Les Valoisiens attaquent !

Les Valoisiens attaquent !
Eric Pelet

L’annonce mardi dernier par Bernard Fialaire de la candidature des radicaux valoisiens dans sept circonscriptions du Rhône a dû faire l’effet d’une bombe dans les fédérations du PS et UMP. Sachant que les Valoisiens s’uniront au Nouveau centre qui guigne également six postes de députés dans le département, les réunions de crise ont dû se multiplier dans les états majors où l’on a dû ressortir les calculettes mais également divers grigris (trèfle à quatre feuilles, amulettes, patte de lapin et fer à cheval) pour conjurer ce mauvais sort fait aux habituels adversaires de droite et de gauche.

Les Radicaux Valoisien unis au Nouveau Centre c’est presque de l’entente illicite et de l’abus de position dominante ! C’est comme si le Real Madrid et le FC Barcelone décidaient de fusionner en une seule équipe pour venir affronter l’OL ! Le président Fialaire va ainsi manager ses attaquants de choc à la façon d’un José Mourihno du Beaujolais ! On a beau être fair-play, il y a quand même des matchs déséquilibrés ! Et ce qui est valable en foot l’est aussi en démocratie !

Pour autant le "Spécial One" de Belleville ne portera pas le maillot des Valoisiens dans la neuvième circonscription, la seule sur les quatorze où il n’y aura pas de candidats contre l’UMP. Courageux mais pas téméraire Fialaire ! Mieux valait être prudent et ménager le député sortant Perrut qui aurait pu lui faire les gros yeux ! Il est vrai que le repli stratégique est une spécialité Radical. Le président national des Valoisiens, Jean Louis Borloo a déjà montré l’exemple l’an dernier en quittant l’UMP à grand fracas tout en promettant la révolution dans nos institutions. Il ne sera resté candidat à l’élection présidentielle que le temps d’un changement de saison.

On souhaite quand même une bonne campagne à nos Valoisiens lyonnais, au solide et sympathique Henri Junique (4eme) et à la coriace Fabienne Lévy. Ce ne sera certes pas facile de créer une dynamique avec le Nouveau Centre qui est toujours à 0% dans les sondages mais le réservoir de voix purement Valoisiennes devrait largement être suffisant… Pour couronner le tout voilà que les Valoisiens n’ont plus les moyens de payer le loyer de leur siège historique, ancien bureau d’ Edouard Herriot. Ce serait injuste de ne plus les voir se réunir dans leur local. Le radicalisme à Lyon c’est une tradition. Si Collomb ne met pas la main à la poche, je propose qu’on se cotise.

Tags :

pelet

fialaire

7 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
PourLyon le 29/01/2012 à 09:51

Les radicaux, ils aiment l'UMP quand ils veulent des places, et ils se révoltent quand ils n'en n'ont pas... Si au moins ils existaient à Lyon, mais on ne les entends jamais en dehors des périodes électorales.... Fialaire et Lévy dehors.

Signaler Répondre

avatar
EricDeLyon le 28/01/2012 à 19:21

Bernard Fialaire et Fabienne Levy sont des élus de la République. On peut les voir comme "figurants de la politique" mais il faut vite proposer de nouveaux paradigmes révolutionnaires constitutifs des bases d'une nouvelle France. France où l'élu(e) s'il existe encore, ne serait donc plus un figurant...
C'est jouable mais quel chantier !

Signaler Répondre

avatar
toctoc le 28/01/2012 à 17:38

fialaire levy et les autres sont des figurants de la politique. qu'on se le dise

Signaler Répondre

avatar
momo le 24/01/2012 à 07:38

messieurs les censeurs, bonsoir

Signaler Répondre

avatar
EricDeLyon le 23/01/2012 à 17:39

Voilà bien des diatribes explosives, et solidement argumentées.

Signaler Répondre

avatar
bourbon le 23/01/2012 à 13:36

Tous aux abris , bombes hilarantes en vue ...

Signaler Répondre

avatar
microcosme le 23/01/2012 à 11:26

Tu parles d' une bombe , tout juste un pétard mouillé !

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.