Eva Joly veut mettre hors-jeu « l’oligarchie nucléaire en France »

Eva Joly veut mettre hors-jeu « l’oligarchie nucléaire en France »

La député européenne écologiste Eva Joly, à Lyon et Villeurbanne mercredi pour soutenir les candidats aux cantonales, est revenue sur la question des centrales en France. Si sa position se fait moins tranchée que celle de certains de ses coreligionnaires verts, elle se montre particulièrement offensive à l’encontre des grands groupes spécialisés dans l’énergie nucléaire. 

« Nous ne pouvons pas dire : "Nous arrêtons les centrales." C’est excessif. » La position d’Eva Joly n’est pourtant pas évidente pour l’ensemble des Verts. Trois des membres rhodaniens du mouvement, Yves Durieux, Dominique Hitz et Sylviane Goy - candidats aux Cantonales pour les deux premiers - demandaient dès mardi soir, par voie de communiqué, « la fermeture immédiate des quatre réacteurs de la centrale du Bugey. » Selon Jean-Claude Ray, candidat du canton nord de Villeurbanne, il faudrait « 20 ans » pour lisser la dépendance énergétique au nucléaire. Un échéancier qui doit pousser au développement des énergies alternatives. Cette « montée en puissance », appelée de tous ses voeux par l’ancienne magistrate, veut trouver son écho au Département. La rénovation thermique des bâtiment, défendue par les Verts pour les Cantonales, recoupe l’enjeu. « 40 % des gaz à effet de serre sont dus au chauffage » justifie ainsi Béatrice Vessiller.

EDF et Areva montrés du doigt


Si Eva Joly ne veut pas hic et nunc mettre hors service les 58 réacteurs que compte le territoire français, elle compte bien « sortir du nucléaire » rapidement. « Nous ne devons plus être inféodés au réseau de l’oligarchie nucléaire en France » échange-t-elle sur un bout de trottoir avec une villeurbannaise de même sensibilité. Dans le viseur, des groupe comme EDF ou Areva, qui prospèrent grâce à la politique énergétique de la France, majoritairement tournée vers le nucléaire. « Ce qui favorise l’élimination des PME sur les territoires » continue Vessiller, prenant l’exemple des 95 licenciements chez Photowatts, spécialisé dans l’énergie solaire, à Bourgoin-Jallieu.
La candidate pressentie d’Europe écologie-Les Verts pour la Présidentielle de 2012 veut également développer les outils d’information à destination de tous ceux qui travaillent dans le nucléaire, ainsi qu’au grand public. Le Premier ministre François Fillon a fait un pas en annonçant que les résultats de l’inspection des centrales nucléaires françaises seraient rendus « intégralement publics. »  « Avec ce qu’il se passe au Japon, les infos devront sortir », termine sévère l’ex-magistrate. « De gré ou de force » promet-elle.

1 commentaire
Laisser un commentaire
avatar
sonia le 17/03/2011 à 19:38

wahou c'est qui sa maquilleuse??

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.