Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Gérard Forcheron - LyonMag

Gérard Forcheron de l’UNPI : “Construire à 900€ du m² à Lyon, c’est possible”

Gérard Forcheron - LyonMag

Gérard Forcheron, le président de l’UNPI (Union Nationale de la Propriété Immobilière) Rhône-Alpes était l’invité ce jeudi de Jazz Radio pour l’émission Ça Jazz à Lyon, en partenariat avec LyonMag.

Gérard Forcheron a présenté un projet intitulé Habitat Essentiel. Il s’agit en fait de créer des logements à 900 euros du m2 hors foncier. Pourtant, le prix moyen dans le Grand Lyon est de 3300 euros le m2 pour du neuf. "Nous avons cette volonté d’y croire en partant déjà d’un principe : la demande insatisfaite de logements est aujourd’hui comprise entre 500 000 et un million de logements en France. La région lyonnaise représente 8 à 10% du national".

Pour ce dernier, le problème du logement aujourd’hui vient d’une seule chose. "Nous sommes envahis par les normes qui font que les prix de construction sont devenus exorbitants. Par exemple, la norme téléphone. Dans toutes les pièces d’un logement qu’on construit, on met des prises téléphoniques. Aujourd’hui quelle est la famille qui a 3 ou 4 prises téléphoniques reliées à un téléphone classique ? C’est terminé. Aujourd’hui dans les membres de la famille, tout le monde à un téléphone portable, et donc il leur faut une seule prise téléphone".

L’objectif semble donc de détricoter toutes ces normes là. "L’objectif ? Avoir de la construction solide avec une bonne qualité. Nous souhaitons cette qualité en simplifiant beaucoup les normes. Il faut résoudre aujourd’hui le nombre de logements qui est totalement inexistant et insuffisant", explique le président de l’UNPI Rhône-Alpes.

Mais à quoi ressembleraient ces logements alors? "Tout d’abord, nous voulons faire de la construction industrialisée, c'est-à-dire que les immeubles soient détricotés au départ, autrement dit que l’on construise des modules qui arrivent en cube. C’est produit dans une usine et c’est livré sur le chantier où on aura X modules à installer. Le deuxième axe est que l’on ait de la construction de murs et des cloisons préfabriqués et livrés à plat sur des camions. Ainsi, on arrive  sur le site et on va pouvoir monter un immeuble relativement vite", affirme Gérard Forcheron.

Tout ceci implique bien sûr des prix moins élevés dans la construction avec peut-être une qualité à un tarif dit low cost. "Quand nous avons réfléchi à ce sujet là,  nous avons voulu le bannir. Nous avons plutôt pensé à un logement et un habitat essentiel parce qu’il est indispensable aujourd’hui dans la vie de nos concitoyens. Si vous n’avez pas un toit, vous n’avez pas de travail, vous n’existez pas dans la société. Habitat essentiel ne veut pas dire non plus faire n’importe quoi", assure le président de l’UNPI Rhône-Alpes.

Ce dernier a eu l’occasion d’en discuter avec les élus, notamment avec Olivier Brachet du Grand Lyon et Louis Lévêque de la ville. "Tous les deux ont été très intéressés. Maintenant ce qu’il faudrait, c’est qu’on arrive à concrétiser. On va prendre contact avec des hommes politiques pour voir si on peut réaliser ensemble ce projet en trouvant bien sûr les intervenants qu’il faut. Je pense que l’Etat va être intéressé, tout va dépendre des partenaires de la construction".



Tags : ça jazz à lyon | logement | immobilier |

Commentaires 3

Déposé le 06/10/2012 à 08h40   Depuis l'application iPhone Lyonmag  
Par tonton Citer

Oui mais mois je veut un appartement avec loggia, vue sur la Saône, 2 salles de bains, une cuisine avec cellier, du parquet en chaîne, des volets électriques, un concierge dans le hall d' entrée pour faire chic, des espaces verts autour de l'immeuble et garage sous terrain sous l'immeuble. C'est possible?

Déposé le 04/10/2012 à 18h28  
Par Stéphane 69001 Citer

jm a écrit le 04/10/2012 à 17h04

Évidemment, si vous ne comptez pas les commissions, les émoluments, les avantages et les privilèges des intermédiaires et agents de l'état, c'est tout les prix publics que l'on peut diviser par 4.

Chuuuuut pas trop fort, mais c'est tellement vrai. Des commissions exorbitantes sans réelles concurrences avec une forte entente sur les prix ... cela ne vous rappelle rien ? Les ascenceurs (otis, thyssenkrupp etc ....), les vitres (saint-gobain) plus récemment les prix des forfaits téléphoniques etc ...

Déposé le 04/10/2012 à 17h04  
Par jm Citer

Évidemment, si vous ne comptez pas les commissions, les émoluments, les avantages et les privilèges des intermédiaires et agents de l'état, c'est tout les prix publics que l'on peut diviser par 4.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.