Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Rentrée agitée au Conseil municipal !

Coupe Davis, Cap Canal, SACVL, Confluence, ce sont tous les dossiers chauds de la municipalité lyonnaise qui sont passés à l’ordre du jour lundi en salle du conseil. Le groupe Ensemble pour Lyon a même quitté l’hémicycle en fin de séance ! Récit.

Le Fig’ contre Libé

Première sortie de Michel Havard sur la convention de parrainage entre le Figaro et la ville de Lyon. C’est le lancement de la carte « Figaro Privilèges » d’accès aux établissements culturels qui ouvre la brèche. « Il conviendrait que les relations des collectivités locales et de la presse se fasse dans la transparence », commence Havard, qui embraye immédiatement sur le forum Libération, prévu fin septembre dans les salons de l’Hôtel de Ville. « Nous n’avons pas trouvé de délibération sur l’état des coûts et des moyens mis par la ville pour que le forum se tienne à Lyon. Pour une bonne gouvernance et une bonne transparence, il faut préférer que le débat soit public plutôt que cela relève du choix du roi » continue-t-il. Premier coup de botte en touche de Collomb, qui préfère s’en réjouir. « Libé et le Figaro, cela prouve que Lyon est ouvert », clos le maire de Lyon, sans toutefois répondre.

Bientôt un tournoi de tennis féminin à Lyon ?

L’attribution d’une subvention de 100 000 € de la ville de Lyon pour la Coupe Davis est votée par tous, mais fait tiquer. Christophe Geourjon, en tête du groupe centristes et démocrates, « regrette que la Fédération Française de Tennis mette aux enchères la ville qui recevra la demi-finale », quand Denis Broliquier, pour Lyon Divers Droite, souligne « le regrettable départ du GPTL pour Montpellier. » Michel Havard y va de sa deuxième salve sur la perte du GPTL. « Il est de votre responsabilité d’attirer une évènement annuel tennistique à Lyon », assure-t-il, dépeignant l’arrivée de la Coupe Davis comme « l’arbre qui cache la forêt disparue. » De quoi légèrement échauder Thierry Braillard. « Nous n’avons pas augmentée la somme prévue » recadre l’adjoint aux sports, qui assure également que la ville de Lyon a été « spectatrice » du départ à Montpellier du GPTL, victime « d’un litige interne au sein de la société privée, propriétaire de ce tournoi. » Collomb, plus politique, s’étonne de la non-participation au plan de financement du Conseil général et régional pour soutenir le projet Coupe Davis. La perspective du retour d’un évènement tennistique annuel est évoqué. Il pourrait s’agir d’un grand prix de tennis féminin, organisé par le Tennis Club de Lyon. Aussi, Gilles Moretton, ex-organisateur du GPTL, travaillerait en ce moment à la création d’un grand tournoi à Lyon.

Une chaine éducative trop gourmande

Cap Canal pour suivre, le groupe Ensemble pour Lyon assure « ne pas remettre pas en cause la qualité des programmes » mais s’interroge « sur la pertinence d’une participation aussi importante de la Ville de Lyon dans Cap Canal. » Les 525 000€ dépensés en 2010 passent mal. « Cette chaine doit devenir une société indépendante de la ville de Lyon, même s’il parait normal d’envisager une participation financière pour des programmes pour les jeunes écoliers lyonnais », termine Inès de Lavernee pour le groupe. Contre-attaque d’Yves Fournel. « Cela devient un marronnier. Nous avons suivi les prescriptions de Mr Hamelin. Il existe depuis cette semaine une plateforme internet sur laquelle les programmes sont accessibles », se défend l’élu. Un bon mot facile pour Gérard Collomb, « Hamelin, Fournel même combat ! », qui se félicite d’avoir « envoyé un éclaireur à la Région, Mr Philippe Meirieu, qui ne manquera pas d’aider Cap Canal. » Une diatribe de Tête contre Collomb sur le marché de maintenance de l’équipement de vidéosurveillance à Gerland, la question des toilettes publics évoquée, le marché d’après-midi du Quai Auganeur validé et le rappel de l’échéancier des travaux du tunnel de la Croix-Rousse précisé, c’est au tour du sud de la presqu’île de passer sous les fourches caudines de l’opposition.

Collomb sauvé des eaux

Confluence est sur toutes les lèvres. Et c’est la construction de la MJC de Perrache et de la Capitainerie sur la place nautique qui sert de prétexte. Si tous les élus du quartier de Perrache s’accordent à dire, qu’à la relocaliser, la MJC sera éloignée de son bassin de recrutement, c’est la desserte de tout le quartier qui émeut les intervenants. Et les pluies diluviennes de mardi leur donnent du grain à moudre. Morceaux choisis : « la Confluence n’a de haut-débit que celui des eaux qui montent » pour Denis Broliquier, « il est urgent que nous désenclavions Confluence. Cette question doit être prioritaire sur tout le reste. C’est une erreur historique que vous porterez » chez Michel Havard. Collomb ne s’en émeut pas. « Il y a eu 500 interventions de pompiers sur cette journée. Sur les 500 sites, on n’a pas crié au scandale », recadre Collomb. Et devient plus piquant : « la Confluence est-elle une horreur ? Ce n’est pas ce que les lyonnais semblent me dire. Si c’était une horreur, Mr Broliquier ne courrait pas partout pour s’attribuer la paternité de la Confluence. » Le maire du deuxième arrondissement appréciera. La question de la desserte fait l’objet d’un recadrage. « Sur chaque côté du pôle de loisirs, il y a deux voies pompiers. Elles y sont depuis le début de la Confluence. Dans la deuxième phase, il est une voirie qui permettra de relier le côté Saône au côté Rhône », pointant la zone sur le rétroprojecteur. « Une fois de plus, vous êtes en train de passer à côté de l’histoire. Nous allons continuer à gagner deux ou trois points dans les intentions de confiance des lyonnais », ergote Collomb. Question suivante, sans un mot sur un quelconque projet de métro réclamé par l’opposition.

La SACVL au crible

Place à la SACVL. « Certains locataires, qui ne sembleraient pas dans la nécessité, bénéficieraient d’un certain nombre d’aménagement, quand d’autres n’en bénéficient pas », insinue Michel Havard. Le député du Rhône sollicite, « d’ici à la fin de l’année, une commission générale pour faire le point sur la restructuration annoncée en avril. » Collomb opine du chef sans refuser. Et Louis Lévêque, 5ème adjoint au maire de Lyon, de clarifier. « Le choix a été fait de s’impliquer sur le logement intermédiaire mais pas sur le logement social. 1/3 logement social, 2/3 logements libres. Sur les loyers, il s’agit d’une réajustement sur les locataires à loyers libres. Ils représentent 900 locataires sur les 8 000 et 80% ont accepté. Un T5, à 263€ par mois, Boulevard des Tchécoslovaques, atteindra 485 € par mois. Dans le parc privé, ou trouve-t-on des loyers de ce type ? Les organismes de logements sociaux ne peuvent pratiquer ces tarifs que s’ils bénéficient d’aides de l’Etat. Ne pas réajuster mettait en péril l’équilibre de l’organisme », explique-t-il. Et tant pis pour le conseiller Hamelin, administrateur de la SACVL, qui demande la parole. Collomb achève en assurant que « le problème des prêts structurés a été réglé dans une discussion avec le Crédit Agricole. » Dans le public, Michel Le Faou, président de la SACVL, apprécie.

Ensemble pour Lyon quitte la séance !

18h15, l’heure de quitter la séance pour Gérard Collomb, qui confie la présidence à Jean-Louis Touraine, son premier adjoint, pour la fin du Conseil. L’attribution de subventions au titre de la lutte contre les discriminations, de l’égalité et des droits citoyens met le feu aux poudres. C’est Gilles Vesco qui débute la première des cinq interventions demandées. Retour sur la circulaire du ministère de l’Intérieur visant expressément les Roms et sur la politique sécuritaire gouvernementale. Eu égard aux interventions de Gérard Collomb lundi dernier au Grand Lyon sur cette question, son départ dû à son emploi du temps chargé du jour lui aura été peut-être d’un grand secours. Sur l’estrade, Jean-Louis Touraine regarde Gilles Buna d’un air un peu dépassé. Le groupe Ensemble pour Lyon, qui n’était pas prévu aux interventions, souhaite régir et demande la parole. Qu’on lui refuse. Michel Havard et ses élus quittent la séance, que Marie-Odile Fondeur terminera l’hémicycle au tiers vide. Dans la cour de l’Hôtel de Ville, les élus de l’opposition fulminent. « Nous avons quitté la séance car on ne nous a pas laissé nous exprimer », justifie Havard, et promet que « rien n’a été prémédité. » Il est 18h40 quand le Conseil municipal prend fin.

Passés entre les gouttes, certains dossiers méritent l’attention, comme le marché de soir du Quai Augagneur, prévu de 15h à 19h, qui commencera le 16 septembre et sera inauguré le 23. Mais c’est la tournure plus politique qu’a pris le conseil qui interpelle. Quand tout le monde revendique sa légitimité et quand, dans l’hémicycle, Christophe Geourjon renomme Collomb « Monsieur le Candidat », les débats outrepassent largement le simple cadre de l'administration de la cité.



Tags : collomb | broliquier | confluence | conseil municipal | havard | hamelin | sacvl | cap canal |

Commentaires 14

Déposé le 15/09/2010 à 16h50  
Par Constat de Lyonnais Citer

Ceux qui étaient présents ont pu voir comment le 1er adjoint de M. Collomb n'était pas à sa place dès lors qu'il lui a fallut présidé la scéance. Le seul talent de Collomb est de s'entourer de médiocres adjoints pour devenir incontournable. Chapeau l'artiste !

Déposé le 15/09/2010 à 13h05  
Par Collombitude Citer

Si l'improbable stade de Décines se réalisait, alors on entendrait, à son propos, les mêmes choses que pour confluence « le stade de Décines n'a de haut-débit que celui des eaux qui montent » « il est urgent que nous désenclavions Décines. Cette question doit être prioritaire sur tout le reste. C'est une erreur historique que vous porterez » Mais les socialistes de toute façon n'entendent rien, l'important est de satisfaire les réseaux, les copains de stade et de pêche à la ligne. Sur les ROMS, la position de Collomb est identique à celle du gouvernement, sauf que Collomb comme un grand malin, expulserait en silence, sans rien dire, pas con le mecque ?

Déposé le 15/09/2010 à 12h28  
Par lyonnais Citer

Je ne savais pas que j'avais un sosie, une guenille (14/09/2010, 20h30) qui essaie de casser le débat, ne seriez-vous pas @Petit LyonNiais ???

Déposé le 14/09/2010 à 20h03  
Par lyonnais Citer

Ense;ble pour Lyon ne sert a rien. Broliquier porte une voix plus responsable que le parisien Havard

Déposé le 14/09/2010 à 15h32  
Par STOP Citer

Le comportement des élus UMP lyonnais est inqualifiable. Les citoyens lyonnais exigent des réponses sur l'affaire woerth, le sarkozygate - karachi, les expulsions de roms. les politiques xénophobes sanctionnées par Bruxelles ET NON sur vos polémiques stériles et indignes !!!!!!!

Déposé le 14/09/2010 à 15h22  
Par gogo Citer

@ PG : les règlements de comptes entre confrères, c'est pas beau

Déposé le 14/09/2010 à 12h56  
Par PG Citer

Pourquoi l'article n'est-il pas signé ? Les journalistes sont anonymes à LyonMag?

Déposé le 14/09/2010 à 11h53  
Par ben-j Citer

Marre de cette droite municipale partagée en millonistes et sarkozystes...hostile - au sport - à la culture - au rayonnement international de Lyon

Déposé le 14/09/2010 à 11h51  
Par Malo Citer

Enfin la droite commence a exister ,Collomb se prend pour Freche ! et il se moque des attaques de ses adversaire; Il se deconecte et la c'est le commencement de la fin.

Déposé le 14/09/2010 à 11h31  
Par Villepincom Citer

On a rarement vu une opposition municipale aux méthodes aussi puériles et indignes du débat démocratique que mérite une ville comme Lyon ! Par ailleurs, toutes ces personnes, sont pour la plupart membres de l'UMP, M. Havard est député UMP...Quelle arrogance, quelle outrecuidance que ces déclarations présomptueuses et méprisables à l'heure où l'Etat UMP est mis en cause, à l'heure où des scandales éclatent chaque jour. L'attitude des élus d'opposition est pathétique.

Déposé le 14/09/2010 à 10h48  
Par En passant Citer

Il est amusant de voir cette caricature d'opposition. Il n'y a pas de logique intellectuelle derrière ces sauts de cabris, de capacité à dire pourquoi Gérard Collomb est un aussi mauvais maire pour son 2ème mandat qu'il fut bon pour le 1er. C'est pourquoi l'opposition est si faible. Manque de neurones et déficit de vision.

Déposé le 14/09/2010 à 09h52  
Par lyonnais Citer

Mais c'est qu'il serait contant de sa Tranchée Carlemagne et de son Mur de l'Est et de son saucissonage de la ville et du Grand Lyon le César. Un conseil partez avant la fin de votre deuxième mandat.

Déposé le 14/09/2010 à 08h47  
Par lyonnais Citer

Non Mr. César Collomb, ce n'est pas des plus jolie, vous êtes comptant de votrre plan d'occupation des sols pour ce qui est des ilots A B et C au sein de la première phase de la Confluence ?? Où voyez-vous que l'on met deux barres d'immeubles l'une contre l'autre, vous répétez l'erreur de la Duchère, et oui vous ne voulez pas l'admettre mais c'est vrai. Nous n'avions pas besoin d'un jardin inérieur publicet en hauteur. Oui César vous venez de nous faire les mêmes erreurs qu'à la Part-Dieu A la confluence vous vendez que du vent.

Déposé le 14/09/2010 à 06h21  
Par romeoaflou Citer

La ville de lyon va a mon avis droit dans le mur Un gapian habitant lyon A +

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.