Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Clap de fin sur Cap Canal ?

La chaîne éducative lyonnaise perdra ses subventions municipales si son plan de financement n’est pas revu. Gérard Collomb a demandé plus à la Région, co-financeur du média, et ouvre la porte aux partenaires privés.

« Nous devons prouver notre utilité mais aussi trouver de nouveaux partenaires. » Les quelques lignes, extraites de la publication Cap Canal Infos, semblent funestement prémonitoires. La chaîne, disponible sur le câble et destinée entre autres à venir en appui des projets éducatifs des écoles, souffre d’un double handicap : une audience confidentielle et un coût de fonctionnement prohibitif.
Ce que souligne, à grand renfort de chiffres, l’élue Lyon Divers Droite Nicole Chevassus-Masia. « Sur 177 écoles consultées, 77 n’utilisent jamais Cap Canal. Cinq seulement l’utilisent plus de cinq fois par an, souligne l’élue du 6ème arrondissement. Les lyonnais n’ont pas vocation à payer pour une chaîne qu’ils ne regardent pas et la Ville n’a pas à financer un réseau qui profite à la formation des seuls enseignants. » Des critiques appuyées par Michel Havard, leader de l’opposition UMP à la Ville, qui justifie le maintien becs et ongles des subventions au média par une inclinaison de Collomb pour « le strass et les paillettes de la télévision. »

Gérard Collomb lâche Cap Canal

Thuriféraire du projet éducatif porté par la chaîne et premier défenseur de sa légitimité, l’adjoint à l’éducation Yves Fournel, excusé lundi pour des raisons de santé, n’a pas pu répondre aux attaques coutumières de l’opposition. En son absence, c’est Gérard Collomb qui a porté l’estocade. Aux arguments de l’opposition ? Non. Le maire de Lyon s’est lancé dans une mise au point inattendue sur Cap Canal, moins sur le contenu que sur son plan de financement. « Nous devons trouver des partenaires. La ville de Lyon ne peut pas tout faire », explique Collomb. Et souhaite impliquer au premier chef l’autre institution qui co-finance le média, à savoir le Conseil régional. « Demandez donc à la Région, s’exclame un Collomb familier. Ils ont à la vice-présidence un ancien directeur de la chaîne... » Les oreilles de l’écologiste Philippe Meirieu ont dû (re)siffler. En effet, Gérard Collomb avait déjà sollicité le pédagogue sur cette question lors de la session de septembre, se félicitant à l’époque d’avoir « envoyé un éclaireur à la Région, qui ne manquera pas d’aider la chaîne. » Cap Canal, ce sont quelque 200 employés, producteurs, techniciens, qui font vivre la chaîne. Depuis 2008, la chaîne a coûté 2,3 millions d’€ à la Ville en frais de production, pour plus de 700 000 € sur 2010. Les heures d’antennes de la chaîne semblent désormais comptées. Avant la mire définitive ?



Tags : cap canal | conseil muncipal |

Commentaires 0

Pas de commentaire pour le moment.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.