Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Primaires socialistes : les Aubrystes du Rhône battent le rappel

Après Hollande et DSK, les soutiens rhodaniens de Martine Aubry ont tenu leur première conférence de presse lundi à la fédération PS du Rhône. Et n’entendent pas lâcher du terrain à moins de trois mois du premier tour des Primaires socialistes (9 et 16 octobre).

« Nous allons, au plus vite, déployer la mobilisation sur le terrain. » Le propos d’Annie Guillemot, maire de Bron et conseillère générale, à valeur de demi-aveu. En effet, entre le fol espoir, déçu, porté par DSK et le ralliement quasi-exhaustif des élus locaux à François Hollande, restait-il des socialistes dans le Rhône pour soutenir Martine Aubry ? Ils sont en tout cas nombreux à avoir apposé leur nom au bas du document de soutien, élus ou membres de la société civile. Et ces derniers entendent bien ne plus perdre le moindre centimètre de terrain dans la campagne qui mène jusqu’au premier tour des Primaires socialistes. « Nous profiterons de juillet et août pour aller à la rencontre des Rhodaniens, puis nous organiserons des réunions publiques en septembre », détaille le conseiller régional Yann Crombecque. « On aimerait bien que Martine vienne », se plait-il à espérer.

Le programme du PS comme socle commun


Tous croient unanimement au pouvoir de rassemblement de la maire de Lille. « Depuis son arrivée à la tête du parti, elle nous a rassemblé au tour de la même exigence de travail », rappelle Nathalie Perrin-Gilbert, maire du 1er arrondissement et secrétaire nationale du PS au Logement. Et le socle commun des soutiens de Martine Aubry, c’est évidemment le programme, baptisé Le Changement. « Même Gérard Collomb l’a voté », continue tout sourire Perrin-Gilbert. Et pourtant, du côté des soutiens, on convient volontiers que ce document-cadre n’est pas forcément la panacée. « Le projet contient quelques imperfections », concède la conseillère régionale Farida Boudaoud. Annie Guillemot, de son côté, assure que s’il « pose des bases pour tous les candidats à la Primaires », il devra faire l’objet de « discussion autour des priorités. »

La parité au coeur du débat

Du côté des socialistes du Rhône, une priorité qui se détache : la parité homme / femme. « Et pas seulement parce que nous sommes six femmes contre un homme autour de la table », rigole la députée Pascal Crozon. Rompue à la question, l’élue villeurbannaise assure qu’au delà de la loi, ce sont les mentalités qui devront changer. Côté outils, la mise en place de cotisations modulables pour les travailleuses précaires, de pénalités pour les entreprises ne respectant pas la parité et un futur ministère des droits des femmes sont autant de gages d’implication donnés par les aubrystes du Rhône. Le non cumul des mandats, que la 1ère secrétaire a réussi à faire paraître au programme socialiste, arrive également en bonne place dans la liste des impératifs post-2012.
La faiblesse présumée da la maire de Lille sur l’aspect économique est battue en brèche par sa nouvelle ralliée Cécile Michaux. La secrétaire fédérale du PS, ex-Strauss-Kahnienne, l’assure : « Martine Aubry est par nature une sociale-démocrate. » Et cite à l’appui les ex-Strauss-Kahniens régionaux qui ont rejoint la 1ère secrétaire, comme le maire de Grenoble Michel Destot ou le député de la Loire Jean-Louis Gagnaire. « Il ne faut pas tomber dans le faux débat entre l’aile gauche et l’aile droite du PS », assure l’ancienne adversaire socialiste de Perben aux Cantonales de mars. Son engagement a « versé naturellement » vers Martine Aubry, respectant le pacte de non-agression, dit « de Marrakech », entre l’ex-président du FMI et la maire de Lille. 

Rumeurs à droite, écueils à gauche : un chemin semé d’embuches pour Aubry


Le débat sur les différents clochers du PS agace. Et les semeurs de division sont sévèrement brocardés. « Gérard Collomb est toujours dans le vieux débat de l’aile gauche et de l’aile droite du PS », s’emporte Cécile Michaux. Vite imitée par Nathalie Perrin-Gilbert, plus consensuelle. « J’attends de ces Primaires qu’elles soient source d’émulation, évitant la confrontation stérile », apaise la maire du 1er arrondissement. Même son de cloche du côté de Farida Boudaoud. « J’ai vu Gérard Collomb participer à tous les bureaux nationaux, explique l’élue régionale. Il a contribué au projet, il n’y a pas de conflits réels ou de clivages. »
Quant aux rumeurs qui touchent à la vie privée de la 1ère secrétaire du PS, Annie Guillemot estime que de telles attaques n’auraient pas vu le jour face à un candidat masculin. « Il faut dénoncer ces pratiques », tempête l’élue brondillante, sans donner prise à la polémique. Et puisque l’heure est au travail, et qu’il faut rattraper l’avance prise par les autres candidats dans le département, les soutiens à Martine Aubry annoncent dès la semaine (21 juillet) une réunion de travail à la fédération.



Tags : ps | aubry | primaires |

Commentaires 2

Déposé le 11/07/2011 à 21h29  
Par NON aux privilèges et à la triche! Citer

On voit où mène la parité de ces "féministes" : une candidate femme et sur la photo, que des femmes! Où sont les hommes ? Et en plus ces féministes crient à l'injustice! C'est tout juste si elles ne voudraient pas que Mme BROCHEN née DELORS (alias Martine AUBRY) soit élue d'office parce que c'est une femme! Pour ces dames, même une candidate qui se présente à reculons...qui avoue que son rêve est d'être… Ministre de la Culture!!!...devrait être la seule et unique candidate...(sans oublier : que par-dessus le marché elle n' est devenue 1er Secrétaire qu'en trichant!) Du grand n'importe quoi! François HOLLANDE est le seul candidat sérieux et crédible...les deux autres femmes ne le sont pas. Ségolène ROYAL, plus personne n'en veut (à part Najat V-B,bien sûr...) et Martine AUBRY est une candidate de substitution qui ne va à cette élection que contrainte et forcée (le sens du devoir sûrement)... Au moins François HOLLLANDE lui en a envie et se bat pour gagner! …quant aux autres candidats « mâles »…il en effet inutile de même les mentionner, tellement leurs candidatures sont grotesques… Les femmes, à force de vaincre, sans combattre, en bénéficiant de "places réservées" grâce à la propagande victimaire qui a permis d'instituer "la parité", ont fini par croire qu'on devait leur céder la place, même quand celle-ci est unique! Désolé mesdames, la politique est un combat, où les "filles à papa" n'ont pas encore de droit automatique au pouvoir! Et puis même Martine AUBRY acceuille avec enthousiasme les congrès de la ligue islamiste du Nord à Lille, elle n'est pas « beurette » ou « musulmane »pour prétendre au poste « au nom de la diversité ethnique et religieuse » (encore un autre stratagème utilisé par les femmes pour obtenir des places réservées sans combat – où comment on a réinventer l'occupation des places au nom de critères de naissance et non sur le talent !) Si Martine AUBRY veut être « la candidate des Socialistes » elle doit cesser de geindre et de se plaindre...de ses camarades...des rumeurs...la larme à l'œil ça marche –quelque fois avec les examinateurs ou les policiers au cœur sensible – mais cela n'a pas sa place en politique, surtout quand on brigue les plus hautes fonctions ! Les français n'ont pas besoin d'une pleurnicheuse à l'Elysée!

Déposé le 11/07/2011 à 17h42  
Par will Citer

le Maire de Bron n'avait pas amené son martinet ? http://www.horreursmusicales.com/

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.