Lyon : deux ans de prison pour l'infirmière qui avait arnaqué la Sécu

Lyon : deux ans de prison pour l'infirmière qui avait arnaqué la Sécu
Photo d'illustration LyonMag

Le tribunal correctionnel de Lyon l'a condamnée vendredi à 2 ans de prison dont 14 mois avec sursis.

Elle était jugée pour avoir détourné quelques 300 000 euros entre 2009 et 2010 en facturant notamment des prestations fantôme à la CPAM. Le tribunal lui a par ailleurs interdit à vie d'exercer la profession d'infirmière libérale.

Tags :

infirmiere

cpam

3 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
vivi52 le 11/11/2012 à 21:24

combien d heure pas jour elle facturait? combien de temps il a fallu au controleur pour s'apercevoir de la fraude?
c est pas cher payé 2 ans de prison dont 14 mois de sursis a Noel 2012 elle est dehors !

Signaler Répondre

avatar
Phil69 le 11/11/2012 à 09:53

1- Il n'y a jamais eu autant de "contrôleurs" à la secu qu'actuellement (pour preuve il y a de plus en plus de professionnels de santé condamnés... et je vous rassure cela va continuer).

2- Les agents de la sécu ne sont pas des fonctionnaires comme vous le dites mais des salariés de droit privé en CDI. Petit rappel / précision : une caisse primaire d'assurance maladie (CPAM) est une entreprise privée qui gère un service public au même titre que d'autres entreprises en France.

3- Dieu merci "tout le monde ne fraude pas". Il faut arrêter avec ce type de remarque qui ne veut rien dire. Certes, il y a des fraudeurs, mais la part des fraudes constatées au regard des montants remboursées et vraiment faible.

Renseignez vous avant de poster. Le manque de connaissance de cette belle institution par les francais m'étonnera toujours.

Signaler Répondre

avatar
thebestof69 le 09/11/2012 à 19:15

Une arretee mais la secu etant en manque de controleurs et de fonctionnaires tout le monde fraude. Les plus gros fraudeurs etant les professionels de sante.
Merci sarkozy d avoir instaure l anarchie en FRANCE.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.