Le siège d'Interpol à Lyon n'est pas menacé, selon sa directrice

Le siège d'Interpol à Lyon n'est pas menacé, selon sa directrice
Photo d'illustration - LyonMag.com

L'organisation internationale de la police ne quittera pas la France : c'est ce qu'affirme Mireille Ballestrazzi, nouvelle présidente d'Interpol.

Récemment élue, la première femme présidente de l'institution a accordé une interview au Progrès jeudi. Si un complexe mondial, dédié à la lutte contre la cybercriminalité, est effectivement en construction à Singapour, cela ne présume pas de l'avenir du site lyonnais : "Le secrétaire général Ronald Noble y est très attaché", déclare Mireille Ballestrazzi, tout en pondérant ses propos : "Mais cette affirmation n'empêche pas la vigilance". De même, l'antenne d'Interpol à Paris, récemment ouverte, n'a pas vocation à accueillir les équipes du centre de commandement lyonnais. Selon la directrice, il s'agit avant tout de répondre à des contraintes pratiques : "Lyon, même à deux heures de Paris en TGV, est parfois trop éloignée pour certaines autorités étrangères au planning très serré". Quant au projet lyonnais d'organiser un "Davos de la sécurité", Mireille Balestrazzi rappelle le soutien d'Interpol à cette idée, dont "la réalisation ne pourra être que bénéfique pour Lyon et sa région".

Tags :

interpol

1 commentaire
Laisser un commentaire
avatar
Lili le 15/11/2012 à 17:57

Oufff en lisant le titre on se serait cru dans le dernier James Bond

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.