Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Guilherme Azanga fixé dans trois à quatre semaines

Ce père de famille angolais sans-papier était jugé mercredi après-midi devant la cour administrative d’appel de Lyon.

Lors de cette audience, le rapporteur public a demandé la confirmation de l’obligation de quitter le territoire français délivrée par la préfecture, malgré les nouvelles pièces apportées au dossier par l'avocat de Guiherme. Guilherme Azanga avait passé plusieurs semaines au centre de rétention administrative de St Exupéry, et avait refusé d’embarquer dans un avion à destination de l’Angola en avril dernier. La préfecture avait alors renoncé à l’expulser. Cette affaire avait déclenché une vague de solidarité à l’école Gilbert Dru, où sont scolarisés ses enfants. Une cinquantaine de personnes s’est rassemblée devant le tribunal avant le début de l’audience, pour lui apporter son soutien.



Tags : expulsion | Sans papiers | azanga |

Commentaires 3

Déposé le 11/06/2010 à 07h24  
Par CORTES Citer

Il ne s'agit pas de sans papiers mais de clandestins qui se sont installés illégalement en France. Leur vie peut être poursuivie dans leur pays d'origine que je sache...

Déposé le 10/06/2010 à 10h05  
Par Avec vous Citer

L'histoire de Guiherme est symptomatique. Ses attaches sont en France, ou il a reconstruit sa famille. il fait partie de nos vies, ne nous l'arrachez pas !!!!

Déposé le 10/06/2010 à 10h04  
Par G Citer

Ne rien lâcher, jamais !

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.