De nouvelles formes de dérives sectaires dans le Rhône

De nouvelles formes de dérives sectaires dans le Rhône
Georges Fenech - DR

C’est ce qui ressort de la première journée de sensibilisation aux dérives sectaires organisée mardi à la Préfecture du Rhône.

Dans le département et notamment à Lyon, les services ont remarqués que des organismes de formations professionnels, des organismes qui prônent entre autre le développement personnel, cachaient en fait des dérives sectaires. Comme l’Eglise de Scientologie.
D’après la mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (MIVILUDES),  75% de ces centres de formations sont concernés.
« Concrètement, ils ont trouvé derrière la façade de certains organismes la présence de l’Eglise de Scientologie, qui évidemment ne dit pas son nom. Elle exerce sous d’autres appellation », explique le président de MIVILUDES Georges Fenech. La formation professionnelle, qui a le vent en poupe, n’est pas non plus épargnée. « Certains ont développé des méthodes de soins alternatives qui proposent du développement personnel à travers des méthodes comme le reiki ou la kinésiologie, continue Fenech. Ce sont parfois des portes d’entrées dans la domaine des sectes. En faire un objet de formation professionnelle avec la délivrance de diplômes, c’est de l’escroquerie et du charlatanisme. »
Les dérives sectaires, au regard des chiffres, questionnent. Ainsi, 66% des français considèrent que les dérives sectaires sont un danger pour la démocratie. 20% des français (soit près de 12 millions de personnes) connaissent au moins une victime de dérives sectaires. D’autres chiffres interpellent :  60 000 à 80 000 enfants seraient ainsi exposés en France à des dérives sectaires.

2 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Pascaline le 26/10/2011 à 17:06

C'est trop voyant, voilà Monsieur Fenech qui voudrait rayer du paysage ce qui encombre ses intérêts. Alors il faudrait que sa seule parole suffise pour condamner, car sinon, comment condamner ce à quoi on n'a rien à reprocher ? Il parle, il parle, mêlant dérives et mouvements, car évidemment qu'un mouvement n'est pas une dérive, il le dit lui-même, mais là, il s'emmêle les pinceaux. La commission Sectes et enfance qu'il a présidé a auditionné tous les Ministères, et tout au plus ceux-ci ont relevé 10 cas qui pourraient, et encore, être liés à l'un de ces mouvements dits "sectes" (voir le site de public sénat pour le compte-rendu de ces auditions). Eh bien voilà notre Monsieur Fenech qui en clame 60 000, 80 000, chiffres tout aussi changeants qu'ils sont mensongers. Vraiment, si on doit parler de charlatans, n'est-ce pas du côté de la Miviludes qu'on les trouve ?

Signaler Répondre

avatar
Clojea le 26/10/2011 à 08:11

Tiens, tiens Georges Fenech.... Mais n'est-il pas membre de Momagri, société vantant les OGMS....... Et de l'autre côté la Miviludes tapent dans ses rapports sur le bio..... ???

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.