Gérard Collomb : "Avec Mélenchon, on irait droit dans le mur !" (MàJ)

Gérard Collomb : "Avec Mélenchon, on irait droit dans le mur !" (MàJ)
Gérard Collomb - Lyonmag

Le sénateur-maire socialiste de Lyon a surenchéri pour Lyonmag.com lundi matin à la guerre de paroles qui l’oppose à Jean-Luc Mélenchon depuis ce weekend.

Gerard Collomb se défend d’avoir jamais comparé le candidat du Front de Gauche à l’élection présidentielle à quelque dictateur que ce soit, " je le connais, c’est un démocrate et un  républicain ".
Le sénateur-maire de Lyon s’en prend au programme économique du Front de Gauche. Un programme qui selon lui " n’est pas fait pour être appliqué ", " on irait droit dans le mur " estime-t-il.
Les cibles auxquelles s’attaque Jean-Luc Mélenchon ne sont pas les bonnes selon lui, " les problèmes économiques ne devraient pas être simplement pour lui une façon d’exacerber un discours qui n’aurait aucune application dans la réalité ".

Gérard Collomb a également répondu aux attaues de Jean-Luc Mélenchon sur son blog, lundi après-midi, en illustrant son propos avec une photo floue du candidat du Front de Gauche à l'élection présidentielle.

9 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
DUDULE le 03/04/2012 à 15:41

Collomb defend les travailleurs?, ptdrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr

Signaler Répondre

avatar
P P le 03/04/2012 à 15:25

C'est normal Collonb defends l'interet des riches, et Melenchon l'interet du plus grand nombre.
Vive la solidarité, vive la resistance et la politique autrement avec le front de gauche

Signaler Répondre

avatar
unlyonnais le 03/04/2012 à 09:47

Mais vous irez tout droit dans le mur avec votre attelage tellement hétéroclite digne d'une 3ème République cher Césarius de Collomb Gérard et ce quelque soit le pourcentage que tel ou tel groupe politique feront, vous vous tenez main dans la main.

Signaler Répondre

avatar
jm le 03/04/2012 à 07:58

Parce que Collomb ne mène pas Lyon dans le mur et qu'il n'y a pas de communiste dans les exécutifs...

Signaler Répondre

avatar
voireuil le 02/04/2012 à 18:24

Mais avec vous aussi Monsieur COLLOMB. La seule différence réside dans la vitesse.
Mélenchon se serait à la vitesse de la lumière et vous à la vitesse d'un sénateur.
Mais, nous savons tous que plus c'est long, plus c'est bon (maintenant, je ne sais pas si tout le mond apprécie le SM économique).

Signaler Répondre

avatar
petitloup le 02/04/2012 à 18:20

Collomb a surement des choses à se reprocher mais pas d'être lucide sur le programme "père noël" du nouveau Georges Marchais de la gauche.
Malheureusement la gauche a son pire ennemi:Mélenchon qui hypnotise un public grandissant crédule (malgré la dure réalité économique que vivent les pays européens comme la Grèce,l'irlande,le Portugal et l'Espagne et l'Italie ) et réfractaire à la nécessité de maitriser les dépenses publiques pour se donner de l'oxygène pour l'avenir.Les extrèmes à gauche comme à droite,cherchent toujours à amadouer un public sur des idées irréalistes à moins de vivre en autarcie en se coupant du monde.
Le risque ,c'est de revenir aux erreurs de 1981 avec la présence de pseudo communistes portés" très à gauche" empêchant les réformes pour redresser la France et d'assurer l'unité du pays

Signaler Répondre

avatar
psychosetoujours le 02/04/2012 à 14:40

Avec Collomb on va droit au centre commercial ou au stade pour dépenser avant de faire des concessions !

Signaler Répondre

avatar
anthony le 02/04/2012 à 14:18

allez voir ce qui se passe en espagne et au portugal apres une gestion socialist!!!

Signaler Répondre

avatar
Hollandréou le 02/04/2012 à 13:46

Collomb a raison, les Français n'ont plus les moyens d'être rebelles.
Ils doivent laisser les marchés financiers qui sont les seuls à savoir diriger aux mieux le monde.
Il faut dire la vérité aux Français :
l'école pour tous,
la justice,
la santé,
la retraite,
la liberté : les français devront faire des concessions.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.