Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Toni Musulin à nouveau devant la justice

C’est mardi matin que s’ouvre le procès en appel de ce Lyonnais, devenu il y a presque un an le plus célèbre convoyeur de fonds de France. En première instance, Musulin avait été condamné à 3 ans de prison et à 45 000 euros d’amende pour vol et tentative d’escroquerie. Il avait volé un fourgon de sa société, la Loomis, en novembre 2009, avec à l’intérieur 11 millions et demi d’euros en liquide. Mais 2,5 millions d’euros restent encore introuvable. Et les avocats de Musulin ont peut-être une idée sur la cachette.

« Ce n'est pas moi qui ai le reste de l'argent. Il faudrait demander à la personne qui avait les doubles des clés du garage, Monsieur Saint-Martin. » C’est par cette petite phrase que Toni Musulin avait provoqué l’interrogation de la salle d’audience en mai dernier. Car c’est la première fois que l’homme était évoqué dans le dossier. Et à la demande de la défense, le propriétaire devrait donc témoigner aujourd’hui/demain et répondre aux questions de Maître Hervé Bambanaste. « Il était présent sur place, il avait accès au box dans lequel on a retrouvé l’argent. on voudrait savoir comment ça s’est passé. Manquait-il des colis ? Il faut qu’il nous explique ce qu’il s’est passé », demande-t-il.

Alors le propriétaire du box n’a en fait répondu qu’aux questions de la police, lorsque celle-ci a retrouvé l’argent. Mais après plus rien, et c’est que ce qui dérange Christophe Cottet-Bretonnier, l’autre avocat de Musulin. « C’est quelque chose qui m’étonne grandement. Le juge d’instruction n’a pas jugé utile d’interroger ce Monsieur de Saint-Martin, ni de le confronter à Toni Musulin », rappelle-t-il
Et puis un chauffeur de taxi est également cité dans le dossier. Selon Musulin, l’homme l’aurait vu charger les sacs de billets dans une camionnette. Mais celui-ci reste introuvable. Le procès a commencé dès 9h, avec un Toni Musulin passablement énervé par la présence de la presse, qui le shoote et le filme sans son autorisation. Un simple « c’est quoi ce bordel », suivi d’un coup de pied dans la porte de la salle des prévenus, qu'il casse, Toni Musulin n’a pas vraiment changé.



Tags : procès | musulin |

Commentaires 0

Pas de commentaire pour le moment.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.