’y ai participé. Nous avons une connaissance forte de la région puisque nous sommes en responsabilité. C’est un programme responsable et sérieux. E c’est aussi une façon de dire non à Sarkozy, non à la réforme territoriale et non à une politique  injuste dont la Région est aujourd’hui une forme de bouclier social. Quand on liquide de grandes actions que l’Etat devrait mener, et qu’il abandonne, les régions sont là pour répondre présentes auprès de nos concitoyens.

Les vrais enjeux régionaux ne sont -ils pas mis à l’écart par la probable réforme des conseillers territoriaux ?

Je pense que les enjeux régionaux sont l’emploi, les transports, la formation, l’innovation, la capacité à continuer à faire vivre la culture sur notre territoire. Tous cela aujourd’hui est menacé. Nous ne savons pas si en 2010 les régions conserveront leur compétence culturelle. Nous ne savons pas quels seront nos moyens financiers pour faire face à ces enjeux. L’engagement c’est dire avec les rhônalpins qu’il faut créer les conditions pour garder une région d’avance. L’enjeu est certes politique, mais aussi plus historique. Mr Sarkozy et le gouvernement ont enclenché la marche arrière. Ils veulent revenir à l’époque où les régions étaient des «régions croupions», où l’on pouvait leur faire les poches. Mais depuis, il y a eu la décentralisation et la régionalisation. Y a-t-il trop de pouvoir pour les régions en France ? Non. Quand je regarde ce que sont les régions voisines, italiennes, espagnoles, allemandes, on a vraiment l’impression que la région Rhône-Alpes, qui est la septième région européenne par son PIB, n’a pas les institutions et les pouvoirs à la mesure des autres grandes régions européennes. Je pense que cela pénalise Rhône-Alpes et la France.

Gwendal Peizerat a-t-il une légitimité au delà du médiatique ?
Quand des hommes s’engagent, ce sont des gens sincères. ils prennent devant l’opinion position, et prennent un engagement pour être conseiller régional. Je ne dirai pas, sur aucune, liste, que telle ou telle personnalité est un coup médiatique. je respecte les personnes. Je n’irai pas mettre en doute leur volonté. Vous savez, quand on a fait une carrière sportive, quand on a des responsabilités d’entreprise, décider de s’engager en politique, c’est savoir que l’on va prendre des coups, être interpellé. je trouve d’une très grande maladresse humaine de réduire cela à des opérations de séductions. Moi, je recrute d’abord des hommes et des femmes qui s’engagent pour la région.

L’écologie, c’est un vrai projet de campagne ou une concession d’alliance ?
J’ai fait campagne su



Tags : queyranne | régionales |

Commentaires 7

Déposé le 11/02/2010 à 21h40  
Par jJean Citer

M. Queyranne a totu de même réalisé la solon du livre à Bron.Avant il n'y avait rien.

Déposé le 11/02/2010 à 21h38  
Par annick Citer

le dentiste pas la clinique dentaire

Déposé le 29/01/2010 à 11h18  
Par socialo Citer

@ benoit Pour précision, la candidate de droite Mme Grossetête à augmenté les impôts de 66% en 1993 quand elle faisait partie de la majorité régionales ! La hausse que vous soulignez correspond a une augmentation réelle moyenne de 3 euros par foyers sur la mandature .... Sur la dette, l'Etat lui emprunte chaque jours plus d'un milliard d'euros... et pour des dépenses souvent de fonctionnement ! Or la dette de la Région est une dette d'investissement qui créer de l'activité et pallie au plan de relance minable de l'Etat ! Enfin sur la construction du nouvel hotel de la région, il sera bien mieux accessible que l'ancien, il rassemblera tout les services de la région, il sera écoresponsable, et ferra économiser l'ensemble des loyers payés actuellement ! Donc pour le bilan, et le projet je vote Jean-Jack Queyranne !

Déposé le 29/01/2010 à 10h22  
Par benoit Citer

Mr Queyranne en chiffre c'est aussi : +23.5% d'augmentation de la fiscalité en 4 ans et en période de crise, +273% d'augmentation de la dette de la Région, Un beau chateau tout neuf à 100milliions d'euros pour mettre ses bureaux à Lyon, mais trop petit pour contenir tout les services nécessaires : rajoutons donc 500 000euros par ans de locations de bureaux supplémentaires. Bravo mais quel bilan incroyable !!! Préservé votre porte monnaie, mangez un socialo ;)

Déposé le 29/01/2010 à 10h15  
Par karine Citer

Un homme, un bilan, une vision, des propositions, notre Région. Jean-Jack Queyranne est porteur d'une opposition mais aussi de propositions et d'une vision pour Rhône Alpes, il rassemble plutot que se livrer a des politiques politiciennes. Et fut le premier depuis 2004 de parler d'éco-région !

Déposé le 29/01/2010 à 10h02  
Par jerM Citer

VOTEZ JEAN-JACK QUEYRANNE !!!! FACE A LA DROITE, FACE AUX AUTRES INCOMPÉTENTS !!!!

Déposé le 29/01/2010 à 09h10  
Par nicov Citer

Les commentaires deviennent un espace publicitaire, c'est nouveau.... Je tiens à féliciter Mr Queyranne pour son bilan, sa vision et ces propositions pour que l'on garde une région d'avance ! Il est de loin le seul capable d'allier efficacité économique, justice sociale, et exigence environnementale ! Pourquoi choisir quand on peut avoir les trois !

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.